Accueil DestinationsEuropeNorvège Lofoten : itinéraire d’une semaine en road trip
Point de vue randonnée Reinebringen

Lofoten : itinéraire d’une semaine en road trip

4 commentaires

Cela faisait quelque temps que je souhaitais partir aux Lofoten en Norvège et au mois de juin de cette année j’ai enfin pu planifier ce voyage qui me faisait tant rêver. Le pays ne m’était pas inconnu puisque j’avais déjà passé 15 jours dans le sud de la Norvège, mais cette fois je suis parti beaucoup plus au nord au delà du cercle polaire pour un itinéraire d’une semaine en road trip aux îles Lofoten.

Pour toutes les informations concernant la préparation de ce voyage (réservation de ferry, voiture de location, vols, budget, matériels, …) vous pouvez consulter l’article du blog : organiser un voyage aux îles Lofoten en Norvège.


Sommaire

Les villages que j’ai visité et les randonnées que j’ai faite lors de mon road trip aux Lofoten sont présentés en partant du sud (Å) vers le nord (Svolvaer) de l’archipel. C’est l’itinéraire classique si vous arrivez par le ferry de Moskenes. Les numéros du sommaire correspondent avec ceux de la carte ci-dessous.

  1. Å
  2. Randonnée du lac de Trolldalsvatnet
  3. Sørvågen
  4. Reine
  5. Randonnée du Reinebringen
  6. Sakrisøy
  7. Hamnøy
  8. Fredvang
  9. Randonnée plage de Kvalvika
  10. Sund
  11. Flakstad
  12. Nusfjord
  13. Ballstad
  14. Plages Uttakleiv et Haukland
  15. Stamsund
  16. Unstad
  17. Randonnée Eggum Unstad
  18. Randonnée de Blaheia
  19. Henningsvær
  20. Kabelvåg
  21. Svolvær
Itinéraire road trip Lofoten
Road trip aux Lofoten : itinéraire d’une semaine


Arrivée à Bodø

A l’embarquement mon sac à dos fait 19 kilos, je ne suis pas loin de la limite car sur la compagnie Norwegian le poids autorisé est de 20 kg. C’est la première fois qu’il est aussi lourd, faut dire que voyageant seul je suis obligé de porter tout le matériel de camping et la nourriture. Arrivé à Bodø en début de soirée, je récupère la voiture de location à l’aéroport et me dirige vers le camping le plus proche. Je m’arrête en chemin dans une station service pour acheter une cartouche de gaz (70 NOK le grand format), mais ce ne fût pas une bonne idée car il y en avait plusieurs à disposition dans le camping de Bodø. En effet les voyageurs reprenant l’avion laissent leur cartouche plus ou moins pleine sur place.

L’emplacement tente pour une voiture et une personne est à 175 NOK au Bodøsjøen Camping (il y a un code d’accès pour les parties communes). La première nuit a été un peu difficile puisqu’il y avait pas mal de vent et de la pluie sans compter le réveil matinal à 5 h. Le pliage de la tente sous la pluie n’était pas non plus des plus agréables, heureusement ce fût la seule fois de tout le voyage où il a plut.

Où dormir à Bodø
  • Hôtel : Scandic Bodø, c’est l’hôtel le moins cher de la ville (98 €), il est situé à côté du quai des ferries et à 200 m de la gare.
  • Auberge de jeunesse : Bodø Hostel & Motel située en centre ville propose des lits en dortoirs (35 €) et des chambres doubles avec sdb privée (79 €).
  • Camping : Bodøsjøen Camping est le plus proche de la ville, possibilité de louer des bungalow (hytter) de 4 places à partir de 119 €. Pour un emplacement tente avec une voiture comptez 18 € (pas de réservation possible).
Ferry Bodø – Moskenes

J’avais réservé le ferry de 7h pour Moskenes et ma réservation indiquée que le dernier appel était à 6h15. Je me suis donc pointé à 5h55 avec un peu d’avance et en fait j’ai pu prendre le ferry de 6h qui partait juste 5 min après. Le ferry était quasiment vide avec seulement 7 véhicules à bord, j’ai pu m’allonger facilement sur les banquettes afin de finir ma nuit. La traversée de 3h30 a été mouvementée, ça tanguait pas mal à cause du mauvais temps, j’avais même un peu peur que la voiture bouge dans la cale. A la sortie du ferry à Moskenes je croise un couple d’allemand qui fait du stop et ça tombe bien pour eux, ils vont au même endroit que moi.


