Accueil DestinationsEuropeIslande Que faire en Islande en hiver : road trip d’une semaine
Que faire en Islande en hiver

Que faire en Islande en hiver : road trip d’une semaine

3 commentaires

Visiter l’Islande en hiver revêt un tout autre visage que le même voyage en été. J’avais déjà réalisé le tour de l’Islande en bus il y a pas mal d’années, mais je souhaitais cette fois découvrir les paysages enneigés et surtout observer les aurores boréales. Avec une semaine au mois de février, nous avons choisi d’organiser notre road trip en Islande en hiver dans la partie sud-est de l’île qui concentre la plupart des sites touristiques ouverts en basse saison.

Que faire en Islande en hiver ? Quels sont les sites incontournables à voir ? Comment se déplacer ? Où dormir l’hiver en Islande ? Je vous livre tous mes conseils dans cet article du blog suite à notre séjour sur place.


Visiter l’Islande en hiver : 1 semaine en road trip

L’hiver est la basse saison en Islande, tous les sites ne sont pas accessibles et certaines routes sont fermées. Nous avons donc articulé notre road trip en Islande en hiver autour de la route n°1 qui fait le tour de l’île. Avec seulement 7 jours sur place il vaut mieux se concentrer sur la partie sud-est du pays. C’est la zone la plus proche de l’aéroport et de la capitale, mais aussi celle où il y a le plus de sites touristiques à voir.

Attention à ne pas sous-estimer les distances en Islande, on passe beaucoup de temps sur la route. En 1 semaine nous avons parcouru 1 635 km.

Nous avons choisi pour notre véhicule de location l’agence islandaise Lava Car. Elle propose les tarifs les moins chers et possède d’excellents avis (j’en parle plus loin dans l’article). Une navette gratuite est venu nous récupérer à l’aéroport pour nous emmener à l’agence à quelques minutes de route.

Carte plan itinéraire road trip Islande en hiver 7 jours 1 semaine


La péninsule de Reykjanes

La péninsule de Reykjanes est à l’extrémité sud-ouest de l’Islande. C’est ici que se trouve l’aéroport de Keflavik. C’est donc le premier site que vous verrez en visitant l’Islande en hiver. Hormis le site ultra connu de Blue Lagoon, peu de touristes s’attardent dans la région. De notre côté pour ne pas rouler de nuit nous avons pris un hôtel proche de l’aéroport dans le village de Garður (le Lighthouse Inn) tout au bout de la péninsule. Le cadre est superbe face à l’océan.

Le lendemain matin nous faisons un tour jusqu’aux deux phares du cap Gardaskagi histoire d’admirer le paysage avant de partir sur Reykjavik. Le phare carré rouge et blanc est le plus ancien, il offre un beau point de vue sur la plage et les anciennes coulées de lave. Le second construit en 1944 est de forme cylindrique et fait 28 m de haut. C’est le plus grand d’Islande. A côté se trouve le musée de Gardaskagi qui regroupe des objets et machines d’époque utilisés à la survie dans le pays (il était fermé lors de notre voyage). Il y a même un ancien bateau de pêche échoué dans le jardin.

Il y a énormément de vent au cap Gardaskagi et cumulé avec une température de -8°C on est pas resté longtemps à admirer le paysage. Nous n’avons pas pu visiter le reste de la péninsule de Reykjanes à cause de l’éruption d’un volcan à Grindavík. Les routes menant vers le sud sont coupées avec interdiction de s’approcher de la zone.

Où dormir proche de l’aéroport ?

L’aéroport est situé dans la ville de Keflavik qui ne possède aucun charme. Néanmoins il peut être pratique de passer une nuit ici lors d’une arrivée tardive ou d’un départ matinal. Les hôtels autour de l’aéroport de Keflavik ne sont pas réputés pour leur rapport qualité prix mais voici quelques adresses que je vous recommande :

  • 89 € : KEFBED Town Center, c’est l’option la moins chère pour dormir à côté de l’aéroport. Parfait pour une nuit on trouve tout le nécessaire ainsi que le parking gratuit pour la voiture de location.
  • 110 € : ABC Hotel by Reykjavik Keflavik Airport, situé à 250 mètres de l’aéroport dans une zone industrielle cet hôtel propose des chambres doubles avec salle de bain privative. Parking privé gratuit.
  • 124 € : Lighthouse-Inn, c’est l’hébergement que nous avons choisi, il se situe à Garður au bout de la péninsule dans un cadre superbe face à l’océan. Parfait pour voir les aurores boréales. Le petit déjeuner est compris dans le tarif.
  • 136 € : Courtyard by Marriott Reykjavik Keflavik Airport, hôtel 4 étoiles de la célèbre chaine internationale. Grandes chambres modernes avec lit king-size et petit déjeuner en option. Parking gratuit.
Phare Gardur cap Gardaskagi visiter l'Islande en hiver
Phare Gardur cap Gardaskagi que faire en Islande en hiver
Phares du cap Gardaskagi


Reykjavik, la capitale

Nous rejoignons le centre ville de Reykjavik en un peu moins d’une heure. Nous souhaitions faire un tour dans la capitale islandaise avant de poursuivre vers la péninsule de Snaefellsnes. En hiver c’est relativement calme, il y a peu de monde dans les rues et seulement quelques touristes. Le stationnement est payant dans le centre (600 ISK pour une heure).

