Accueil DestinationsAsieMalaisie Malaisie : itinéraire d’un voyage à Bornéo
Bornéo Malaisie Parc Mulu

Malaisie : itinéraire d’un voyage à Bornéo

0 commentaire

Nous avons choisi de débuter notre voyage de 3 semaines en Malaisie par la visite du Sarawak sur Bornéo. L’itinéraire de ces 8 jours nous a mené de la ville de Kuching jusqu’à Brunei, petit État qui partage l’ile de Bornéo avec la Malaisie et l’Indonésie. Je vous explique tout sur ce billet du blog pour visiter Bornéo et le Sarawak en Malaisie.


Sommaire

  1. Kuching
  2. Parc National Bako
  3. Réserve naturelle de Semenggoh
  4. Péninsule de Santubong : village culturel du Sarawak et plage de Damai Central
  5. Parc National de Gunung Mulu
  6. Vol jusqu’à Miri et transfert à Brunei

 

Vol Kuala Lumpur – Kuching

Arrivé à l’aéroport de Kuala Lumpur, nous passons rapidement l’immigration (pas besoin de visa pour la Malaisie) puis récupérons nos bagages. Il nous faut ensuite rejoindre le terminal KLIA2, celui de la compagnie low cost Air Asia, afin de prendre notre vol pour Kuching sur l’île de Bornéo.

Pour rejoindre KLIA2 il faut descendre au niveau 1 et suivre les panneaux « KLIA transit » pour prendre le train KLIA Ekspres (trajet de 3 min entre les 2 terminaux). Le billet (2 RM / pers) s’achète directement au départ du train.

Ne sachant pas trop le temps qu’il nous faudrait pour passer l’immigration, changer de terminal et réenregistrer les bagages j’avais prévu large en réservant le dernier vol de la journée pour Kuching à 21h25. Au final on aurait eu le temps de prendre celui de 19h25 ou 20h15. On a bien essayé de changer notre vol au comptoir d’Air Asia mais cela n’était pas possible.


KUCHING (J1)

L’avion à 1h de retard, nous arrivons à minuit à l’aéroport de Kuching. Nous repassons par l’immigration où est apposé le tampon du Sarawak sur le passeport. Pour rejoindre notre hôtel situé dans le centre ville nous prenons un taxi, la course se paye d’avance au comptoir (prix fixe suivant la destination). Nous payons 39 RM car c’est la nuit, le tarif normal étant de 26 RM.

Nous passerons notre séjour à Kuching au Lime Tree Hotel (140 RM par nuit en réservant à l’avance sur booking) situé à environ 15 min à pied du centre ville en marchant le long de la rivière Sungai Sarawak.

Où dormir à Kuching

On trouve tout type d’hébergements à Kuching, pas mal d’auberges qui proposent des lits en dortoirs ou des chambres doubles vraiment pas cher pour les routards fauchés et des établissements un peu plus haut de gamme.

  • 4 € : QuiikCat situé proche du centre ville propose des dortoirs et des chambres doubles à 9 €
  • 28 € : Imperial Riverbank Hotel Kuching, cet hôtel propose de belles chambres modernes
  • 31 € : Lime Tree Hotel, notre hébergement testé et approuvé. Situé légèrement à l’écart du centre mais proche de l’arrêt de bus pour le parc Bako
  • 55 € : Waterfront Hotel Kuching, un établissement classe avec piscine et vue sur la rivière

Feux de forêt et « haze »

En ce mois de septembre il y a un épais brouillard sur toute la ville dû aux feux de forêt de défrichement de l’autre côté de l’île de Bornéo en Indonésie. Malheureusement cette épaisse fumée restera pendant nos 6 jours dans la région de Kuching. Le problème n’est d’ailleurs pas limité à Bornéo puisque lors de notre passage à Kuala Lumpur nous aurons aussi ce brouillard de fumée. C’est d’ailleurs un vrai problème de santé publique (nombreux articles dans la presse).

Bureau des réservations pour le Parc National Bako

Avant de visiter la ville nous allons directement au bureau des réservations des parcs nationaux afin de réserver un hébergement dans le parc Bako pour la suite de notre voyage. Il est possible de réserver par internet, seulement j’ai envoyé une dizaine de messages avant de venir et je n’ai jamais eu une seule réponse.