Ile de Moskenesøy

Å

Å (prononcé « O ») est le village le plus au sud des îles Lofoten, à 5 km de Moskenes. C’est également l’un des villages les plus visités de l’archipel (heureusement début juin cela reste assez calme), faut dire que son ensemble de vieilles maisons rouges pleine de charme constitue un musée à ciel ouvert. On retrouve tout ce que l’on pouvait trouver dans un village de pêcheurs du nord de la Norvège dans les années 1800 (magasin général, hangar à bateaux, usine d’huile de foie de morue, forgeron, …). Ne manquez pas de passer par l’ancienne boulangerie (Bakeriet) qui propose d’excellents roulés à la cannelle (49 NOK – 5 €), mais venez le matin car le stock est vite dévalisé par les touristes.

Déambuler dans le village ne vous coutera rien, par contre si vous souhaitez visiter les différents bâtiments faisant office de musée il faudra acheter un billet d’accès à 100 NOK (10 €). Pour info si vous passez par Nusfjord vous pourrez visiter gratuitement le même type de bâtiments reconvertis en musée.
Un grand parking gratuit se situe juste après le tunnel, en partant à pied vers le sud on peut explorer les environs, il y a une jolie vue sur la côte et au loin les îles de Vaeroy et Rost. La météo de cette première journée de road trip aux Lofoten a été assez nuageuse (la seule de toute la semaine), je suis donc repassé au village de Å avant de prendre le ferry retour pour Bodø.

Où dormir à Å
  • Hôtel : Brygga Restaurant Bed and Breakfast (95 €).
  • Rorbuer : Lofoten Fishing (136 €) et Å-Hamna Rorbuer (115 €).
  • Auberge de jeunesse : Salteriet Hostel propose des chambres doubles avec salle de bain commune (80 €).
  • Camping : le camping le plus proche et l’unique sur l’ile de Moskenesøy se trouve à Moskenes proche de l’arrivée des ferries. Le tarif pour une nuit est de 210 NOK (21 €) avec une voiture et une tente.
  • Camping sauvage : au sud du parking en prenant le petit sentier il est possible de trouver des spots de camping sauvage malgré un sol majoritairement rocailleux et spongieux. Il y a plusieurs panneaux « no camping », il faut s’éloigner un peu. Toilettes et point d’eau sur le parking.


Randonnée lac de Trolldalsvatnet

  • Point de départ : Sørvågen (juste avant le village en venant de Å)
  • Dénivelé : +200 mètres / -200 mètres
  • Durée : 2 heures A/R
  • Distance : 4,5 km
  • Altitude : entre 0 et 150 m
  • Difficulté : facile ☆☆☆☆

J’ai trouvé cette idée de rando en consultant le site rando-lofoten qui répertorie une grande partie des randonnées aux Lofoten. La randonnée du lac de Trolldalsvatnet est facile, il n’y a aucune difficulté physique, par contre ce n’est pas pour autant qu’elle est adaptée aux enfants car il y a certains passages techniques. La deuxième partie (après le lac Stuvdalsvatnet) est très glissante, il y a des passages où il faut s’aider de cordes pour monter et le sentier passe parfois par des sortes de sables mouvants, j’ai souvent mis les pieds dedans et même réussi à enfoncer de 1 mètre mon bâton de marche ! Comme partout aux Lofoten le sentier n’est pas balisé et la trace GPS que j’avais téléchargé m’a bien aidé à certains endroits.


