Accueil ConseilsMatériel Pourquoi je suis passé du reflex à l’hybride micro 4/3
Appareil photo

Pourquoi je suis passé du reflex à l’hybride micro 4/3

2 commentaires

Aujourd’hui j’inaugure une nouvelle rubrique sur le blog voyage afin de vous parler de matériel photo et notamment celui que j’utilise. Si vous suivez mes aventures vous n’aurez pas manqué de lire que mon appareil photo a rendu l’âme lors d’une sortie en bateau aux Philippines cet hiver. De retour en France je me suis donc mis à la recherche d’un nouveau boitier pour remplacer mon fidèle reflex avec lequel je voyageais depuis plus de 10 ans. Après avoir passé au crible les avantages et inconvénients des différents types d’appareils photo existants sur le marché, je vous explique pourquoi j’ai décidé de passer du reflex à l’hybride micro 4/3 pour mes photos de voyage.


Quelle différence entre un hybride et un reflex

Avant de rentrer dans le vif du sujet je vais rappeler rapidement les différents types d’appareils photo qu’il existe sur le marché. Tout le monde connait le compact très en vogue au début du siècle mais qui a été complétement supplanté par les smartphones (même s’il existe encore des compacts dits experts). Puis est sorti quelques années plus tard le bridge, une évolution du compact avec un zoom plus puissant mais toujours sans objectifs interchangeables. A l’opposé nous avons depuis les années 1980 le reflex, ce gros boitier d’abord argentique puis maintenant numérique qui s’adresse au photographe professionnel ou amateur éclairé. Le reflex possède une bague de monture qui permet de changer d’objectifs.

Mais depuis quelques années un nouveau type de boitier a fait son apparition sur le marché : l’hybride. Pour simplifier les choses l’hybride est un appareil photo numérique à objectif interchangeable comme le reflex, mais avec un système de visée électronique et non plus optique.

Le système de visée

La principale différence entre l’hybride et le reflex réside dans le système de visée, c’est à dire la manière dont vous voyez votre sujet au travers de l’appareil photo. Le reflex possède un viseur optique qui affiche le sujet par le biais d’un miroir et d’un prisme de visée. Vous voyez la scène telle qu’elle apparait réellement. De son côté l‘hybride ne possède pas de miroir (il est appelé mirrorless en anglais), la visée se fait de manière électronique. L’image qui arrive sur le capteur est renvoyée vers l’écran de visée. Vous voyez donc l’image telle qu’elle sera enregistrée (avec vos réglages) et non comment elle apparait réellement.

Schéma visée appareil photo hybride et reflex


Les différentes tailles de capteurs

Historiquement les premières pellicules des appareils photo argentiques était au format 24×36 mm. Afin de pouvoir utiliser les mêmes optiques cette taille a été conservée lors de l’invention du reflex numérique. Le capteur numérique 24×36 est dit plein format ou full frame en anglais. Ce type d’appareil photo (Canon 5D et Nikon D850 par ex) est plutôt réservé à des professionnels.

Pour démocratiser le reflex et le rendre accessible au public à un prix plus abordable, les grandes marques ont créés un capteur plus petit appelé APS-C. Par rapport au plein format ce capteur subit ce qu’on appelle un coefficient de conversion (champ de vision moins large). Chez Canon le capteur APS-C a un grossissement de 1,6 alors que chez Nikon il est de 1,5. Concrètement cela veut dire qu’un objectif de 100 mm monté sur un capteur APS-C de chez Canon sera l’équivalent d’une focale 160 mm au format 24×36 (j’espère que vous me suivais toujours).

Le format micro 4/3 encore plus petit que le capteur de l’APS-C est apparu avec l’arrivée des appareils photo hybrides. Les capteurs micro 4/3 sont commercialisés par les marques Panasonic et Olympus. Le coefficient de grossissement de ces capteurs est de 2, ce qui veut dire qu’un objectif de 100 mm sera l’équivalent d’un 200 mm au format 24×36.

Attention à ne pas confondre hybride (le type de boitier) et micro 4/3 (le type de capteur). Les deux ne sont pas forcément liés. Il existe des appareils photos hybrides plein format et APS-C. Par contre le capteur micro 4/3 n’existe que sur les hybrides.