Forcément au dernier moment il y a beaucoup moins de choix dans les dates et le type d’hébergement, il n’y a plus aucune place pour la nuit du 10 sept (on souhaitait y rester 2 nuits) et pour le 9 il ne reste plus que le bungalow le plus cher à 150 RM. Comme je ne souhaite pas faire l’impasse sur ce parc ni faire l’aller retour dans la journée, on réserve la nuit du 9 septembre (on ne restera que 2 jours au lieu de 3).

Quartiers Indiens et Chinois

On se balade ensuite dans les vieux quartiers indiens (Jalan India) et chinois (Jalan Carpenter) de Kuching. Je ne les ai pas trouvé extraordinaires surtout par rapport à ce que l’on a pu voir dans d’autres villes (rien à voir avec Singapour par exemple). Le Lonely Planet s’est encore emballé, l’architecture et les commerces sont assez quelconques, je m’attendais à beaucoup mieux. Faut aussi dire qu’avec toute cette fumée, Kuching ne se présente pas sous son meilleur jour et Jalan India est en plein travaux.

Temple Tua Pek Kong

Un gros orage tropical éclate alors que nous sommes dans le temple Tua Pek Kong, on attend que ça se calme un peu avant de se réfugier dans un centre commercial.

Fort Margherita

Situé sur la rive nord, il faut prendre un tambang (petit ferry à 1 RM / pers) pour traverser la rivière Sungai Sarawak et aller visiter le Fort Margherita. Érigé en 1879 et inspiré d’un château de la Renaissance anglaise, ce fort haut perché a longtemps protégé Kuching contre les attaques de pirates. Seul le rez de chaussée est ouvert avec quelques panneaux explicatifs.


PARC NATIONAL BAKO (J2-3)

Ce matin nous quittons Kuching pour le parc National Bako. Nous prenons le bus de 9h (3,5 RM par pers) à l’arrêt situé sur Abell road devant l’Alliance Bank, c’est juste à côté de notre hôtel (Lime Tree). Il n’y a pas de soute à bagages sur ce bus, nous posons donc nos sac à dos sur les sièges ce qui ne pose aucun problème le bus étant à moitié vide. Le trajet dure 50 min jusqu’au boat terminal (Bako Bazaar).

Le parc national Bako situé sur une péninsule rocheuse de la mer de Chine méridionale est un lieu idéal pour observer les animaux de la forêt tropicale dans leur habitat naturel avec le sentiment d’être au bout du monde (aucune route ni véhicule, l’accès se fait uniquement par bateau).

Bako est remarquable par son extraordinaire biodiversité, qui comprend presque toute la flore présente sur l’île et une faune tout aussi diverse (37 espèces de mammifères, 24 espèces de reptiles et 190 espèces d’oiseaux). Quant aux singes nasiques, stars du parc, il n’y a pas meilleur endroit à Bornéo (ils sont endémiques de cette île) pour les observer de près. Le meilleur moment pour en voir est un peu avant le coucher du soleil, c’est pour cela qu’il est préférable de passer au moins une nuit sur place. De nombreuses randonnées dans la jungle sont possibles avec 18 sentiers allant de 30 min à 8 heures de marche (emportez beaucoup d’eau car il fait vraiment chaud).

La météo est toujours brumeuse avec cette fumée et odeur de bois brûlé, le Lonely Planet avait raison pour la météo au mois de septembre, je vous conseille vraiment d’éviter cette période !

Arrivé au boat terminal on s’acquitte du droit d’entrée dans le parc national de Bako qui s’élève à 20 RM par pers. Nous payons également 20 RM par pers pour prendre le bateau à moteur jusqu’au débarcadère de Telok Assam, porte d’entrée du parc Bako. Pendant le trajet sur la rivière puis sur la mer de Chine méridionale nous avons croisé deux petits crocodiles. En ce moment il est déconseillé de se baigner à Bako car il y a un gros crocodile qui rode et ils ne l’ont pas encore attrapé.