Sørvågen

Joli petit port de pêche situé entre Å et Moskenes. Il n’y a pas grand chose à y faire à part admirer le paysage, pour profiter du meilleur point de vue quitter la route E10 pour passer de l’autre côté du port. Nombreuses solutions d’hébergements (rorbu, lodge ou hôtel) si vous ne trouvez pas votre bonheur à Å ou Reine.

Pour ma part n’ayant pas le budget pour ces charmantes cabanes de pêcheurs je vais passer la nuit au camping de Moskenes (210 NOK soit 21 € pour une voiture et une tente). Il y a encore beaucoup de vent et il n’est pas évident de trouver un emplacement abrité. Les blocs sanitaires sont propres et assez grands par contre la cuisine est toute petite et au vu du nombre de personnes, notamment de camping-car, il est difficile de l’utiliser. Oui parce que pour la vaisselle par exemple, toi en tant que campeur qui voyage léger tu viens juste laver ton assiette et tes couverts mais le camping-cariste lui débarque avec sa bassine remplit d’une semaine de vaisselle et reste une demi-heure à bloquer l’évier. C’est le même qui vient dès 18h pour préparer son couscous qui prend 3 heures en utilisant toutes les plaques de cuisson. A croire que son super camping-car n’est pas équipé pour faire la cuisine et la vaisselle.


Reine

Impossible de ne pas succomber au charme de Reine, ce village de pêcheurs situé dans un cadre magnifique à cheval sur plusieurs péninsules et surplombé par de hautes montagnes abruptes. Reine est un peu la carte postale des îles Lofoten, c’est également le point de départ de la célèbre randonnée du point de vue de Reinebringen et du ferry qui permet de rejoindre Vindstad et la plage de Buneset.

Reine dispose d’une station service « Circle K », d’une supérette ouverte le dimanche (bien pratique pour acheter un sandwich quand tout le reste est fermé) et d’un distributeur de billets.

Début juin on trouve encore sur les nombreuses claies de bois qui entourent le village des morues en train de sécher. Les poissons décapités sont séparés, d’un côté sèchent les corps ouverts et vidés et de l’autre les têtes. Ces dernières sont destinées au marché africain où elles sont utilisées dans la confection de soupe.

Où dormir à Reine
  • Appartement : May’s Apartments, un studio avec tout le confort nécessaire situé au bord de l’eau (116 €).
  • Rorbuer : Reine Rorbuer, magnifiques et confortables rorbuer dans le superbe fjord de Reine (190 €).
  • Camping : uniquement à Moskenes (21 €).
Ferry Reine – Vindstad

L’été en haute saison il y a 3 départs par jour en semaine : 9h45 – 15h – 17h30 pour un temps de trajet de 20 min entre Reine et Vindstad (horaires détaillés sur la photo ci-dessous). Le bateau ne peut transporter qu’une trentaine de personnes, mieux vaut arriver en avance. De Vindstad on atteint en une heure de marche la célèbre plage de Buneset.
Une excursion populaire consiste à prendre le ferry de Reine à Vindstad, randonner jusqu’à la plage Buneset pour y passer la nuit en camping sauvage puis revenir le lendemain à Reine par le ferry. Sinon vous pouvez y passer simplement la journée (ferry retour en semaine à 17h55 et 20h50 le vendredi).

Reine Lofoten


Randonnée Reinebringen

    • Point de départ : Reine (juste avant le village, se garer au parking à l’embranchement avec l’E10)
    • Dénivelé : +500 mètres / -500 mètres
    • Durée : 2 heures A/R
    • Distance : 2,3 km
    • Altitude : entre 0 et 450 m
    • Difficulté : moyenne ★★☆☆☆

Cette randonnée du Reinebringen n’en est pas vraiment une puisque son seul intérêt se limite à une ascension jusqu’à un sommet qui permet d’avoir un impressionnant panorama sur le village de Reine, le fjord et les montagnes. C’est l’une des vues les plus connues des îles Lofoten.