Pour résumé plus un capteur est grand et plus il reçoit de lumière. C’est le capteur qui définit la taille et la définition de l’image enregistrée mais aussi les performances du boitier dans les basses lumières, la gestion du bruit (montée en ISO) et la profondeur de champ. La taille du capteur définit également le champ de vision, vous pouvez voir sur la photo ci-dessous à focale identique le cadrage obtenu en fonction des différents appareils photos (plein format, APS-C et micro 4/3).

taille capteurs plein format aps-c et micro 4/3 sur une photo
Cadrage à la même focale avec capteurs plein format, APS-C et micro 4/3


Un nouvel appareil photo pour voyager léger

Comme je le mentionnais au début de cet article je voyageais depuis de nombreuses d’années avec mon reflex (Canon 60D) et ses divers objectifs. En général j’emportais le grand angle 10-22 mm et le 24-105 mm ce qui me permettait de couvrir la plupart des situations. Je réservais le 100-400 mm à l’animalier (Costa Rica, Amazonie, Galapagos, …) car il pèse 1 380 g à lui tout seul.

Mais au fil du temps j’ai commencé à ressentir le poids de tout ce matériel dans mon sac à dos et j’avais de moins en moins envie de tout transporter. Faut dire que lorsque l’on part en voyage notamment pour y faire de la randonnée, le moindre kilo de gagné est important. Je ne savais pas encore vers quel boitier me tourner mais une chose était sûr, je voulais voyager plus léger. Je souhaitais également un appareil moins volumineux et plus discret pour la photo de rue, car niveau discrétion avec un reflex et ses gros objectifs on repassera. J’avais un autre impératif, celui de rester sur un boitier avec objectifs interchangeables, donc pas de compacts même experts.

Le choix du l’hybride micro 4/3

En regardant les nouveaux appareils photo sur le marché je me suis vite aperçu que pour réduire le poids et l’encombrement de mon matériel photo tout en restant dans la « qualité reflex » à budget correct, je devais m’orienter sur un hybride micro 4/3. En effet les boitiers et objectifs micro 4/3 sont plus légers et moins chers que ceux des reflex et hybrides APS-C. De plus le facteur de grossissement x2 m’intéressait pour l’animalier, cela évite d’investir dans de couteux téléobjectifs.

A noter que Fuji possède dans sa gamme des boitiers hybrides APS-C assez compacts : le XT-3 et le XT-4, mais dont les budgets sont bien plus élevés que les boitiers micro 4/3.

Pour être honnête j’ai quand même hésité un moment pour mon achat car étant habitué au reflex il fallait dépasser mes préjugés sur ce capteur plus petit qui possède des avantages mais aussi des inconvénients.


Avantages et inconvénients de l’hybride micro 4/3

Visée électronique

C’est commun à tous les appareils photo hybrides et pas seulement au micro 4/3, mais il faut un temps d’adaptation pour s’habituer au système de visée surtout après des années de reflex. Comme je l’expliquais le viseur est composé d’un petit écran qui renvoie une image numérique de la scène (image de moins bonne qualité que celle de l’écran LCD du boitier). Mais une fois prise en main cette visée électronique apporte un avantage, elle permet de visualiser en direct la profondeur de champ et l’exposition. Vous voyez donc exactement à quoi va ressembler votre photo avant de la prendre.

Les inconvénients de l’hybride micro 4/3
  • Montée en ISO et bruit : du fait de la petite taille du capteur le boitier aura plus vite fait de monter dans les ISO dans des conditions de basse lumière. Cette montée en ISO comme sur n’importe quel appareil engendre du bruit sur la photo. Heureusement celui-ci est bien géré et l’on peut monter jusqu’à 6 400 ISO sans trop de dégradation, chose impossible avec mon ancien reflex (déjà à 3 200 ISO j’avais pas mal de bruit).
  • Profondeur de champ augmentée : c’est là encore lié à la petite taille du capteur, la profondeur de champ sera plus grande que sur un reflex APS-C. Concrètement le flou d’arrière plan derrière votre sujet sera moins important. Pour compenser il faut utiliser des objectifs à grandes ouvertures notamment pour les portraits (comme l’excellent Olympus 25mm f/1.2).
  • Autonomie : l’un des gros points faibles de l’hybride est la consommation de la batterie (forcément tout est électronique et au début on passe du temps sur les réglages). Il est indispensable d’avoir au moins une deuxième batterie sur soi lors d’une sortie photo.
Les avantages de l’hybride micro 4/3
  • Autofocus : les hybrides possèdent bien plus de collimateurs pour faire la mise au point que les reflex. De plus en mode manuel vous pouvez utilisez le focus peaking pour une mise au point ultra-précise.
  • Zoom : le micro 4/3 possédant un facteur de grossissement de 2, cela est très utile pour les photographes utilisant de longues focales. Avec un 200 mm vous avez l’équivalent d’un 400 mm sur un plein format, pas besoin d’investir dans de couteux téléobjectifs.
  • Silencieux : sur les hybrides il n’y a pas de bruit lorsque vous appuyez sur le déclencheur de l’appareil photo (on peut l’ajouter pour ceux qui ne peuvent pas s’en passer). Vous pouvez enfin photographier tout en restant discret.
  • Rafale : l’obturateur électronique des boitiers hybrides permet d’atteindre des vitesses plus élevées mais également une cadence accrue en mode rafale.
  • Poids, taille et prix : comme on l’a vu plus haut, la taille, le poids et le prix des appareils photo hybrides micro 4/3 est moins important. De quoi voyager léger, plus discret et à moindre coût.
  • Stabilisation du boitier : certains modèles d’hybrides possèdent une stabilisation 5 axes du boitier combinant optique, mécanique et numérique pour des photos et vidéos nettes même à faible vitesse.
  • Mode vidéo : ce n’est pas quelque chose que j’utilise mais les appareils photo hybrides sont plus puissants en vidéo avec le mode 4K couplé à la stabilisation 5 axes.