Le centre se visite facilement à pied, ce n’est pas bien grand. On passe successivement par le vieux Reykjavik, le lac, le quartier de Laugavegur au bout duquel se trouve la cathédrale puis le vieux port pour voir la sculpture du drakkar. En dehors des nombreux musées de la capitale, il n’y a pas grand chose à faire à Reykjavik. Mais la promenade est agréable et si vous souhaitez faire du shopping c’est presque le seul endroit en Islande où vous trouverez des boutiques. Profitez-en pour acheter vos souvenirs.

Où dormir à Reykjavik ?

Si vous choisissez de visiter l’Islande au départ de Reykjavik (avec votre voiture de location ou lors d’excursions organisées), vous pouvez vous loger dans la capitale. C’est la seule ville qui bouge le soir, il y a de nombreux bars, pubs et restaurants dans le centre. Par contre dans le cadre d’un road trip il y a peu d’intérêt d’y dormir (sauf peut être une nuit suivant votre planning). Vous trouverez des adresses moins chères si vous n’êtes pas contre une chambre avec salle de bain commune.

  • 148 € : Guesthouse Galtafell, cette maison d’hôtes occupant un bâtiment datant de 1916 est l’une des adresses les moins chères du centre de Reykjavik tout en ayant de bons retours. A moins de 5 minutes de marche de la célèbre rue commerçante Laugavegur.
  • 149 € : Center Hotels Plaza, cet hôtel 3 étoiles situé dans la vieille ville de Reykjavik propose des chambres doubles modernes avec petit déjeuner compris. Très bien placé avec de nombreux restaurants à proximité.
Sculpture Voyageur du Soleil Sun Voyager Reykjavík Islande hiver
Sculpture « Le Voyageur du Soleil »
Rue arc en ciel Rainbow Street Skólavörðustígur Reykjavik Islande
Rainbow Street
Cathédrale Hallgrímskirkja Reykjavík Islande hiver
Cathédrale


La péninsule de Snaefellsnes

Après avoir passé un peu moins de 2 heures à visiter Reykjavik, nous prenons la direction de la péninsule de Snaefellsnes à 175 km au nord de la capitale. La météo est ensoleillée mais il y a beaucoup de vent et cela soulève la neige en direction de la route. Il se forme comme des tempêtes de neige et à certains endroits la visibilité est très réduite.

Nous faisons une pause déjeuner dans un café à côté du supermarché Bonus de Borgarnes. La route jusqu’à la péninsule de Snaefellsnes n’offre pas de beau point de vue, nous n’avons fait aucun arrêt photo. C’est assez différent des îles Lofoten en Norvège où nous étions l’hiver dernier.

Une fois à Grundarfjörður nous prenons place dans l’hébergement que nous avons loué pour 2 jours. Un charmant appartement dans un cadre paisible face à la mer, le Sudur-Bár Guesthouse. La nuit arrivant tôt en ce début février nous n’avons pas le temps de partir visiter les environs. Nous en profitons pour faire les courses au supermarché de la ville.

Le lendemain nous partons faire le tour de la péninsule. Au programme, des plages de sable noir, un volcan avec son glacier, des cascades et des phoques. J’ai écrit un article sur la péninsule de Snaefellsnes en hiver où vous retrouvez en détail tout ce qu’il y a à faire et le récit de cette journée.

Lóndrangar visiter la péninsule de Snaefellsnes en hiver Islande
point de vue cascade kirkjufellsfoss en hiver Kirkjufell péninsule de Snaefellsnes Islande
Épave bateau Sandgerdi (GK-2) plage Rif hiver péninsule de Snaefellsnes Islande
Péninsule de Snaefellsnes


Le Cercle d’Or en hiver


Geysir

Nous poursuivons notre road trip hivernal en Islande pour rejoindre Geysir. La route est un peu longue (250 km) mais le panorama devient plus joli à partir de la route 36 où l’on contourne le lac Þingvallavatn. On a fait l’impasse sur le parc national de Thingvellir (Þingvellir) car l’hiver il y a pas mal de sentiers fermés et les paysages ne sont pas aussi beaux qu’en été.

Après un déjeuner sandwichs au bord de la route nous arrivons à Geysir en milieu d’après-midi. Le parking (coordonnées) est relativement plein, c’est l’un des sites les plus touristiques d’Islande même en hiver. On emprunte ensuite le Geysir Walking Trail qui permet de rejoindre Strokkur, le geyser le plus célèbre du parc (il jaillit toutes les 10 minutes environs).