Mais j’ai bien failli ne jamais pouvoir accéder à ce point de vue ! En effet lors de mon premier passage à Reine le 11 juin, le sentier était fermé pour cause de travaux (du 4 juin au 14 juillet) et un ouvrier sur place empêchait toute personne de passer par dessus la barrière. Le sentier étant devenu trop dangereux, ils sont en train de construire des marches d’escaliers jusqu’au sommet (travaux réalisés par des sherpas par ailleurs).

Du coup je suis repassé lors de mon dernier jour et comme c’était un dimanche personne ne travaillait sur le chantier ce qui m’a permis de braver l’interdit (j’étais loin d’être le seul d’ailleurs). Les travaux avaient bien avancés puisque la majeure partie du sentier de randonnée était fait d’escaliers en pierre ce qui facilite grandement la montée. Je pense qu’au moment où vous lirez ces lignes les travaux seront terminés et rendront l’ascension au Reinebringen beaucoup plus facile qu’auparavant.

Point de vue randonnée Reinebringen
Point de vue randonnée Reinebringen
Point de vue de Reinebringen


Sakrisøy

Situé sur une petite île reliée par des ponts à Hamnøy et Reine, le village de Sakrisøy offre de magnifiques panoramas avec ses cabanes de pêcheurs jaunes et son eau translucide. J’ai profité de mon passage pour déjeuner chez Anita Sjomat, une boutique du transformeur de poisson local qui réalise de délicieux sandwichs de poisson. J’ai goûté au sandwich saumon et cabillaud, excellent mais à 160 NOK (16 €) ce fut la seule fois ou j’ai fait un écart. La terrasse à l’extérieur avec la superbe vue aide à faire passer l’addition !

Si la cabanes de pêcheurs jaunes de Sakrisøy vous plaisent, il est possible d’y passer la nuit (Sakrisøy Rorbuer – 115 €).


Hamnøy

Avec ses rorbuer rouges et son immense falaise en toile de fond, le port de Hamnøy fait partie des sites incontournables à voir lors d’un road trip aux Lofoten. Le cadre est magnifique et ne doit pas vous être totalement inconnu car la photo circule souvent sur les réseaux sociaux pour représenter les îles Lofoten (le meilleur point de vue se trouve depuis le pont).

Hamnøy offre une trentaine d’hébergements en rorbuer rénovés avec tout le confort moderne si vous souhaitez faire étape dans le village (réservation auprès de Eliassen Rorbuer – 129 €).

Hamnoy Lofoten


Fredvang

Le petit port de pêche de Fredvang situé tout au nord de l’île de Moskenesøy est accessible par deux ponts qui relie le village à l’île de Flakstadøy. Fredvang possède une superbe plage de sable blanc où il est possible de faire du camping sauvage. Si l’eau n’était pas si froide (environ 12°C) on s’y baignerait. A l’extérieur la température est de 7 degrés, au soleil quand il n’y a pas de vent il fait bon mais dès que le vent souffle (ce qui arrive souvent) il fait super froid.

Fredvang est le point de départ de la randonnée vers la célèbre plage de Kvalvika accessible uniquement à pied. Lors de mon premier passage la météo était assez nuageuse de l’autre côté de la montagne, du coup j’ai fait cette randonnée lors de mon retour sur Moskenes.


Randonnée de Fredvang à la plage de Kvalvika

  • Point de départ : Fredvang (au sud du village sur la route Fv808)
  • Dénivelé : +180 mètres / -180 mètres
  • Durée : 2 heures A/R
  • Distance : 3 km
  • Altitude : entre 0 et 180 m
  • Difficulté : facile ★★☆☆☆

Kvalvika (qui signifie plage de la baleine) est l’une des plus belles plages des îles Lofoten. C’est une destination populaire auprès des touristes et randonneurs, le cadre étant prisé pour bivouaquer en camping sauvage et regarder le soleil de minuit. D’ailleurs il n’est pas évidement de trouver une place de stationnement, le petit parking Torsfjord au départ de la randonnée est vite plein.

