Accueil DestinationsAsieCorée du Sud Visite de la DMZ, la zone coréenne démilitarisée
Corée - DMZ

Visite de la DMZ, la zone coréenne démilitarisée

0 commentaire

La DMZ ou zone démilitarisée qui sépare la Corée du Nord de la Corée du Sud se visite principalement à partir de Séoul lors d’une excursion organisée et très encadrée notamment pour les sites Joint Security Area (JSA) et Panmunjom.


Départ de Séoul

Vous pouvez réserver votre excursion à la DMZ en passant par ce site.

Ce matin j’ai rendez-vous aux bureaux de l’USO à 8h30. L’USO (United Service Organizations) est l’association qui fournit loisirs et soutien moral aux troupes américaines et qui organise des circuits à la DMZ (zone démilitarisée entre la Corée du Sud et la Corée du Nord). Leurs circuits sont très prisés, j’ai donc réservé sur leur site internet avant de partir (http://www.koridoor.co.kr/). Le tour est à 96 000 W (68 €).

La personne de l’association contrôle mon passeport (cette excursion est interdite à plusieurs nationalités dont les sud-coréens) et moi je regarde la liste des participants. Il n’y a quasiment que des soldats américains en permission.

Déroulement de la journée de visite de la DMZ :
  • 9h : départ du camp Kim USO
  • 10h : 3ème tunnel d’infiltration, observatoire Dora et Dorasan Station
  • 11h40 : lunch
  • 13h15 : camp Bonifas, JSA area
  • 15h30 : départ pour le camp Kim USO
  • 17h00 : arrivée au camp Kim USO

Zone démilitarisé (DMZ) : zone tampon séparant la Corée du Nord de la Corée du Sud, longue de 240 km et large de 4 km. Bordée de part et d’autre de barrages antichars, de clôtures électriques, de champs de mines, elle est gardée par deux armées prêtes au combat.


Troisième tunnel d’infiltration

La visite de la DMZ commence par le 3ème tunnel d’infiltration. Il s’agit d’un tunnel de 265 m à 73 m sous terre découvert en 1978, qui a été creusé par les Nord-Coréens pour permettre à leur armée de lancer une attaque surprise (4 tunnels pénétrant sous la DMZ ont été découverts).

Il faut mettre un casque pour avancer dans le tunnel car la voûte est basse, on avance péniblement plié en deux jusqu’aux barbelés adossés au triple mur de béton qui ferme le tunnel. Les Nord-Coréens avaient peint la roche en noir pour pouvoir prétendre qu’il s’agissait d’une mine de charbon.

Il est interdit de prendre des photos dans le tunnel. Il y a pas mal de touristes qui s’arrête ici car les Sud-Coréens ont droit de faire cette visite, du coup on avance en file indienne dans le tunnel, claustrophobe s’abstenir.

Après la visite, on passe par un petit musée puis une projection de 10 min sur les tunnels d’infiltration et la DMZ.


Observatoire de Dora

Le 2ème arrêt de la visite est à l’observatoire de Dora, où l’on peut avoir, grâce à des jumelles, une vue plus rapprochée de la Corée du Nord et notamment de la ville et du complexe industriel de Kaesong.

L’arrêt est assez rapide, on ne reste même pas 10 min. Il y a une dizaine de jumelles (500 W) et 5-6 mètres derrière ils ont peint au sol une ligne jaune qu’on ne peut pas franchir pour prendre des photos. Du coup c’est impossible de faire une photo correct à part avoir des bras de 3 mètres de long, tout ça pour que les gens payent les 500 W des jumelles.
J’ai quand même fait semblant de poser mon appareil photo sur le muret et pris une photo discrètement (même pas peur des GI américain lol).

Concernant l’appareil photo, j’avais lu que les objectifs de plus de 100 mm était interdit mais personne sur place n’a vérifié mon matériel, j’avais de toute manière qu’un objectif de 105 mm.


Gare ferroviaire de Dorasan

On passe ensuite à la gare ferroviaire de Dorasan, l’actuel terminus nord de la ligne ferroviaire de la Corée du Sud. C’est le symbole d’espoir d’une éventuelle réunification de la Corée qui permettrait de rejoindre directement Pyongyang.

La gare est évidemment déserte, elle ne doit voir passer que des touristes même si sur le panneau d’affichage il y avait bien 2 trains en partance pour Munsan (2 stations plus au sud).

La pause repas se fait dans un grand réfectoire à côté de la gare, il semble avoir été construit uniquement pour les tours organisés. Repas façon cantine en self service, au choix bibimbap (7 000 W) ou Bulgogi (10 000 W) avec une bouteille d’eau ou un coca. Le repas est pas terrible et en plus c’est cher.


Joint Security Area (JSA) et Panmunjom

Après la pause déjeuner, nous partons à JSA (Joint Security Area) dans laquelle se trouve le village de Panmunjom. C’est l’endroit de Corée du Sud où l’on peut se rapprocher le plus de la Corée du Nord sans se faire arrêter ou tirer dessus, et la tension est palpable.

Le seul moyen de pénétrer dans cette zone à l’accès extrêmement contrôlé reste un circuit organisé de visite de la DMZ. A partir d’ici notre guide Sud-Coréens laisse la place aux soldats américains, il n’a pas le droit d’aller plus loin.

Le circuit commence à camp Bonifas par un briefing donné par les militaires qui servent de guide. Puis nous embarquons dans des bus spéciaux pour circuler dans la JSA vers les bâtiments bleus des Nations Unies qui constituent le village de Panmunjon. Des réunions officielles se déroulent encore parfois ici. Cet endroit, qui chevauche la ligne de cessez-le-feu, est le seul où les visiteurs peuvent se rendre en Corée du Nord. Immobiles et poings serrés, les soldats sud-coréens montent la garde à l’intérieur et à l’extérieur, tandis que leurs homologues nord-coréens surveillent à distance.

soldat sud coréen DMZ
Soldat sud coréen


Panmunjom

Nous reprenons la bus de l’armée qui nous emmène aux postes de guet de Panmunjom d’où l’on voit les deux villages à l’intérieur de la DMZ, Daeseong-dong côté sud et Gijeong-dong côté nord.

Gijeong-dong a été baptisé « village propagande » par le sud, car presque tous ses bâtiments sont vides ou de simples façades. Le soir, les lumières s’allument et s’éteignent partout au même moment. Le trait le plus remarquable du village et sa tour de 160 m de hauteur sur laquelle flotte un drapeau de près de 300 kg, bien plus grand que celui du côté sud-coréen.

drapeau corée du nord DMZ
Gijeong-dong, Corée du Nord
Pont du non retour DMZ
Pont du non retour

Le bus de l’armée nous emmène à la boutique pour finir ce tour. On y trouve toute une série de souvenirs siglés DMZ, les militaires américains en permissions adorent. Pour ma part je trouve un billet nord coréen de 100 won vendu comme souvenir (je fais la collection des billets), billet assez rare car ils sont interdits aux touristes et n’ont pas le droit de sortir du pays.

L’excursion était assez bien, surtout la partie JSA et Panmunjon, il faut absolument choisir un tour à la DMZ qui inclus ce site car le reste est beaucoup moins intéressant. Je vous conseille cette excursion qui est complète.

0 commentaire
0

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. Accepter En savoir plus