L’itinéraire traverse la zone géothermique de Haukadalur avec ses sources chaudes et mares de boues. Contrairement à ma visite de Geysir en juin 2007 où il n’y avait aucune barrière et presque personne, il y a maintenant des protections qui empêchent de s’approcher trop près. La température de l’eau varie entre 80 et 100°C. Après le Strokkur on peut voir le Grand Geysir le plus grand geyser du parc. Mais il est inactif depuis 2000. En continuant quelques mètres sur le sentier on atteint la source chaude Blesi. En été la couleur de l’eau est bleue mais en février c’est moins visible.

Les autres sentiers permettant de se promener dans la zone géothermique de Haukadalur sont fermés par des cordes. Si vous venez visiter l’Islande en hiver vous ne pourrez pas parcourir tout le site, mais on a quand même accès à l’essentiel via le chemin principal. A noter que les drones sont interdits dans tout le parc.

Route 36 Islande en hiver Thingvellir (Þingvellir) lac Thingvallavatn
Route 36 aux abords du lac Thingvallavatn
Visiter Geysir little en hiver Islande
Visiter Geysir geyser strokkur en hiver Islande
Geyser Strokkur
Visiter Geysir en hiver Islande source chaude Blesi
Source chaude Blesi


Gullfoss

De Geysir on est à seulement 10 minutes en voiture de Gullfoss, les chutes d’eau les plus célèbres du pays. Situées sur le fleuve Hvítá elles déversent chaque seconde 80 m3 d’eau dans un étroit canyon de 32 mètres de haut. L’hiver le débit est moins important et les chutes en partie gelées mais le spectacle reste tout de même saisissant.

Le parking (coordonnées) se trouve juste devant le restaurant et la boutique des chutes. Il y a un second parking plus bas accessible aux personnes à mobilité réduite mais il n’est pas déneigé, il faut un gros 4×4 pour y accéder.

Du parking principal un chemin plat de 300 mètres vous mène au premier point de vue (ici) sur les chutes de Gullfoss. Malheureusement nous étions en fin de journée (16h) et la cascade était dans l’ombre. Si vous continuez encore sur 150 mètres vous atteindrez un deuxième point de vue qui offre un panorama sur la gorge étroite. Avant de retourner au parking vous pouvez passer par le troisième point de vue, le plus proche des chutes. Il faut prendre l’escalier métallique qui descend au parking PMR. L’hiver on ne peut pas aller plus loin car le sentier qui longe le canyon est fermé.

Le temps était ensoleillé avec une température de -2°C. Mais ce que l’on ne voit pas sur les photos c’est le vent énorme qu’il y avait à Gullfoss. Mieux vaut être bien équipé pour ne pas geler sur place (surtout gants et protection visage). A Gulfoss aussi les drones sont interdits (plusieurs panneaux le rappellent).

Il y a peu de solution d’hébergement dans le secteur en hiver et nous n’avions pas le temps de repartir en direction du sud. Nous avons donc passé une nuit à l’Hotel Gullfoss situé juste à côté des chutes. Il est bien placé mais le prix est un peu élevé.

Les amoureux de sports mécaniques et de grands espaces pourront faire une excursion en motoneige sur le glacier Langjokull à Gullfoss.

Chutes de Gullfoss en hiver Islande premier point de vue
Gullfoss en hiver : premier point de vue
Chutes de Gullfoss en hiver Islande deuxième point de vue
Gullfoss en hiver : deuxième point de vue
Chutes de Gullfoss en hiver Islande troisième point de vue
Gullfoss en hiver : troisième point de vue


La côte sud de l’Islande en hiver

La portion de la route n°1 entre Selfoss et Vik est ponctuée de nombreux sites à voir. On trouve notamment plusieurs belles cascades autour de Skogar. Il faut compter la journée entière pour parcourir les 130 km l’hiver car les journées sont courtes (surtout début février quand nous y étions). Il y a plusieurs élevages de chevaux islandais autour d’Hella. On peut s’arrêter au bord de la route pour aller à leur rencontre. Ils ont l’habitude des touristes car l’été ils sont utilisés pour faire des randonnées.

Chevaux islandais en hiver neige
Chevaux islandais


Seljalandsfoss

Au départ de Gullfoss nous rejoignons la côte sud pour poursuivre notre road trip en Islande en hiver. La route n°30 permet de récupérer la n°1 (celle qui fait le tour de l’ile) sans passer par Reykjavik. Le temps est ensoleillée et la route bien dégagée, par contre il fait plus froid que les jours précédents (-12°C). La côte sud de l’Islande est réputée pour être la partie la plus pluvieuse de l’île. Et évidemment c’est à partir d’ici que les nuages sont apparus.

La cascade Seljalandsfoss est la première à voir sur la côte sud en venant de Selfoss. Je vous conseille de ne pas la manquer car c’est l’une des plus belles cascades d’Islande. L’eau qui se jette de 60 mètres de haut provient du glacier Eyjafjallajökull. Un sentier permet de passer derrière la cascade pour faire de jolies photos mais il est fermé en hiver. Le parking pour voir la cascade Seljalandsfoss (situé ici) est payant. Le tarif est de 900 ISK à régler par carte bancaire uniquement.