La plage a été rendue célèbre par deux surfeurs norvégiens qui y ont passé 9 mois en construisant une cabane avec tout ce que la mer rejetée (ils en ont d’ailleurs fait un film « North of the Sun »). Sur place je n’ai pas trouvé la fameuse cabane et je n’avais pas pris soin de regarder où elle se située exactement. Je m’attendais à une cabane au bord de la plage mais en fait elle est bien cachée dans les rochers. Elle se trouve à gauche de la plage lorsqu’on regarde la mer.

Pour un magnifique panorama vous pouvez pousser la randonnée jusqu’au mont Ryten (alt 540 m). Depuis la plage principale, il est possible d’accéder à une deuxième plage plus à l’ouest où se trouve un petit lac parfait pour y poser sa tente. Mais le sentier qui traverse un amas rocheux est assez casse-gueule et exposé au vide, il faut s’aider de chaînes sur certains passages et plusieurs « faux » sentiers débouchent dans le vide.

Plage Kvalvika Lofoten


Ile de Flakstadøy

Sund

Sund ne se trouve pas forcément sur l’itinéraire d’un road trip aux Lofoten car le village est situé à l’écart de la route E10 tout au sud de l’île de Flakstadøy. Mais si vous avez un peu de temps ce tout petit port de pêche niché au fond d’un fjord mérite le détour. Ici nous ne croiserez aucun touriste, seulement des ouvriers ramassant les morues séchées (en saison au mois de juin) pour les transformer directement dans les usines sur place.


Flakstad

Avant d’arriver à Flakstad je m’arrête à Ramberg faire quelques courses au supermarché du village. Flakstad possède une belle plage de sable blanc, on peut également y voir une vieille église rouge construite en 1780 (visite à 40 NOK).

Je me pose pour la nuit au camping de Flakstad (Lofoten Beach Camp) situé dans un magnifique cadre au bord de la plage et entouré de montagnes. Pour une tente avec une voiture le tarif est de 200 NOK (20 €). L’emplacement est top par contre les infrastructures sont moyennes, la cuisine ne possède que 2 plaques électriques et un micro-ondes, compliqué quand on voit le nombre de campeurs (il y a environ une tente pour 10 camping-cars aux Lofoten). L’eau chaude est payante à la douche, 10 NOK pour 3 minutes et le compteur continue de tourner même si on arrête l’eau. Autant dire que vous vous pressez pour vous laver ! La machine ne prend que les pièces de 10 et 20 NOK, mettez en de côté quand vous en avez.


Nusfjord

Nusfjord est l’un des sites à ne pas manquer lors d’un road trip aux Lofoten, rien que le trajet le long du fjord est magnifique. Au terme des 6 km de route on atteint le charmant petit port de Nusfjord dont les rorbuer rouges et les entrepôts jaunes sont disposés sur un quai en bois en forme de fer à cheval. Nusfjord est un village musée où l’on peut visiter d’anciens bâtiments reconstitués comme des garages à bateaux, une scierie, une fabrique d’huile de foie de morue et une boulangerie encore en activité qui vend de délicieux roulés à la cannelle (45 NOK).

L’accès au village est payant entre 10h et 18h de juin à septembre (50 NOK / pers). Pour ma part je suis arrivé à 9h ce qui m’a permis de visiter Nusfjord gratuitement et quasiment seul avant l’arrivée des bus de tourisme.

Si le cœur (et le porte-monnaie) vous en dit, il est possible de dormir dans les magnifiques rorbuer du village de Nusfjord. Réservation auprès de Lofoten Cottages (160 €) et Nusfjord Rorbuer (220 €).

Nusfjord road trip Lofoten


Ile de Vestvågøy

Ballstad

De retour de Nusfjord je récupère la route E10 pour continuer ma route vers le nord en direction de Leknes. Avant de quitter l’île de Flakstadøy, je m’arrête à Vareid qui possède une superbe plage aux eaux cristallines.