Mon choix : le Panasonic Lumix GX9

Finalement nous arrivons à l’heure du choix. Après avoir épluché tous les boitiers j’ai craqué pour le Panasonic Lumix GX9 comme nouvel appareil photo pour mes voyages. Son prix attractif, son parc de très bons objectifs (Panasonic, Olympus, Leica), sa qualité d’image et la stabilisation 5 axes m’ont convaincus. La seule chose que je regrette c’est qu’il ne soit pas tropicalisé.

Panasonic propose également le Lumix G9 mais je le trouvais encore trop volumineux avec sa grosse poignée et surtout il coûte le double du GX9. Du côté de la concurrence, Olympus propose le OM-D E-M10 Mark III, mais je n’ai pas été convaincu par les tests que j’ai pu lire. Sachez que les objectifs Panasonic et Olympus sont compatibles avec les appareils photos des deux marques, ce qui laisse un large choix d’optiques en plus des objectifs Leica, Sigma et Samyang.

Le Lumix GX9 est l’un des boitiers hybrides micro 4/3 les plus petits et légers du marché. Équipé d’un objectif pancake comme le Panasonic Lumix 14mm F2.5 on pourrait presque le confondre avec un compact. Parfait pour de la photo de rue où l’on doit dégainer l’appareil tout en restant discret.

Ce qui a également fait pencher la balance pour le Lumix GX9 c’est que couplé à l’excellent objectif Olympus M.Zuiko Digital ED 12-100 mm f/4 IS PRO, j’ai la même plage focale qu’avec mes 2 anciens objectifs (10-22 + 24-105). Avec ça je couvre 99% des photos que je fais en voyage du grand angle au téléobjectif. Par contre le boitier fait un peu petit par rapport à la taille de l’objectif.

Pour compléter mon parc d’objectifs j’investirai plus tard dans une focale fixe plus légère pour la photo de rue et un téléobjectif plus puissant pour l’animalier.

Enfin niveau poids je passe de 1 840 g à 1 010 g. Ce n’est peut être pas grand chose pour certains mais pour moi ces 830 grammes de gagnés sont loin d’être négligeables.

Au final ce combo Lumix GX9 + Olympus 12-100 mm me donne entière satisfaction. Je l’ai testé lors de mon voyage dans les Dolomites en Italie si vous souhaitez jeter un œil aux photos.

2 commentaires
1

Vous aimerez aussi

2 commentaires

Virgo 5 janvier 2021 - 15 h 29 min

Merci pour cet article. Je crois en effet, que lorsqu’on voyage, le poids et l’encombrement sont forcément un facteur super important, et que les hybrides sont maintenant de très bonne qualité, suffisamment pour justifier de laisser son reflex à la maison lorsqu’on part quelque part. J’ai moi-même un Lumix GX80 avec un pancake 12-32mm, un 25mm fixe f/1.7 et un zoom 35-100. Ca couvre la grande majorité de mes besoins personnels et même les objectifs sont petits et légers. C’est un bonheur !

Répondre
Mushu 5 janvier 2021 - 16 h 34 min

Belle combinaison d’objectifs (lumineux en plus), c’est vrai qu’avec ça on fait à peu près tout 🙂

Répondre

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. Accepter En savoir plus