Cascade chute d'eau Seljalandsfoss en hiver Islande
Seljalandsfoss


Skógafoss

En continuant sur 30 km nous arrivons à la cascade Skógafoss, la plus connue de la région. Avec ses 25 mètres de large et 60 mètres de haut c’est la plus imposante du sud de l’Islande. C’est un arrêt obligatoire pour les bus de touristes, on y trouve donc pas mal de monde. Un escalier permet de monter jusqu’à une plateforme au sommet pour profiter du panorama. Les marches sont très glissantes l’hiver à cause du verglas, les crampons sous les chaussures sont indispensables.

Le parking des chutes de Skógafoss est gratuit (coordonnées). Il faut ensuite suivre un chemin de 250 mètres pour s’approcher de la cascade. Les drones sont interdits à Skógafoss.

Cascade chute d'eau Skógafoss hiver Islande
La cascade Skógafoss en hiver


Kvernufoss

Juste à côté de la célèbre Skógafoss se cache une chute d’eau beaucoup moins connue mais tout aussi belle : Kvernufoss. Le point de départ pour s’y rendre se trouve sur le parking du musée de Skógar (coordonnées). Il faut ensuite suivre un sentier de 700 mètres pour rejoindre la cascade. Il y a une barrière pour les chevaux sur l’itinéraire qui vous devez ouvrir et refermer derrière vous (on croise plusieurs chevaux islandais). La chute d’eau de Kvernufoss se trouve au fond d’un canyon, on peut même passer derrière mais attention c’est une vraie patinoire à cet endroit. Le cadre est beau et paisible, c’est notre cascade préférée dans le sud de l’Islande.

Le parking est payant, il y a une pancarte indiquant qu’il faut se connecter sur une application pour régler les 750 ISK. Comme il était désert et qu’il sert aussi de parking pour le musée je n’ai pas voulu payer (il n’y a pas de caméra ici). Bon après vérification le lien pointe sur une page erreur 404 du site park.is donc on ne peut même pas payer.

Cascade chute d'eau Kvernufoss hiver Islande
Cascade chute d'eau Kvernufoss hiver Islande
Cascade Kvernufoss


Dyrhólaey

Notre road trip en Islande en hiver se poursuit le long de la côte sud pour arriver à la réserve naturelle de Dyrhólaey. Ce promontoire de 120 mètres de haut est un site de nidification pour de nombreux oiseaux dont les macareux. Mais en cette saison ils ont tous déserté les lieux. Dyrhólaey offre un superbe panorama sur les plages de sable noir et les formations de lave.

L’hiver la route jusqu’au point de vue sur la plage Reynisfjara (coordonnées) est bien dégagée. Sur place le parking est gratuit (toilettes payantes et drones interdits). Par contre la route jusqu’au phare de Dyrhólaey est fermée. Si vous êtes motivés vous pouvez vous y rendre à pied depuis le parking en 45 minutes de marche. Cela permet de voir l’arche de beaucoup plus près. Ne descendez pas sur la plage de Kirkjufjara, elle est interdite et dangereuse (grosses vagues et chutes de pierres).

Point de vue Reynisfjara en hiver Islande
Plage de Reynisfjara
Falaises, plage et arche Dyrhólaey en hiver Islande
Dyrhólaey


Reynisfjara

Pour descendre sur la plage de Reynisfjara que l’on voit depuis le point de vue, il faut faire un détour de 18 km en voiture. Cette plage est célèbre pour ses colonnes basaltiques. C’est un lieu très populaire, on y a croisé de nombreux bus et touristes asiatiques (oui c’est un indicateur du tourisme de masse). Il y avait même un couple qui faisait ses photos de mariage ici. Évidemment ces charmants vacanciers se sentent obligés de monter sur les colonnes basaltiques pour se prendre en photo ce qui gâche le paysage. Un peu comme sur la chaussée des géants en Irlande du Nord.

Comme pour la plupart des lieux ultra-touristique en Islande, le parking est payant (coordonnées). Il faut se connecter sur l’application parka.is (QR code à scanner sur place) et bien sûr il y a des caméras pour les petits malins qui ne veulent pas payer. Le tarif est de 1 000 ISK pour une voiture 5 places et 3 heures (+ 1 000 ISK l’heure supplémentaire). Le paiement permet d’accéder aux toilettes.

Entre le prix du parking et les touristes qui ne permettent pas d’apprécier le lieu à sa juste valeur, j’ai trouvé que Reynisfjara était un peu surcoté. Les colonnes basaltiques ne sont pas aussi impressionnantes que ça. Quant à la plage de sable noir on peut en trouver d’autres identiques avec personne dessus.

Colonnes basaltiques plage Reynisfjara en hiver Islande
Colonnes basaltiques plage Reynisfjara en hiver Islande
Colonnes basaltiques sur la plage de Reynisfjara


Vik

Nous arrivons en fin de journée à Vik (Vík í Mýrdal de son nom complet). Je n’ai pas reconnu le petit village de mon voyage en 2007. Il s’est largement étendu avec de nombreuses constructions (grand supermarché, boutiques de vêtements techniques, galerie commerciale, …) et des appartements pour les touristes ont poussé un peu partout.

