Accueil DestinationsAsieSri Lanka Mirissa et Galle sur la côte sud du Sri Lanka
Galle - Fort rempart et phare Sri Lanka

Mirissa et Galle sur la côte sud du Sri Lanka

0 commentaire

Après une petite aparté de 2 jours dans la forêt de Sinharaja, nous retournons sur la côte sud du Sri Lanka en direction de la plage de Mirissa et de l’ancienne ville fortifiée de Galle. Pour finir ce voyage de 3 semaines nous repasserons par Colombo que nous visiterons brièvement avant de partir aux Maldives.


Deniyaya

Un tuk-tuk nous dépose à la gare routière de Deniyaya. Nous n’avions pas convenu du prix, je pensais payer 200 rp comme à l’aller et quand je tends l’argent au chauffeur il me dit que c’est seulement 100 rp. Je reste assez étonné, c’est la première fois que je vois un chauffeur de tuk-tuk qui n’essaie pas de gagner de l’argent sur le dos d’un touriste. Deniyaya n’est vraiment pas un coin touristique.

Pour faire le trajet Deniyaya – Mirissa nous devons enchainer plusieurs bus :

  1. Départ du bus pour Akuressa à 9h50 (60 rp par personne), arrivée à 11h45
  2. Départ du bus pour Matara à 11h50 (35 rp par personne), arrivée à 12h50
  3. Départ du bus pour Mirissa à 13h10 (19 rp par personne), arrivée à 13h40

Nous profitons de la grande gare routière de Matara, qui est la plaque tournante des transports dans le sud, pour acheter à manger, 2 friands, 2 brioches au sucre et de l’eau pour 170 rp (1,10 €). La gare possède des toilettes publics assez propre (10 rp).

En préparant l’itinéraire de ce voyage, j’ai eu un peu de mal à choisir la plage sur laquelle nous allions rester dans le sud du Sri Lanka. Au final mon choix s’est porté sur Mirissa car d’après ce que j’avais lu sur les forums et le Lonely Planet, la plage était belle et restait l’endroit le moins développé de la côte sud.


MIRISSA

Le bus nous dépose sur la route qui traverse le village, l’arrêt se trouve juste à côté de la guesthouse où nous avons réservé, l’Ocean Moon. La chambre avec eau chaude et ventilateur est à 3 500 rp (23 €), quasiment les pieds dans l’eau.

Où dormir à Mirissa

Vous trouverez un grand nombre d’établissements pour vous loger à Mirissa, la destination étant devenue assez touristique. Les hébergements ci-dessous ont tous d’excellents retours des voyageurs.

  • 7 € : Hill House Mirissa propose des chambres avec sdb commune pour les petits budgets
  • 14 € : Serene Niche, grande chambre double avec sdb privée et ventilateur
  • 24 € : Methusha Holiday House, cette guesthouse offre des chambres doubles avec sdb privée et balcon
  • 44 € : Mirissa Beach Inn, ce complexe hôtelier propose des chambres avec vues sur la mer
  • 53 € : Best Inn Villa Mirissa, une jolie villa proche de la plage de Mirissa, idéal pour les longs séjours

La plage de Mirissa est belle et il n’y a pas beaucoup de monde. Les rouleaux sont assez puissants et du côté ouest où se trouve le spot de surf il y a pas mal de rochers. Il y a également des rochers bien cachés sous l’eau du côté est, j’en ai fait la malheureuse expérience lorsque faisant du body surf je me suis éclaté le gros orteil sur un rocher. Peau et ongle arraché, une grosse douleur qui m’handicapera pendant plusieurs jours pour la suite du voyage (y compris aux Maldives).

Ce qui est marrant en Asie, c’est qu’à chaque fois que nous allons sur une plage, nous retrouvons des locaux avec les cheveux longs (on n’en voit nul part ailleurs), ces beach boys au look de surfeur aiment bien draguer les touristes.

Nous passons deux journées à profiter tranquillement de la plage. Pour la suite de notre voyage nous appelons les guesthouses de Galle afin de réserver une chambre mais le soucis c’est qu’il y a le festival littéraire en ce moment et tout est complet. Après 8 appels à des guesthouses différentes (heureusement nous avons une carte sim locale), nous finissons par trouver une chambre, la dernière, au Rampart View.