Bungalow

En arrivant nous récupérons les clés du bungalow, il est plutôt pas mal vu ce à quoi je m’attendais après avoir lu des avis sur internet (en même temps nous avons le plus cher comme il ne restait que celui-la). Seule la douche est plus sommaire mais c’est propre, par contre il n’y a pas d’eau chaude mais ce n’est pas vraiment un problème vu la chaleur qu’il fait ici. Il n’y a pas de papier toilette dans les wc non plus, mais j’avais prévu le nécessaire, ça fait partir du kit du backpacker ! 🙂

Sentier Telok Delima

Nous partons ensuite sur le sentier qui va à Telok Delima car c’est un coin où l’on peut voir des singes nasiques, malheureusement nous n’en rencontrerons aucun. Il fait chaud et humide, on transpire pas mal sur les sentiers. Au retour on croise des sangliers barbus près des bungalows.

Sentier Telok Paku

L’après-midi nous marchons jusqu’à Telok Paku (Telok signifie « baie ») car c’est également une zone où l’on peut observer des nasiques, mais là encore nous n’avons rien vu. Au bout du sentier se trouve une plage où l’on peut se baigner si on a pas peur du crocodile qui rode (plage qui doit être très belle avec un beau ciel bleu …).

Enfin des nasiques !

Sur le chemin du retour au niveau des passerelles en bois juste après le terminal des bateaux de Telok Assam, nous apercevons nos deux premiers nasiques. Ils mangent des feuilles en sautant d’arbres en arbres. Nous en voyons un autre au niveau de la plage et décidons de le suivre à distance (on l’a pris en filature). Nous en croiserons plusieurs le long de la plage, c’est d’ailleurs un bon spot en fin d’après midi. Mieux vaut donc passer par la plage que par le chemin intérieur qui longe les baraquements.

En arrivant sur la plage où nous avons débarqué ce matin, nous croisons d’autres nasiques ainsi que des sangliers et des macaques. En fait pas besoin de randonner, il suffit de venir en fin d’après midi au niveau des « day shelter » pour voir les animaux. Nous restons un moment assis sous l’un de ses abris à les regarder évoluer, seul un orage éclatant vers 17h30 nous poussera dans notre bungalow.

Lintang trail

Ce matin nous randonnons sur le sentier Lintang trail qui monte jusqu’au plateau de grès des kerangas avec son beau panorama. Sans se presser nous avons mis 3 heures pour faire les 5,8 km (estimé à 3h30 – 4h). Nous n’avons rien vu de particulier (je suis toujours à la recherche d’un animal à débusquer) à part différents types de végétations et des sarracénies (plantes carnivores à pièges passifs). Encore une fois prévoyez pas mal d’eau car on transpire beaucoup dans la jungle de Bornéo.

Cafétéria campement du parc Bako

La cafeteria est le seul endroit du parc où l’on peut manger et se ravitailler en eau. C’est ici que vous prendrez vos trois repas sous la forme d’un buffet en self service (comptez 20 RM à deux). Concernant le petit déjeuner si comme moi vous ne supportez pas le salé le matin, pas de soucis il y a du pain de mie et de la confiture ainsi que des petits gâteaux. Le midi la cafétéria est ouverte de 11h30 à 14h.

Faites attention aux macaques si vous mangez quelque chose à l’extérieur de la cafétéria, ces chenapans sont prêts à vous sauter dessus si vous avez quelque chose de comestible. J’ai vu des singes se jeter sur des enfants pour leur piquer leur glace. D’ailleurs les panneaux « Attention singes méchants » disposés autour des bureaux du parc ne sont pas là pour rien. Autant les bébés macaques sont assez mignons, autant les gros mâles peuvent se montrer agressifs et quand on voit leur dents on a pas envie de leur chercher querelle.

Retour à Kuching

Nous prenons le bateau de 15h pour retourner à Bako Bazaar (boat terminal) afin d’enchainer avec le bus pour Kuching. Des bateaux font la liaison toutes les heures, il faut réserver un peu en avance en s’inscrivant sur une liste, le tarif est de 20 RM par pers comme à l’aller.

Il faut moins de 20 min pour retourner à Bako Bazaar. Le bus pour Kuching arrive à 15h45 (il était prévu à 15h30) mais le chauffeur a attendu qu’un autre bateau arrive pour finalement partir à 16h20.

De retour à Kuching nous retournons au Lime Tree Hotel pour 3 nuits. Je profite d’être dans une grande ville pour changer de l’argent à un bon taux dans un money changer pas loin de l’hôtel (j’ai eu 1 € pour 4,80 RM quand xe.com propose le même jour 4,81 RM). Nous allons avoir besoin de cash pour la suite de notre voyage sur Bornéo.

