Accueil DestinationsAmériquesCosta Rica Monteverde et Santa Elena : forêts de nuages au Costa Rica
Monteverde - Pont suspendu Costa Rica

Monteverde et Santa Elena : forêts de nuages au Costa Rica

0 commentaire

Après 4 jours dans la région du Guanacaste, la prochaine étape de notre road trip au Costa Rica nous permettra de visiter pendant 3 jours les réserves de Monteverde et Santa Elena au cœur des forêts de nuages. Ces forêts abritent de nombreux oiseaux dont le fameux quetzal qu’il est possible d’observer avec de la chance.


1er jour : Santa Elena – Monteverde

Ce matin nous quittons Playa Samara en direction des forêts de nuages de Monteverde et Santa Elena. Pour atteindre ces deux réserves, nous prenons la route au départ de Juntas (Las Juntas de Abangares de son vrai nom), celle-ci est vraiment très mauvaise, une piste en terre pleine de gros cailloux. La direction de Monteverde n’est pratiquement jamais indiquée aux embranchements, mieux vaut avoir un GPS. Nous arrivons à Monteverde après 3h de route.

Après avoir cassé la croute et posé nos sacs à l’hôtel à Santa Elena, nous allons au SkyTram et SkyWalk situés à côté de la réserve Santa Elena. Nous prenons le billet combiné pour ces 2 attractions, 50 $ par personne (toutes les attractions sont assez chères au Costa Rica).

SkyTram

Le SkyTram ne vaut pas le coup, c’est un genre de téléphérique ouvert qui survole la canopée, mais le trajet est super court. Il y a un guide avec nous pour nous donner quelques explications mais nous n’avons rien vu à part des Milans à queue fourchue dans le ciel (oiseaux migrateurs venant d’Argentine).

SkyWalk

Nous enchainons avec le SkyWalk, un sentier dans la forêt de nuage empruntant 5 ponts suspendus qui permettent de voir les animaux vivant dans la canopée et impossible à voir du sol. Nous y avons vu plusieurs oiseaux dont le toucanet émeraude et la paruline ardoisée ainsi que des singes hurleurs.

Retour au village de Santa Elena dont le centre est formé par un triangle de 3 routes, on y trouve surtout des restaurants, des boutiques de souvenirs, des bureaux pour réserver des excursions et de nombreux hôtels petits budgets.

Où dormir pour visiter Santa Elena et Monteverde


2ème jour : Réserve biologique de Monteverde

Aujourd’hui nous partons dans la Reserva Biologica Bosque Nuboso Monteverde (réserve biologique de la forêt de nuages de Monteverde). En raison de la fragilité de l’environnement, la réserve accueille 160 personnes au maximum, nous sommes donc venus dès 8h du matin (ouverture à 7h). Le parking gardé dispose de très peu de places, voilà une autre raison de venir tôt si vous avez un véhicule. La plupart viennent quand même dans des mini-bus de groupe de touristes. On peut également prendre le bus public depuis le village de Santa Elena.

Le prix de l’entrée de la réserve de Monteverde est de 17 $ par personne, c’est assez cher mais ce n’est pas un parc national administré par le gouvernement et la réserve doit son existence aux dons du public et aux droits d’entrée. Ce sont les premiers colons quakers qui sont à l’initiative de la préservation de cette forêt de nuage.

Nous commençons notre randonnée par le « Sendero Bosque Nubosco » (1,9 km) et au bout d’une centaine de mètres à peine on tombe sur un quetzal femelle puis un quetzal mâle cachés dans les arbres. Nous avons vraiment eu de la chance car c’est les seuls qu’on verra de la journée.

Le quetzal resplendissant est un oiseau emblématique de l’Amérique centrale, c’était un oiseau sacré pour les Maya dont les plumes étaient très prisées. La femelle n’a ni longue queue ni poitrine rouge. Sur le sentier nous avons vu d’autres oiseaux comme la pénélope unicolore et la paruline ceinturée.

Au bout du sentier, il y a un point d’observation appelé « La ventana » qui permet d’avoir une jolie vue sur la forêt avec au loin l’océan pacifique.

Nous continuons sur le « Sendero Pantanoso » (1,4 km) puis sur le « Sendero El Rio » (1,2 km). L’heure avançant on voit moins d’oiseaux, on se consolera avec une belle orange knee tarantula qui était sur le sentier.

La boucle nous ramène au début de la réserve, nous en profitons pour faire une pause pique-nique (on peut acheter des sandwichs et de l’eau dans la cafétéria à côté de la boutique de souvenirs). Il y a des coatis qui sont venus nous rendre visite, pas farouches du tout, ils fouillent même les poubelles. On peut rentrer et sortir de la réserve autant de fois que l’on veut dans la même journée avec le même billet, le tout est de bien le garder sur soi.

Nous retournons dans le parc pour prendre le sentier « Sendero Camino » (1,9 km), plus dégagé et donc plus réputé pour l’observation des oiseaux. Ce sentier est beaucoup plus large, il permet l’accès à des véhicules de service mais il est aussi moins beau que les autres. Vu que nous sommes en plein après-midi les oiseaux ne sont pas au rendez-vous, nous avons quand même vu un colibri à gorge pourprée femelle en train de butiner une fleur.

Au bout du « Sendero Wilford Guindon » se trouve un pont suspendu qui permet d’observer la canopée.

