Accueil DestinationsAsieMalaisie L’île Tioman au large de la Malaisie
Ile Tioman Malaisie

L’île Tioman au large de la Malaisie

0 commentaire

Nous avons passé 4 jours sur la plage Juara de l’île Tioman. Située sur la côte Est de la Malaisie dans la mer de Chine méridionale, Tioman est présentée comme une île paradisiaque dans les guides de voyage, pourtant j’ai été assez déçu, l’île ne m’a pas fait rêver.

Comment se rendre sur l’île Tioman

A la gare routière de Malacca nous achetons 2 billets de bus (25,10 RM / pers) pour Mersing, porte d’entrée pour l’île Tioman (durée du trajet 4h10). Départ à 8h, nous traversons la péninsule d’ouest en est et tout le long du trajet nous ne voyons que des plantations de palmiers à huile. Heureusement que nous avons visité les parcs nationaux Bako et Mulu sur Bornéo sinon je penserais qu’il n’y a plus aucune forêt en Malaisie.

À la descente du bus à Mersing, une personne attend les touristes pour vendre les billets de ferry (agence Bluewater juste en face de l’arrêt de bus à la gare routière). Le billet de ferry pour Pulau Tioman est à 70 RM aller retour par personne. Le retour est ouvert jusqu’à la fin de l’année, il suffit juste de confirmer son retour la vieille.


Choisir la plage sur l’île Tioman

Le choix de l’île a été un long dilemme, j’ai longtemps hésité entre Tioman et Perhentian, et une fois mon choix établit j’ai encore hésité sur la plage nous allions aller. Il n’y a qu’une route qui traverse l’île d’est en ouest et la plupart des plages ne sont accessibles qu’en bateau. C’est à dire qu’une fois que vous avez choisi votre hébergement sur une plage, vous ne pouvez plus bouger, d’où la nécessite de bien sélectionner celle qui correspond à vos attentes.

Nous avons décidé d’aller sur la plage de Juara, la seule sur la côte est de l’île. Comme nous sommes en pleines vacances scolaires malaisiennes et que nous n’avons pas réservé d’hébergement, nous prenons le bungalow le moins cher (140 RM) avec le seul établissement avec lequel l’agence travaille, le Juara Beach Resort. J’avais regardé sur internet pour les hébergements en chalets mais c’était complet. Nous ne voulions pas prendre le risque d’aller jusqu’à Juara (d’autant qu’il faut un transfert en 4×4 après le ferry) pour se retrouver sans rien et devoir revenir sur Tekek. L’agence vend également le transfert en 4×4 entre Tekek et Juara à 30 RM par personne l’aller simple.


Ferry à Mersing

Nous marchons ensuite jusqu’à l’embarcadère du port de Mersing où il faut récupérer le boarding pass et payer les droits d’entrée sur l’île (25 RM / pers).

Le bateau part à 13h30, il n’y a pas d’horaire régulier, c’est en fonction de la marée. Arrivé à Tekek à 15h40 (le ferry passe par toutes les plages de la côte ouest). Comme nous avons réservé au dernier moment personne ne nous attendait pour le transfert en 4×4 jusqu’à Juara, heureusement un habitant a téléphoné au resort pour que l’on vienne nous chercher (tout le monde se connait sur l’île). Il faut un peu plus de 15 min pour rallier les 2 côtés de l’île (Tekek à Juara) par la route qui est maintenant entièrement asphaltée.


Juara Beach

Où dormir à Juara Beach

Il vaut mieux réserver à l’avance, les hébergements ne sont pas nombreux. Voici quelques adresses avec de bons retours.

Nous faisons le check-in, le bungalow est pourri, je pensais au moins qu’à ce prix il y aurait quelque chose de bien. C’est vétuste, moche, le seule endroit pour mettre ses affaires et une petite armoire déglinguée. Les draps sont sales, le tapis de bain est pourri et il restait des cheveux sur l’oreiller. La pseudo douche est coincé entre le lavabo et les toilettes, le miroir de la salle de bain est tout rafistolé. Le ventilateur est couvert de poussière on n’ose même pas le mettre en marche et la télécommande de la climatisation ne fonctionne pas. Voila le tableau des bungalows les moins cher. Vu la tête d’Émilie qui se décompose on demande à aller dans un bungalow vue mer à 220 RM la nuit au lieu des 140, là c’est beaucoup mieux.