Rafflésie

Le lendemain matin nous passons au « park booking office » afin de savoir s’il y a des rafflésies en fleur en ce moment. La rafflésie est la fleur la plus grande au monde (elle peut atteindre 1 mètre et peser jusqu’à 10 kg) et ne pousse que dans quelques endroits d’Asie du Sud Est. Elle est rare et ne reste en fleur que peu de temps, il faut donc avoir de la chance pour pouvoir en observer. Malheureusement pour moi il n’y a aucune rafflésie en ce moment. En même temps pour ceux qui suivent mes aventures depuis quelques temps, vous aurez remarqué que je n’ai jamais de chance en ce qui concerne l’observation de la faune et la flore.


RÉSERVE NATURELLE DE SEMENGGOH (J4)

La réserve naturelle de Semenggoh (Semenggoh Wildlife Centre) est l’un des lieux au monde les plus adaptés pour voir des orangs-outans dans leur environnement naturel. Le centre tente de réhabiliter des orangs-outans sauvés de la captivité, réhabilitation réussie pour quatre d’entre eux qui sont retournés à la vie sauvage et trouvent eux-même leur nourriture. Les autres continuent de venir se nourrir près des bureaux du parc où les gardes forestiers déposent bananes, noix de coco et œufs. Les repas ont lieu deux fois par jour, de 9h à 10h et de 15h à 16h mais il n’y a aucune garantie de voir des orangs-outans car ils peuvent très bien rester dans la forêt.

Pour se rendre à Semenggoh nous prenons le bus K6 (4 RM / pers) à la gare routière de Saujana. Départ à 13h (le suivant est à 15h30) pour un trajet de 40 min, ce qui permet d’arriver avant l’heure du repas.

L’entrée de la réserve est de 20 RM par pers (on peut rester pour le repas du matin et de l’après-midi si on le souhaite), il faut ensuite marcher 1,3 km pour atteindre les bureaux du parc et le site de nourrissage.

Nous avons vu 5 orangs-outans dont des bébés, c’était vraiment top cela n’a rien à voir avec un zoo, ils sont en liberté au cœur des 6,8 km² de la réserve.


PÉNINSULE DE SANTUBONG (J5)

Nous avions prévu de passer 5 jours dans la région de Kuching afin de pouvoir faire tout ce que nous voulions mais le programme a été un peu chamboulé. Nous n’avons pas pu rester plus d’une nuit au parc national Bako ni aller au parc national de Gunung Gading pour voir les rafflésies, du coup on se retrouve à devoir trouver quelque chose à faire pour occuper notre dernière journée (notre vol pour le parc national de Gunung Mulu n’est que demain). C’est l’inconvénient des trajets en avion au milieu d’un voyage, cela laisse beaucoup moins de souplesse pour adapter l’itinéraire (pour aller à Mulu il n’y a pas d’autres choix que de prendre l’avion).

Nous décidons d’aller sur la péninsule de Santubong au nord de Kuching. Il s’agit d’une bande de terre de 10 km avançant dans la mer de Chine réputé pour ses plages et le Sarawak Cultural Village. Avant de partir nous déposons nos affaires dans une laverie pas très loin de l’hôtel, paiement au poids (18 RM à deux).

Pour aller à la péninsule de Santubong, nous prenons la navette du Grand Margherita Hotel (24 RM aller retour par personne). Départ à 10h15 pour une arrivée à 11h15 après plusieurs arrêts (essence, pose et dépose d’un pote du chauffeur et arrêts aux hôtels). Il y a aussi un bus public moins cher qui part de la gare routière de Saujana (moins pratique pour nous car tout à l’ouest de la ville, idéal pour ceux qui sont basés dans Jalan India).

Village culturel du Sarawak

Le village culturel du Sarawak est un « musée vivant » comprenant trois longhouses dayak (dont une maison communautaire bidayuh comportant des crânes, et la seule maison en hauteur melanau existant encore au Sarawak), un hutte penan, un pavillon malais et une ferme chinoise. Ce village peut sembler manquer de naturel, mais les habitants y sont très attachés car il permet de garder vivantes les cultures et traditions locales.

Les maisons sont gérées (en théorie) par des membres du groupe ethnique qu’elles représentent, sauf la hutte penan, dont les responsables sont partis, comme le veut la tradition nomade.