Ballstad était vendu dans mon guide comme un très joli port de pêche animé, je dois avouer que je n’ai pas trouvé le port si charmant avec ses installations industrielles de transformation de poisson. Ballstad étant situé tout au sud de l’île de Vestvågøy et nécessitant de faire un détour, c’est une destination que l’on peut facilement éviter.


Plage Uttakleiv

En venant du sud quittez la route principale E10 sur la gauche en direction d’Uttakleiv pour bientôt longer de superbes plages de sables blanc à l’eau turquoise (Haukland beach).

De la plage d’Haukland un tunnel permet de passer sous la montagne pour arriver au hameau agricole d’Uttakleiv qui possède une autre plage magnifique sur laquelle on peut observer le soleil de minuit. L’accès à la plage d’Uttakleiv est de 50 NOK (5 €) pour une voiture à déposer dans une boîte (je n’ai vu personne payer). Si vous souhaitez y passer la nuit en camping sauvage il faudra payer 200 NOK (20 €).


Stamsund

En fin d’après midi, je me dirige vers le village de Stamsund, une des escales de l’Express côtier Hurtigruten. Stamsund n’a rien de particulier à offrir et ne mérite pas spécialement le détour lors d’un road trip aux Lofoten. Cependant si vous n’êtes pas très loin le village de pêcheur possède une charmante auberge de jeunesse située dans un vieux bâtiment en bois sur le port, ce qui changera du camping pour quasiment le même prix (170 NOK ou 17 €). Il n’est pas possible de réserver en ligne, il faut téléphoner (76-08-93-34) ou venir directement sur place. L’eau chaude à la douche est payante (5 NOK pour 4 minutes) et la cuisine se fait sur un vieux poêle à bois.


Unstad

Le lendemain matin je me rends jusqu’à la jolie plage de Unstad sur la côte ouest de l’île de Vestvågøy. La route pour se rendre à ce hameau situé au fond d’un cul de sac est assez plaisante mais il faudra obligatoirement avoir une voiture car Unstad n’est desservi par aucun bus. Le site est réputé pour le surf, on peut louer sur place du matériel, prendre des cours et même y passer la nuit (Unstad Arctic Surf – 140 €)

Le parking pour accéder à la plage est payant (50 NOK pour une voiture) et il faudra également payer 100 NOK (10 €) pour pouvoir faire du camping sauvage sur la plage (l’argent est à déposer dans une boite).

Après un rapide aperçu des environs, je me dirige vers Eggum, point de départ (ou d’arrivée si on la fait dans l’autre sens) d’une randonnée assez connue qui relie ces deux hameaux. En quittant Unstad, je croise deux allemandes qui font du stop et qui vont justement à Eggum. Elles ont fait la randonnée de Eggum vers Unstad mais ne souhaite pas faire le chemin retour car d’après elles le sentier est assez glissant et dangereux par endroit.


Randonnée de Eggum à Unstad

  • Point de départ : Eggum (ou Unstad)
  • Dénivelé : +180 mètres / -180 mètres
  • Durée : 5 heures A/R
  • Distance : 9 km
  • Altitude : entre 0 et 80 m
  • Difficulté : moyen ★★★☆☆

Eggum est à l’image d’Unstad, un hameau situé au fond d’une route en cul de sac et non desservi par les transports en commun. Là aussi parking (30 NOK) et camping sauvage (100 NOK) payants. Mais contrairement à Unstad il n’y a pas de sable sur la plage mais des rochers plus ou moins gros. Comme Eggum est orienté plein ouest, c’est un site réputé pour l’observation du soleil de minuit.