On se promène ensuite sur la plage, il y a des bateaux ressemblant à ceux du débarquement chargé de sable avec des tracteurs qui font la navette, j’ai connu mieux comme ambiance paradisiaque.

Les journées sont rythmées par la plage, le farniente et la baignade, il y a pas mal de méduses échouées (certaines sont assez grosses) mais je ne sais pas si elles sont urticantes.

La plage de Juara est assez déserte, il y a quelques touristes et surtout des groupes de malaisiens d’origine chinoise qui passent leur temps à crier (ça a duré tout le temps que nous avons passé sur l’île, ils sont très bruyants). Ils ne se soucient pas trop de la propreté non plus puisqu’ils abandonnent leurs déchets sur la plage, y laissent leur canette de bière et jettent leur paquet de cigarettes dans le sable. D’ailleurs notre hôtel semble être un point de chute pour ses grandes familles chinoises. Les touristes étrangers sont plus au sud, du côté du Bushman Café et du Rainbow chalets.

Au nord de la plage il y a une rivière qui vient se jeter dans la mer, on peut y observer des oiseaux ou faire du canoë.

Pendant notre séjour sur Tioman, nous avons fait connaissance avec les fameuses sandflies (mouches de sables). J’avais fait des recherches pour savoir sur quelles plages il y en avait, mais je n’avais rien trouvé de très précis et apparemment il peut y en avoir partout. Même en restant sur les transats avec une serviette dessus, on a réussi à se faire piquer par ces satanés sandflies. Ça fait de sacrés boutons qui grattent pas mal, rien à voir avec une piqûre de moustique. On a gardé les boutons et les démangeaisons pendant 15 jours, ça gâche un peu le séjour du coup.

En lisant le Lonely Planet il est écrit que c’était une île splendide évoquant la Polynésie avec des eaux turquoise. On a pas vu la même ile alors … où sinon on s’est trompé de plage peut être. Bref je m’attendais à beaucoup mieux, cela n’a rien à voir avec les îles que j’ai vu en Thaïlande pour ne comparer qu’avec l’Asie et encore moins avec les Maldives. Si c’était à refaire je ne reviendrai pas sur l’île Tioman, j’espère qu’il existe de plus belles îles ailleurs en Malaisie.

La saison n’était pas la meilleure non plus puisque depuis le début de notre voyage en Malaisie, les fumées des feux de défrichement qui ont lieu sur Bornéo nous gâchent un peu le voyage. Apparemment c’est souvent le cas au mois de septembre donc vous pouvez éviter cette période.


Retour à Kuala Lumpur

Nous partons de Juara beach (Pulau Tioman) à 5h du matin pour prendre le ferry qui part à 6h de Tekek. Nous sommes six plus les bagages à monter dans le pick-up. Les malaisiens se précipitent à l’intérieur du véhicule et nous nous montons sur le plateau arrière au milieu de tous les sacs. Il y en a même pas un qui a laissé sa place à Émilie par galanterie. Le chauffeur est un peu en mode rallye, nous avons mis 15 min pour rejoindre l’embarcadère de Tekek.

Le ferry est à l’heure, nous arrivons à Mersing à 8h ce qui permet de prendre le bus express pour Kuala Lumpur qui passe à 10h. Nous achetons les billets (41,50 RM / pers) à l’agence en face du débarcadère (le bus y fait un arrêt), cela évite de marcher jusqu’à la gare routière. Je profite du temps d’attente pour aller faire quelques courses dans un supermarché de Mersing.

Nous avons mis 5h30 pour rejoindre la gare routière (terminal TBS) de Kuala Lumpur.

0 commentaire
0

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. Accepter En savoir plus