Une fois arrivé à Santubong, nous allons directement au Sarawak Cultural Village car il y a le spectacle culturel de danses et de musique à 11h30. L’entrée du village est de 60 RM + 6% de taxe par personne (127 RM au total pour 2 pers).

Le spectacle est assez bien avec une petite touche humoristique de la part du lanceur de sarbacane qui a fait monter une touriste sur scène. Nous déjeunons au restaurant du village qui ne fait que des spécialités du Sarawak (buffet ou à la carte). 2 plats et 2 boissons pour 30,75 RM.

Nous faisons ensuite le tour du village. C’est vraiment intéressant de voir les différents types de maisons du Sarawak en fonction des ethnies et de pouvoir discuter avec les personnes qui les gèrent.

Plage de Damai Central

La plage de Damai Central est située juste en face du village, il faut traverser tout le complexe hôtelier et ses bungalows pour arriver sur le sable car un mur et un portail en bloque l’accès depuis le bord de mer. Ça fait un peu plage privée car le morceau de plage accessible sans passer par l’hôtel est pratiquement sous l’eau. Je m’attendais à mieux et surtout je n’ai pas vu les casiers, locations de serviettes et douches comme indiqué dans le Lonely Planet. Je pense que la plage est principalement à destination des clients de l’hôtel.


PARC NATIONAL DE GUNUNG MULU (J6 à 8)

Nous rejoignons l’aéroport de Kuching avec la navette du Lime Tree Hotel (25 RM) afin de prendre notre vol pour le parc national de Gunung Mulu. Le parc situé au beau milieu de la jungle de Bornéo n’est accessible que par les airs.

L’avion, un ATR 72-500 à hélices de la compagnie MASwings, est à moitié vide. Nous avions réservé nos billets à l’avance mais je pense que l’on peut trouver des places au dernier moment, surtout si on est flexible sur les dates. Départ à l’heure à 10h55. La météo est toujours très brumeuse à cause des fumées des feux de forêts (cela cause d’ailleurs des retards d’avion), en une semaine à Kuching nous n’aurons jamais vu le soleil (heureusement Mulu ne semble pas affecté par ce problème).

Arrivée au tout petit aéroport de Mulu, nous prenons un transfert en van (5 RM / pers) jusqu’à l’entrée du parc distant de 1,5 km. Nous faisons le check-in du bungalow et réservons les activités pour ces prochains jours (les places étant limitées).

Nous prenons un sandwich au Café Mulu, c’est le seul endroit du parc où l’on peut se restaurer. Les femmes berawan qui travaillent ici font de très bons plats (c’est bien mieux qu’au parc Bako) mais les prix sont plus élevés vu que nous sommes loin de tout. Nous payons 29,50 RM pour 2 sandwichs et 2 boissons. La bouteille d’eau de 1,5L est vendue 6,50 RM. Il y a aussi des petits restos à l’extérieur du parc.

Hébergement dans le parc Mulu

Pour loger à l’intérieur du parc, il faut au préalable réserver sur le site officiel (http://mulupark.com/) et verser des arrhes (200 RM par Paypal pour notre part). Nous avons pris le DELUXE Garden Bungalow qui est vraiment très bien, spacieux, propre et équipé de ventilateur, climatisation et eau chaude. On trouve un certain standing (et prix !) dans le parc Mulu du fait qu’il soit classé au patrimoine mondiale de l’Unesco. Si vous êtes vraiment ric-rac niveau budget il y a des hébergements beaucoup plus sommaires et moins cher en dehors du parc.

Botanic trail

Nous commençons tranquillement par le botanic trail, un sentier plat de 1,5 km avec des explications sur les plantes que l’on trouve à Mulu. Ce sentier fait partie des quelques promenades dans la jungle que l’on peut faire sans guide qualifié.

Night walk

A 19h je pars seul au night walk (20 RM) car Émilie n’est pas trop fan des marches nocturnes au milieu des petites bêtes. Nous ne sommes que deux en plus du guide, nous avons pris le même sentier que cet après-midi (botanic trail) mais cette fois nous avons observé beaucoup plus de choses : araignées, grenouilles, escargots, phasmes (insectes qui ressemblent à une brindille) et surtout une civette (sorte de chat sauvage). Retour à 20h30.

Le petit déjeuner se prend au Café Mulu (compris dans le prix de la nuit), il y a 3 types différents : local, anglais avec des œufs, et sucré avec des pancakes et des fruits.