Motmot houtouc

Herpetarium et jardin des colibris

A Selvatura (à côté de la réserve Santa Elena) se trouve un herpetarium (12 $) et le jardin des colibris (5 $). La visite de l’herpetarium se fait obligatoirement avec un guide, je m’attendais à mieux, il y a seulement une dizaine de terrarium. Le guide nous a donné pas mal d’explication sur les grenouilles, lézards et serpents.

En sortant et avant d’aller rejoindre le jardin des colibris nous avons croisé un sympathique coati qui se laissait approcher sans craintes. Nous en avons même croisé deux autres à l’intérieur du jardin. Le jardin des colibris est vraiment bien pour observer ces oiseaux mouches de très près et les photographier. C’est en pleine nature, il y a juste des mangeoires avec de l’eau sucrée qui attire les colibris de la forêt.


3ème jour :
Réserve de Santa Elena

La Reserva Santa Elena de son nom officiel Reserva del Bosque Nuboso del Colegio Técnico Profesional de Santa Elena se trouve à 6 km au nord-est du village de Santa Elena. Des bus publics permettent d’y accéder si on ne possède pas de véhicule. L’entrée est à 14 $ par personne et il y a un grand parking face à l’entrée. Les recettes contribuent à la mise en place d’un projet de protection de l’environnement géré par la direction du lycée de Santa Elena.

Tandis que la réserve de Monteverde attire quelque 200 000 visiteurs par an, Santa Elena en accueille moins de 20 000. La forêt de nuages est assez semblable à celle de Monteverde, bien que située à une altitude légèrement plus élevée. Comme une partie de la forêt (de type secondaire) comprend des arbres plus jeunes, certaines zones sont plus dégagés et ensoleillées, et particulièrement propices à l’observation des oiseaux.

Contrairement à la Réserve de Monteverde, il n’y a aucun guide sur place qui attend d’éventuels touristes, il faut soit prendre un guide avant d’arriver à la réserve, soit prendre une des deux excursions guidées qui ont lieu à 7h30 et 11h30 (15 $ en plus de l’entrée).

Nous commençons par le « Sendero Encatado » (3,4 km), il y a plusieurs groupes avec des guides devant nous. Nous n’avons vu aucun animal ni oiseaux sur le sentier à part un mille-pattes, c’est pas vraiment ce que nous étions venus chercher. Heureusement arriver au bout du sentier, nos efforts sont enfin récompensés par un superbe quetzal mâle, un peu loin (les photos sont un crop 100% à 200 mm) mais il est plus à découvert que celui que nous avons vu hier à Monteverde. Finalement on sauve l’essentiel, car nous sommes surtout venus à Monteverde et Santa Elena pour voir le fameux quetzal. Nous avons discuté avec des touristes qui avaient un guide et ils n’ont rien vu du tout non plus.

Nous continuons sur le « Sendero Del Bajo » (2,6 km), le sentier est agréable mais nous ne voyons toujours aucun animal. Je suis un peu déçu car d’après le guide Lonely Planet on pouvait observer plus d’animaux à Santa Elena qu’à Monteverde car il y a moins de monde. D’abord nous n’avons pas vu beaucoup moins de monde à Santa Elena mais surtout nous avons vu beaucoup plus d’animaux à Monteverde. Si je devais conseiller une de ces deux réserves, ça serait sans aucun doute celle de Monteverde. Après il y a une grosse part de chance.

Après 6 km de randonnée nous nous retrouvons à l’entrée du parc, nous ne nous sentons pas trop d’attaque pour faire le « Sendero Caño Negro » qui rallongerait notre randonnée de 7,4 km. La fatigue et le manque d’animaux auront raison de nous et nous préférons aller manger un bon sandwich chez Stella’s Bakery, un établissement sur la route de Monteverde.

Sanctuaire des paresseux (sloth sanctuary)

L’après-midi nous allons au sanctuaire des paresseux (sloth sanctuary), l’entrée à 20 $ est un peu cher mais cet argent va à un programme de soins et de réhabilitation des paresseux blessés qui sont récupérés et amenés dans ce centre. Les paresseux sont victimes des voitures, des lignes à haute tension qu’ils confondent avec des branches, des chiens et même des enfants qui leur tirent dessus avec des pistolets à billes !

C’est le seul endroit où on peut les voir de très prés, car dans la forêt ils sont souvent très haut dans les arbres et bien camouflés. La visite guidée dure à peu près 1 heure.

Il y a 2 espèces de paresseux au Costa Rica, ceux à 2 griffes (Choloepus) et ceux à 3 griffes (Bradypus). Les paresseux à 3 griffes ne mangent que des feuilles alors que ceux à 2 griffes mangent des feuilles et des fruits.

Nous allons ensuite au Café Colibri prendre un smoothie et voir les colibris qui viennent boire de l’eau sucrée mise à leur disposition dans des mangeoires. Le café se trouve juste avant l’entrée de la réserve de Monteverde.
C’est la même chose que hier dans le jardin des colibris sauf qu’ici c’est gratuit ! Je ne me lasse pas d’observer ces oiseaux magnifiques qui font un bruit d’avion tellement leurs battements d’ailes sont rapides.

Colibris Monteverde Costa Rica
Duo de colibris

Nous finissons la journée par un petit passage à la fabrique de fromages de Monteverde (lecheria). Créée en 1953 par les premiers quakers du village, elle produit un gouda crémeux et un cheddar blanc plus fort, vendus dans tout le pays, ainsi que d’autres produits frais comme les yaourts et les crèmes glacées.

Prochaine étape de notre voyage le Parc National de Manuel Antonio.
0 commentaire
0

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. Accepter En savoir plus