Au départ de la randonnée entre Eggum et Unstad se situe un ancien bunker de la deuxième guerre mondiale ainsi qu’un café. L’itinéraire passe rapidement devant un grand lac puis suit le littoral. Sur les deux tiers du parcours, le sentier ne présente aucune difficulté, j’ai quand même contourné à plusieurs reprises des brebis et leurs agneaux qui étaient posés sur le sentier car elles me regardaient avec une drôle de tête. En se rapprochant d’Unstad le sentier devient plus compliqué (c’est pour ça que j’ai classé la difficulté à « moyen »), il y a des passages très glissants et casse gueule où le chemin se retrouve exposé au vide, évidemment sans aucune protection. Il faut escalader de gros blocs de pierres et vu qu’il n’y a aucun balisage il faut souvent chercher la bonne trace pour ne pas finir sur un à-pic. Une chaîne faisant office de main courante permet d’avancer sur certains passages exposés au vide.
Pour le pique-nique j’avais acheté un pain pizza au supermarché (19 NOK) et j’ai mangé des morceaux de morue séchée que j’avais pris à Sakrisøy (on en trouve également dans les supermarchés), j’ai trouvé ça très bon et j’en ai même ramené en France.

Bien que la cadre soit joli, cette randonnée assez longue est plutôt monotone car le paysage reste le même tout le long du trajet (5 heures) et les passages dangereux ne rendent pas la progression agréable. Si vous ne souhaitez pas vous lancer sur cette rando ou manquez de temps, le mieux est de partir d’Unstad et de marcher sur à peu près 1 km, c’est de là que vous aurez le plus beau point de vue sur la plage d’Unstad.

Point de vue plage Unstad
Point de vue sur la plage de Unstad


Randonnée de Blaheia

  • Point de départ : Valberg
  • Dénivelé : +700 mètres / -700 mètres
  • Durée : 5 heures A/R
  • Distance : 12 km
  • Altitude : entre 0 et 551 m
  • Difficulté : moyen ★★★☆☆

J’ai réalisé cette randonnée lors du trajet retour de Svolvær à Moskenes, j’ai d’ailleurs fini mon trek à 21h mais grâce au soleil de minuit on peut randonner jusqu’à pas d’heure. La randonnée de Blaheia que j’ai trouvé sur le site rando-lofoten offre un superbe panorama sur l’île de Vestvågøy. Le sentier est peu fréquenté, je n’ai croisé personne durant mes 5 heures de marche mis à part quelques moutons (couverture par la réseau mobile en cas d’urgence).

Le départ de la randonnée de Blaheia se situe 450 m avant le hameau de Valberg en venant du nord sur la route 815. Il faut emprunter une piste en terre sur la droite qui mène à une barrière, c’est ici qu’il faut se garer. Le début du sentier est assez plat et longe une rivière avec quelques passages boueux avant de déboucher sur un joli point de vue. C’est à partir de là que commence véritablement l’ascension de la montagne, à vrai dire je me demandais vraiment comment j’allais pouvoir monter. Le sentier est très peu visible et il faut escalader les blocs de pierres pour avancer. Il restait encore quelques plaques de neige en cette saison que j’ai traversé sans soucis.

Du sommet la vue à 360° sur l’île de Vestvågøy est magnifique, par contre il y a énormément de vent et il est glacial, je suis équipé de gants, bonnet, pull et coupe-vent même en plein soleil.

De retour à la voiture je rejoins un camping situé à quelques kilomètres de là en bord de mer, Brustranda Sjocamping, 250 NOK (25 €) pour une voiture et une tente. Il était possible de faire du camping sauvage au départ de la rando mais j’avais envie de prendre une bonne douche chaude après ce trek.

Randonnée de Blaheia road trip Lofoten
Randonnée de Blaheia


Ile d’Austvågøy

Henningsvær

En fin de journée je rejoins Henningsvær situé tout au sud de l’île d’Austvågøy, la dernière des îles que je visiterai lors de mon road trip aux Lofoten. Le village de pêcheur, le plus grand des Lofoten, se trouve disséminé sur plusieurs îlots reliés entre eux par des ponts. Henningsvær est même surnommée la Venise des Lofoten à cause de toute l’eau qui entoure le village. La destination est assez touristique mais heureusement à 19h la foule a désertée les lieux, ce qui me permet de profiter tranquillement de cette belle lumière de début de soirée (en cette saison il ne fait jamais nuit aux Lofoten).