GALLE

Nous prenons le bus pour Galle à l’arrêt situé à côté de Ocean Moon à Mirissa. Beaucoup de bus passent à fond sans même s’arrêter, nous avons à peine le temps de lire l’écriteau pour savoir où ils vont. Nous finissons par en attraper un qui s’arrête à 11h. Des tuk-tuk nous ont proposé de faire le trajet Mirissa – Galle pour 1 200 rp alors que nous avons payé 50 rp chacun en bus.

Après une heure de bus nous arrivons à Galle et prenons un tuk-tuk (200 rp) pour rejoindre notre guesthouse Rampart View située à l’intérieur des remparts de la vieille ville. Nous prenons la dernière chambre disponible, c’est la moins bien de l’hôtel car situé au rez-de-chaussée et sans fenêtre, mais nous n’avons pas trop le choix tout est complet. Le prix de 3 000 rp (20 €) avec ventilateur et eau chaude est un peu exagéré au vu de l’état de la chambre. Par contre la guesthouse est bien située avec une belle vue depuis la terrasse, il est même possible de monter sur le toit pour regarder les couchers de soleil.

Où dormir à Galle ?

 Voici quelques bonnes adresses d’hébergement à l’intérieur du fort et des remparts de la vieille ville de Galle.

  • 15 € : Jungle Guest house, cette sympathique guesthouse la moins chère dans la ville fortifiée possède une terrasse et un jardin
  • 36 € : Villa AmiLisa, une jolie villa avec jardin
  • 50 € : Antic Lighthouse & Spa, cette guesthouse chic propose des chambres avec vue sur le phare
  • 125 € : Yara Galle Fort, un hôtel 5 étoiles dans une maison coloniale

Fort de Galle

Nous partons faire un petit tour à l’intérieur du fort qui fut édifié par les Hollandais à partir de 1663. Il est d’ailleurs inscrit au patrimoine mondiale de l’Unesco. Le fort ne se contente pas d’être un bel endroit et demeure un quartier vivant et dynamique, il abrite des administrations, des tribunaux, des sociétés d’export, et les rues sont pleines d’habitants affairés. C’est la 4éme plus grande ville du Sri Lanka avec plus de 90 000 habitants.

Nous faisons tout le tour du fort en nous promenant le long des remparts.

Nous passons devant l’église hollandaise réformée qui fut édifié en 1640. Le sol est couvert de pierres tombales provenant de l’ancien cimetière hollandais (les plus vieilles remontent à 1662). L’orgue de 1760 est toujours présent, de même qu’une chaire imposante, en bois de calamandre de Malaisie.

Pour diner nous décidons d’aller manger un rice and curry chez Mama’s Galle Fort Roof Café car d’après le Lonely Planet c’est le meilleur de la ville. Il y avait une réception privée ce soir sur le toit du coup ils ont accepté de nous servir mais en bas. Franchement c’est le plus mauvais rice and curry que nous ayons mangé de notre voyage, tout était froid et les accompagnements n’étaient pas terrible du tout. En plus c’est cher, je paye 2 000 rp (13,3 €) pour notre pire repas du séjour, Mama’s Galle a pris le melon depuis le passage du LP ! Du coup pour finir sur une bonne note nous prenons un gâteau maison au Royal Dutch Café juste à côté.

Ville nouvelle de Galle

Le lendemain j’avais prévu d’aller faire du surf à Ahangama, mais vu la blessure que je me suis faite sur les rochers à Mirissa, nous restons sur Galle car j’ai toujours mal lorsque je marche.

Ils vendent des livres un peut partout pendant ce festival, j’en profite pour acheter un guide sur l’identification des oiseaux du Sri Lanka : A Photographic Guide to Birds of Sri Lanka (1 200rp, 8 €). Si vous êtes ornithologue amateur ce livre est la bible des oiseaux au Sri Lanka.

Nous continuons notre visite de Galle en prolongeant vers la ville nouvelle en dehors des remparts. Galle se visite facilement en une seule journée, nous avons plus trainé qu’autre chose aujourd’hui, mais la ville est assez agréable.