L’église de Vik qui surplombe le village n’a pas changé. Elle était fermée lors de notre passage mais on est surtout montés pour profiter du panorama. On s’est ensuite rendu sur la plage de Vik au point de vue Reynisdrangar (ici). La route n’était pas déneigée et le 4×4 nous a été bien utile.

On profite des services que propose la ville pour faire les courses au supermarché et acheter des bières à la boutique Vínbúðin. En Islande l’alcool et le tabac ne s’achètent que dans ces magasins d’État. On ne trouve même pas de bières au supermarché. Malgré le nombre importants de nouveaux hébergements à Vik nous n’avons pas trouvé de quoi nous loger dans le coin. Un des seuls logements encore disponible à prix correct était la Guesthouse Rauðafell à côté de Skógar (30 min de Vik).

Depuis Vik vous pouvez visiter la grotte de glace Dragon de Katla. Cette excursion qui ne peut se faire qu’avec un guide comprend le transport en jeep depuis Vik.

Où dormir à Vik ?

Le village de Vik est une bonne base pour visiter tout le sud de l’Islande. Il se situe à bonne distance des chutes de Skógar, du parc de Skaftafell et de la lagune de Jökulsárlón. Un conseil réservez votre hébergement à Vik longtemps à l’avance. Même en hiver il n’y avait plus aucun logement disponible dans le village. La zone étant très touristique les prix sont assez élevés par rapport au reste de l’Islande.

  • 105 € : Puffin Hostel Vík, c’est l’option la moins chère pour dormir à Vik et en plus c’est une chambre triple idéal pour les familles avec un enfant. Par contre à ce tarif il faudra se contenter d’une salle de bain commune. Petit déjeuner en option.
  • 148 € : Arsalir Guesthouse Vik B&B, cette maison d’hôtes située au coeur du village et proche de la plage propose des chambres doubles ou triples avec salle de bain commune et petit déjeuner compris.
  • 180 € : Kósý Vík, situé proche de l’église de Vik cet hébergement dispose de chambres modernes bien équipées et avec salle de bain privative. Parking privé sur place et possibilité d’avoir le petit déjeuner.
  • 254 € : Hótel Kría, cet hôtel 3 étoiles est située dans la partie récente et moderne de Vik face à la plage de sable noir. Chambres modernes et confortables, restaurant sur place et petit déjeuner incus dans le tarif.
église de Vik en hiver Islande
Village de Vik en hiver neige Islande
Plage de Vik neige Islande
Plage de vik neige Islande
Vik en hiver


Jökulsárlón

Le lendemain nous partons en direction de l’un des sites les plus connus de l’Islande. Jökulsárlón se situe à 192 km de Vik soit 2h20 en voiture si les conditions de routes sont optimales. La route circulaire n°1 est parfaitement dégagée, il n’a pas neigé depuis notre arrivée. Cette visite nous a pris la journée entière entre le trajet aller retour et le temps passé sur place. On trouve sur la route plusieurs stations services pour faire le plein d’essence. Pour déjeuner nous avons acheté des sandwichs au supermarché Krónan de Vik.

La lagune glacière de Jökulsárlón est remplie d’icebergs qui se détachent du glacier offrant un panorama spectaculaire. On y trouve même des phoques qui se reposent sur la glace (je ne les avais pas vu en été). Le lieu n’a par contre plus rien à voir avec celui que j’ai vu en 2007. Les icebergs sont toujours présents mais les infrastructures ont poussé comme des champignons. J’ai été étonné de voir des food truck installés dans cet espace sauvage.

Il y a deux parkings pour visiter Jökulsárlón et ils sont tous les deux payants. Le plus proche de la lagune (coordonnées) était complet, cela a été compliqué de trouver une place. On se serait cru un samedi matin sur le parking de Carrefour ! Celui situé sur Diamond Beach (coordonnées) est plus grand. Le tarif est de 1 000 ISK valable toute la journée. On peut utiliser l’application park.is ou payer directement sur les automates installés sur le parking. Il y a des caméras qui filment les plaques des véhicules … la confiance a ses limites !

Depuis le parking un petit sentier permet de s’approcher au plus près de la lagune pour voir les icebergs et les phoques. Mieux vaut avoir des crampons pour ses chaussures car le sol gelé est très glissant. De la lagune on peut ensuite marcher jusqu’à la plage de diamants ou reprendre la voiture pour changer de parking (ce qui est pratique quand il fait froid et qu’il y a du vent).

Sur la plage Diamond Beach on trouve des blocs de glace translucides sur le sable noir. Ils sont venus s’échouer là repoussés par les vagues après avoir été transportés par la rivière de la lagune. Le site est devenu populaire sur les réseaux sociaux mais je trouve qu’il n’a rien d’exceptionnel. Surtout pour voir des gugus faire n’importe quoi pour une vidéo TikTok (comme soulever et balancer les blocs de glace). Les drones sont interdits à Jökulsárlón et Diamond Beach.