A 10 km au nord de Henningsvær j’ai trouvé un camping dans un cadre superbe au bord de la mer, le Lyngvaer Lofoten Bobilcamping. Le tarif est de 245 NOK (25 €) la nuit pour une voiture et une tente. Les parties communes sont bien aménagées (wifi gratuit), mais comme souvent l’eau chaude est payante à la douche (10 NOK pour 6 min).

Où dormir à Henningsvær 
Henningsvaer road trip Lofoten
Henningsvær


Kabelvåg

Charmant village avec ses maisons colorées situé à 5 km au sud de Svolvær sur la route principale E10. Kabelvåg possède également une jolie église du début du XIIe s, mais l’entrée est payante (40 NOK) ce que je trouve toujours abusé pour une église.


Svolvær

Dernière étape de mon road trip aux îles Lofoten, Svolvær est la capitale de l’archipel avec tout ce que l’on peut trouver comme services : cafés, magasins de souvenirs, excursions, supermarchés et centres commerciaux. Svolvær fait partie des escales de l’Express côtier Hurtigruten, je ne sais pas si c’est pour cette raison mais il y avait beaucoup de touristes en ville, je ne me suis pas trop attardé.

Hormis la possibilité de faire des achats (les supermarchés sont les moins chers des Lofoten) Svolvær n’offre guère d’intérêt, je suis monté jusqu’ici « pour voir » mais la ville peut facilement être évitée si vous avez peu de temps pour un road trip aux Lofoten ou que vous ne prenez pas le ferry.

J’en profite tout de même pour faire quelques courses au supermarché (213 NOK) et pour manger un sandwich au saumon (99 NOK) chez Kringla Bakeri situé sur la place principale de Svolvær.

Svolvaer road trip Lofoten
Svolvær


Fin du road trip aux Lofoten : retour à Moskenes puis Bodø

Je redescends ensuite jusqu’à Moskenes pour prendre le ferry vers Bodø (au passage celui-ci avait deux heures de retard). Il y a beaucoup plus de monde qu’à l’aller mais le ferry n’est pas complet. Arrivé à 20h30 à Bodø je fais le plein de la voiture (l’essence est moins chère ici qu’aux Lofoten) et me rend au même camping que lors de mon arrivée. La boucle de ce road trip d’une semaine aux îles Lofoten se termine avec 560 km au compteur.

J’ai vraiment adoré ce voyage aux îles Lofoten, j’ai en plus profité d’un soleil magnifique pendant presque tout mon séjour, ce fût sans aucun doute l’un de mes plus beaux voyages nature et randonnée. J’ai tellement aimé cet archipel que je pense y revenir en hiver pour profiter des aurores boréales et d’une tout autre ambiance.

4 commentaires
1

Vous aimerez aussi

4 commentaires

Jeanseb 30 novembre 2019 - 18 h 19 min

Bonjour,
Projetant de partir au mois de juin 2020, j’ai pris un grand plaisir à vous lire et à regarder vos photos.
Merci pour ce super compte rendu.
Petite question: Y avait-il encore beaucoup de neige sur les hauteurs?
Cordialement.

Répondre
Mushu 30 novembre 2019 - 20 h 15 min

Bonjour JeanSeb,
Il n’y a pratiquement plus de neige au mois de juin à part quelques plaques par ci par là sur les sommets (notamment dans les zones à l’ombre). Cela ne pose aucun soucis pour la randonnée en tout cas.

Répondre
Ana 14 décembre 2019 - 23 h 02 min

Merci beaucoup pour toutes ces informations précieuses qui vont m’aider à organiser mon voyage. J’y serai en Avril 2020, j’ai hâte ! Pouvez vous me dire quels objectifs vous avez utilisé pour vos photos, qui sont juste sublimes ? Merci

Répondre
Mushu 14 décembre 2019 - 23 h 50 min

Merci Ana 🙂 J’ai un Canon 10-22, le grand angle est indispensable pour capter la grandeur des paysages des îles Lofoten.

Répondre

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. Accepter En savoir plus