Canopy tree

Ce matin nous avons rendez-vous à 10h pour le canopy tree (passerelles dans la canopée, 40 RM / pers). Il s’agit d’une passerelle de 480 m de long et suspendu à 20 m de hauteur qui permet de se rendre compte de ce qu’est réellement une forêt tropicale (la majorité de la faune et de la flore évolue en hauteur et non pas au sol).

Nous n’avons pas vu d’animaux depuis les passerelles à part un petit écureuil, mais la balade était quand même sympa. Cela ne vaut pas les passerelles du Costa Rica mais il parait que ce sont les meilleures d’Asie du Sud-Est. Le tour dure environ 2 heures.

Deer and Lang Caves

L’après-midi nous partons visiter deux grottes, les Deer and Lang Caves (30 RM / pers). Un chemin de 3 km à travers la forêt tropicale conduit à ses deux grottes voisines. Le plus impressionnant n’est pas ce qui se trouve à l’intérieur des grottes, mais ce qui s’en échappe tous les soirs au crépuscule (sauf quand il pleut), des millions de chauves-souris formant des nuages qui s’élèvent en virevoltant (bats exodus).

La Deer Cave qui mesure plus de 2 km de long et 174 m de haut est la plus grande galerie souterraine du monde ouverte au public. Elle accueille entre 2 et 3 millions de chauves -souris, de 12 espèces différentes (plus que dans n’importe quelle autre grotte au monde). Les chauves-souris de la Deer Cave dévoreraient 30 tonnes de moustiques toutes les nuits (c’est plus efficace que les répulsifs du coup !). Autre curiosité, on peut apercevoir à l’entrée sud de la Deer Cave le profil d’Abraham Lincoln.

Le retour au campement se fait sans le guide et dans le nuit, il faut donc prévoir une lampe frontale si vous allez assister au bats exodus (activité gratuite). La visite des grottes ne peut se faire qu’avec un guide, cela ne sert à rien de vouloir y aller seul car une grille fermée à clé garde l’entrée de chaque grotte.

Lang Cave

Deer Cave

Bats exodus


Tree Top Tower

Je souhaitais faire la randonnée jusqu’à la cascade Paku ce matin mais vu la météo (on a eu droit à une grosse averse qui s’est prolongée par une pluie fine) et le fait qu’Emilie préfère se reposer, je vais à la Tree Top Tower.

La Tree Top Tower est un observatoire de 30 m de hauteur qui permet d’observer les oiseaux. Il faut avant de partir prendre la clé aux bureaux de la sécurité du parc (caution de 50 RM) car il y a un cadenas pour monter dans la tour. Il est conseillé de venir tôt le matin ou en début de soirée pour avoir le plus de chance d’observer des oiseaux. J’en ai vu quelques-uns mais la végétation étant assez dense ce n’est pas évident de les photographier.

Fast Lane Cave

A 14h nous avons rendez-vous aux bureaux du parc pour partir explorer la Fast Lane Cave (65 RM / pers). L’entrée de la grotte se rejoint par un trajet de 20 min en pirogue puis par une petite marche dans la jungle. La grotte est beaucoup moins grande que celles que nous avons vu hier, mais bien plus jolie avec ses stalactites et stalagmites. Elle n’est pas du tout éclairé mais le guide nous a prêté des lampes frontales puissantes (les nôtres ne suffisaient pas).


VOL POUR MIRI ET TRANSFERT VERS BRUNEI (J9)

Transfert du parc vers l’aéroport de Mulu situé à 1,5 km (5 RM / pers). La personne qui nous a amené à l’aller nous avait demandé quand nous repartions (ça permet aux habitants de gagner quelques sous).

Le vol pour Miri est à 10h10 (il faut 30 min pour faire Mulu – Miri en avion). Nous sommes à peine 14 à bord de l’ATR 72-500 (68 sièges), ce qui me confirme que l’on peut très bien prendre son billet à la dernière minute. Pendant le vol j’ai pu m’apercevoir des ravages de la déforestation, il n’y a plus que des plantations de palmiers à huile entre Mulu et Miri. Miri est une ville pétrolière moderne qui va juste nous servir de point d’accès pour le Sultanat de Brunei car la frontière se trouve à seulement 36 km.

0 commentaire
0

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. Accepter En savoir plus