Il est possible de dormir à Jökulsárlón, il y a 3 hébergements dans les environs : Reynivellir II (149 €), Ekra Glacier Lagoon (171 €) et Hali Country Hotel (186 €).

Lagune de Jökulsárlón en hiver Islande iceberg
Lagune de Jökulsárlón en hiver Islande iceberg
Lagune de Jökulsárlón en hiver Islande iceberg phoques
Lagune de Jökulsárlón en hiver Islande iceberg
Lagune de Jökulsárlón en hiver
Diamond beach plage diamants visiter l'Islande en hiver
Diamond beach


Visite d’une grotte de glace

A Jökulsárlón vous avez la possibilité de visiter des grottes de glace situées sous le glacier Vatnajökull. La plus connue est la grotte bleue. Ces visites doivent obligatoirement se faire avec un guide certifié. Ne tentez pas d’y aller seul. Cela ne demande pas beaucoup d’effort, un super 4×4 vous emmènera tout proche de l’entrée de la grotte du plus grand glacier d’Europe. Le casque et les crampons sont fournis. Les grottes de glace sont accessibles toute l’année y compris l’hiver.

Si cela vous intéresse je vous conseille de réserver dès maintenant cette visite guidée de la grotte de glace bleue du glacier Vatnajökull. L’annulation est gratuite jusqu’à 24h avant l’activité.

Powered by GetYourGuide


Fjallsárlón

Cette lagune située 14 km avant d’arriver à Jökulsárlón est une alternative à si vous souhaitez éviter la foule et ne pas payer le parking. La lagune est plus petite et il y a beaucoup moins d’icebergs mais il n’y a pratiquement personne (du moins en hiver). On voit également mieux le front glaciaire qui est plus proche.

Pour accéder à la lagune de Fjallsárlón il faut se garer sur le parking gratuit (coordonnées) de la cafétéria Fjallsárlón Frost. On s’y est arrêté pour que Daniela boive un café et aille aux toilettes. Depuis le parking il faut ensuite marcher quelques centaines de mètres pour atteindre un point de vue. On peut aussi descendre au bord de l’eau. L’été des sentiers de randonnée permettent de se balader dans les environs et on peut faire un tour en bateau sur la lagune.

Lagune Fjallsárlón iceberg glacier road trip Islande hiver
La lagune de Fjallsárlón


Retour à Keflavik avec l’éruption

La dernière journée de notre road trip en Islande en hiver a été quelque peu perturbée. Nous avions prévu dans cet itinéraire d’une semaine de réserver la dernière journée pour aller à Blue Lagoon. Mais c’était sans compter sur une nouvelle éruption du volcan de Grindavík. Une autre faille s’est ouverte et la lave a recouvert la route. Le site de Blue Lagoon a du être de nouveau fermé (il avait rouvert lors de notre arrivée en Islande). A la place nous avons été flâner quelques heures à Reykjavik.

Mais ce que nous avons appris qu’une fois arrivé à notre hébergement à Keflavik, c’est que le lave a endommagé le pipeline d’eau chaude qui alimente toute la péninsule de Reykjanes. Résultat plus d’eau chaude ni chauffage dans toute la région ! Les supermarchés et restaurants ont sorti les groupes électrogènes et dans notre chambre nous avons eu droit à un radiateur électrique. Mais pour l’eau chaude il n’y a pas de solution. Et l’eau est vraiment très froide en Islande impossible de se laver ! Nous avons eu à subir ça qu’une journée mais pour les habitants c’est plus compliqué.


Conseils pratiques pour visiter l’Islande en hiver


Comment aller en Islande ?

Je ne vous apprends rien en disant que l’Islande est une île et qu’il faudra impérativement venir en avion. Il existe bien une ligne de ferry qui part du Danemark mais très peu de touristes l’utilisent. La compagnie lowcost EasyJet propose des vols directs vers l’Islande au départ de Londres. Mais en ajoutant le prix des bagages (on ne part pas en hiver en Islande avec un petit sac) cela revient au même prix que sur les compagnies classiques. Au final nous avons pris British Airways au départ de Nice.

Dans tous les cas je vous conseille de comparer le prix des vols sur Skyscanner afin de trouver le billet le moins cher ou celui qui vous arrangera le plus.


Comment se déplacer en Islande ?

Lors de mon premier voyage en Islande en 2007, nous avions fait avec mon frère le tour de l’île en bus, camping et auto-stop. C’était fun et roots mais pas le plus simple pour se déplacer en Islande. On perd beaucoup de temps dans les trajets et on reste tributaire des horaires des bus.

L’hiver il vaut mieux oublier cette idée et louer un véhicule pour réaliser un road trip en Islande. C’est la meilleure façon de découvrir l’île en basse saison. Concernant le type de véhicule je vous conseille de louer un 4×4 surtout si vous comptez vous éloigner de la route n°1. Le 4×4 nous a été indispensable pour visiter la péninsule de Snaefellsnes en hiver. Sur les autres routes nous aurions pu nous en sortir avec une voiture normale. Mais on ne connait pas à l’avance les conditions météo et mieux vaut ne pas prendre de risque.