La journée se finit par le coucher de soleil sur le Fort et un diner à la guesthouse pour notre dernier rice and curry du voyage (650 rp).

Bus Galle – Colombo

Ce matin nous prenons un tuk-tuk pour rejoindre la gare routière de Galle, avant de partir nous nous arrangeons sur le prix de 100 rp. Arrivé à destination, le chauffeur a tenté de nous arnaquer en disant que c’était 100 rp par personne, je lui explique que le prix n’est jamais par personne mais pour le véhicule. Voyant qu’il n’est pas tombé sur des touristes fraichement débarqués, il laisse tomber et repart avec ses 100 rp. Comme souvent je m’étais renseigné au préalable auprès de la guesthouse pour connaitre le prix normal.

De la gare routière un minibus climatisé nous emmène à Colombo (230 rp par personne plus la place du sac à dos). Nous partons à 10h10. Il existe un service de gros bus qui passe par l’autoroute et met seulement une heure, mais c’est plus cher (le chauffeur de tuk-tuk nous a dis que c’était de l’ordre de 700 rp, à vérifier).

Lors de notre traversée d’Hikkaduwa, nous voyons pas mal de maisons en ruine le long de la route juste de l’autre côté de l’océan, le tsunami de 2004 a fait pas mal de dégâts dans la région.


COLOMBO

Arrivé à la gare de Colombo Fort à 13h20 nous laissons nos gros sacs à dos à la consigne (« cloak room » tout au bout de la gare sur la gauche depuis l’extérieur). Nous avons payé 56 rp pour mettre nos 2 sacs dans le même box (prévoir son cadenas sinon ils peuvent en prêter un).

Colombo Fort

Nous visitons le quartier de Colombo Fort, la plupart des magasins sont vides et ont l’air abandonnées, le quartier semble un peu mort hormis toutes les personnes qui nous accostent dans la rue pour changer de l’argent. De plus il y a des check-point de l’armée un peu partout et il est impossible d’accéder au dagoba Sambodhi Chaitiya ou à l’église St Peter. Impossible de prendre une rue pour contourner le palais présidentiel, tout est fermé, la seule chose que nous avons pu voir c’est la tour de l’horloge.

Nous décidons d’aller dans le quartier de Pettah situé à côté mais là c’est le gros bordel dans les rues, bruyant, beaucoup de monde, circulation anarchique et tout le monde nous harcèle pour nous vendre quelque chose. On commence à en avoir un peu marre, heureusement que nous n’avons pas commencé par Colombo car quelle mauvaise image nous aurions eu du Sri Lanka, la seule chose dont nous avons envie c’est de s’échapper d’ici.

Nous récupérons nos sacs à dos à la consigne et prenons le bus 187 qui va à l’aéroport, il y a un arrêt en face de la gare de Colombo Fort. Départ à 15h10, prix : 50 rp par personne. Nous arrivons au terminus du bus à 16h50 (1h40 de bus pour 30 km) puis prenons une navette pour le terminal des départs (5 minutes de trajet).

Départ pour les Maldives

Je change les derniers roupies qu’il me reste à l’aéroport (gardez votre reçu lors du change euros vers roupies car il faut le présenter pour le change dans l’autre sens). L’avion de la compagnie Emirates va jusqu’à Malé aux Maldives (1h30 de vol), où nous nous arrêtons, puis continue sur Dubaï.

Nous arrivons à 23h passées à l’aéroport de Malé, il faut chaud et humide, bien plus qu’au Sri Lanka. A l’immigration nous avons rempli la carte d’arrivée mais on ne nous a pas demandé le billet d’avion retour ou la réservation de l’hôtel.

Après 1h de bateau, nous arrivons enfin à notre hôtel, le Makunudu Island situé sur l’atoll de Malé Nord. Il y a un décalage horaire d’une heure entre Malé et les îles hôtels, afin que les touristes profitent un peu plus du soleil le soir.

Retrouvez la suite de notre voyage sur le carnet de voyage aux Maldives.

0 commentaire
0

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. Accepter En savoir plus