Sur le blog je vous conseille toujours de passer par le comparateur AutoEurope car il propose les meilleurs tarifs. Mais en Islande les agences internationales classiques affichent des prix très élevés. Je me suis donc tourné vers les agences locales et après des heures de recherches (il faut toujours que je compare tout), j’ai fini par choisir l’agence islandaise Lava Car. C’est l’agence qui propose les tarifs les moins chers y compris pour l’assurance tout inclus. Elle avait en plus de très bons retours sur internet ce qui nous a rassuré. Au final ce fut une bonne expérience et on vous recommande l’agence Lava Car pour louer votre voiture en Islande (nous avons loué un Dacia Duster 4×4 avec toutes les assurances).

J’ai écrit un article plus complet pour louer une voiture en Islande avec tous mes conseils et un comparatif des agences islandaises que j’avais retenues.


Les excursions aux départ de Reykjavik

Il existe une alternative à la location de voiture en Islande, celle d’utiliser des excursions au départ de la capitale Reykjavik. Cela permet de profiter de l’ambiance et de la vie nocturne de la capitale, tout en faisant des activités la journée. Tous les sites que nous avons vu dans l’itinéraire de ce road trip en hiver en Islande sont accessibles à la journée depuis Reykjavik.

Voici les excursions à privilégier au départ de la capitale :

Powered by GetYourGuide


Conduire en hiver en Islande

La conduite sur les routes enneigées ou verglacées l’hiver en Islande est très différente, surtout si on a pas l’habitude. De notre côté après deux voyages à Tromso et aux îles Lofoten en hiver on commence à bien maitriser. L’hiver tous les véhicules sont équipées de pneus cloutés. Cela accroche bien sur la neige glacée, sauf s’ils sont un peu trop usés. Il suffit de conduire de manière souple sans donner de coup de volant trop brusque (notamment pour tourner à une intersection) et tout se passera bien.

Lors de notre séjour il n’a pas neigé une seule fois, les routes principales étaient bien dégagées et sur la route n°1 il n’y avait pas une trace de neige ou de glace. Par contre dès que l’on s’écarte pour prendre des routes non entretenues ou que l’on conduit sur un parking, il y a pas mal de glace. L’autre ennemi a été le vent violent qui ramène beaucoup de neige sur la route, il faut donc faire attention en roulant plus doucement.

De manière générale et en adoptant les bons réflexes la conduite l’hiver en Islande ne pose aucune difficulté. N’essayez pas de vous garer dans la neige sur le bas côté de la route. On ne sait jamais ce qu’il y en en dessous et la quantité de neige peut être plus importante que prévu. On a croisé des personnes coincés qui ont du appeler une dépanneuse. Et n’oubliez pas avant de partir de regarder les conditions de circulation sur le site road.is et la météo sur Vedur.

Dacia Duster 4x4 Islande hiver
Notre 4×4 sur la route n°1


Quel est le meilleur mois pour visiter l’Islande en hiver ?

La durée du jour l’hiver en Islande diminue drastiquement pour atteindre seulement 4h23 au mois de décembre. Heureusement cela augmente vite pour atteindre en moyenne 8h41 en février et 11h50 de jour au mois de mars. Lors de notre séjour du 4 au 11 février le soleil se levait à 9h50 et se couchait à 17h30. Et quand le soleil se lève il faut compter encore au moins une heure pour avoir une lumière correcte. Cela fait donc des petites journées qu’il faut bien optimiser.

Nous n’avions pas le choix sur la date de notre voyage mais si c’était à refaire je partirai au mois de mars. Les journées sont plus longues avec en moyenne un lever à 7h40 et un coucher à 19h30. Cela ne pose pas de problème pour observer les aurores boréales. Mars est le meilleur mois pour visiter l’Islande en hiver.


Où voir des aurores boréales ?

Vous l’aurez sans doute remarqué mais il n’y a aucune photo d’aurores boréales dans cet article. Tout simplement parce qu’en 7 jours sur place nous n’en avons vu aucune. Pourtant le ciel était clair tous les soirs et il n’y avait pas de pleine lune comme nous l’avons eu en Norvège. Mais quand ça veut pas ça veut pas, l’activité n’était pas assez forte. J’ai passé mon temps à scruter l’application My Aurora Forecast ainsi que le ciel mais rien du tout.

Pourtant l’Islande dispose de plein de bons spots pour observer les aurores boréales. Il suffit de trouver un site orienté vers le nord sans pollution lumineuse. Et contrairement à la Norvège il n’y a pas d’éclairage public sur les routes en dehors des villes donc c’est assez facile. Sur la péninsule de Reykjanes ou de Snaefellsnes nous étions très bien placé, même à Gullfoss on avait trouvé un bon spot.

Je pense que l’Islande n’est pas assez haut en latitude pour pouvoir en profiter pleinement. On reste en dessous du cercle polaire et les aurores se voient moins facilement que dans le nord de la Norvège par exemple.


Quel budget pour 1 semaine en Islande ?

Difficile de parler de budget moyen car cela dépendra grandement de votre façon de voyager. Mais voici à titre d’exemple notre budget pour 1 semaine en Islande en hiver. En basse saison les tarifs des locations de voiture et des hébergements sont moins élevés que l’été. Mais l’Islande reste un pays très cher. Lors de notre voyage en février 2024 le taux de change était 1 € = 149 ISK.

  • Billets d’avion Nice – Londres – Keflavik : 412 € par personne
  • Hébergement (7 nuits) : 829 €
  • Voiture de location (4×4 + assurances) : 541 € chez Lava Car
  • Essence : 217 € pour 1 635 km
  • Parking : 38 €
  • Repas (courses, resto, apéro) : 488 €

TOTAL pour 1 semaine en Islande pour 2 personnes : 2 525 €


Prix des restaurants et supermarchés en Islande

Ce que j’ai trouvé le plus cher en Islande c’est le prix des repas au restaurant. Voici quelques exemples de ce qu’on a payé ou que j’ai relevé :

  • 2 plats de côtes d’agneau dans un restaurant de Keflavik : 68 €
  • 2 sandwichs dans un snack : 19 €
  • 2 burgers et 1 bière dans un resto à côté des chutes de Skogar : 55 €
  • Plat de filet d’agneau dans le restaurant de l’hôtel Gulfoss : 45 €
  • Burger dans un pub de Reykjavik : 15 € / Frites : 9 €
  • Saumon grillé dans un restaurant de Reykjavik : 40 €

Par contre nous avons à chaque fois bien mangé. On trouve surtout de l’agneau en Islande (il est élevé sur l’île) et forcément du poisson (cabillaud et saumon). Il y a aussi de nombreuses microbrasseries. De manière générale la nourriture n’est pas très variée, la plupart du temps au menu il y a des burgers, hot dogs, pizzas et frites.

Le moins cher pour manger reste de faire ses courses au supermarché. Dans ce cas la différence de prix par rapport à la France est moins élevée. Voici quelques exemples de prix au supermarché et au Vindubin (magasin d’État qui vend de l’alcool) :

  • Bière (0,33 L) : 3,3 €
  • Pâtes Barilla (1 kg) : 3,2 €
  • Sauce pesto : 2,7 €
  • Skyr (170 g) : 1,75 €

Oui on mangé beaucoup de skyr et de pâtes. Mais bon, dois-je rappeler que Daniela est italienne ? 🙂

Nourriture Islande plats restaurants
Nourriture en Islande


Paiement en Islande

La carte bancaire est reine en Islande et tout se paye de façon dématérialisé. Nous n’avons pas eu besoin de retirer des couronnes islandaises ni de payer en cash. D’ailleurs la carte bancaire est parfois le seul moyen de paiement, comme sur les bornes des parkings privés.

Il vaut mieux opter pour une carte bancaire sans frais à l’étranger ni commissions de change. Les banques classiques ne proposent pas ce type de carte j’ai donc choisi une banque en ligne. Si vous voyagez souvent dans des pays où il n’y a pas l’Euro c’est indispensable. J’ai la carte de crédit Fortuneo Gold et Daniela la carte Ultim de BoursoBank. Les deux sont gratuites à condition de les utiliser une fois par mois.

Vous savez maintenant que faire en Islande en hiver ! Si vous avez des questions n’hésitez pas à les poser dans les commentaires du blog.

Vous aimerez aussi

3 commentaires

Elodie 7 mars 2024 - 21 h 18 min

Bonjour 🙂
Merci beaucoup pour cet article très intéressant.
Avez-vous un retour/comparaison par rapport a vos voyages en Norvège ?
Je sais allée dans le nord de la Norvège il y a deux ans, je souhaitais avoir une comparaison avec l’Islande qui m’intéresse grandement.
Merci 🙂

Répondre
Mushu 9 mars 2024 - 10 h 01 min

Bonjour Elodie, même si elles se ressemblent j’ai trouvé les deux destinations assez différentes. Les paysages du nord de la Norvège c’est des montagnes et fjords avec de jolies petites cabanes au bord de l’eau. En Islande on trouve surtout des glaciers, cascades, lacs, sources chaudes, geysers, plages de sable noir et bien sûr volcans. Par contre les villes sont quelconques et pas de cabanes de pêcheurs ni hébergement typique.
Vous pouvez visiter l’Islande en hiver ou en été vous n’aurez pas l’impression d’être en Norvège, ça reste deux voyages différents 🙂

Répondre
Ariane itineramagica 29 mars 2024 - 14 h 00 min

J’avais adoré mon voyage d’hiver, qui ressemblait beaucoup au vôtre. J’adore vos photos qui me rappellent de merveilleux souvenirs. Merci du partage !

Répondre

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. Accepter En savoir plus