Accueil DestinationsAsieThailande Chiang Mai et trek dans les montagnes du nord de la Thaïlande

Chiang Mai et trek dans les montagnes du nord de la Thaïlande

0 commentaire

Sukhothaï (J6)

Ce matin je prends le bus pour monter jusqu’à Chiang Mai. Après avoir pris un tuk-tuk pour la gare routière, je trouve sans difficulté un billet de bus (pas la peine de réserver, il y a beaucoup de départ) vu que comme souvent on vous propose directement un billet dès que vous arrivez (ça c’est l’effet sac à dos). Le prix est de 234 BHT pour plus de 6h de trajet. Départ à 8h20, arrivée à 14h30.
A noter que si vous voulez aller aux toilettes pendant le trajet il faudra attendre une gare routière et faire vite car le bus s’arrête à peine 5 minutes.

Chiang Mai

Arrivé à Chiang Mai, je récupère une carte de la ville et prends un tuk-tuk (70 BHT) pour rejoindre ma guesthouse située dans le vieux quartier. Le problème c’est qu’aucun chauffeur ne connait la All in 1 Guesthouse, un peu normal vu qu’elle n’est ouverte depuis à peine quelques mois. Comme je me souvenais qu’elle était pas loin de la Julie GH je me fait déposer là bas. De là je me met à sa recherche et finalement par chance au détour d’un soï je finis par la trouver (j’avais oublié de noter l’adresse en plus). Cette guesthouse est tenu par un français, Gilles, qui se fera un plaisir de vous renseigner et de vous parler de la Thaïlande. Là aussi j’avais réservé par mail depuis la France, 500 BHT la chambre avec eau chaude, ventilateur et TV.

Après une petite visite des alentours je réserve un trek de 2 jours – 1 nuit (1 200 BHT) auprès de la guesthouse et je pars visiter le marché du samedi soir qui s’installe chaque semaine dans Wualai Rd, une rue qui part du sud est du carré. Je mange sur place auprès d’un des nombreux stands de nourriture (mais je ne gouterais pas ces espèces de cafards géants grillés et autres insectes).

Je suis surpris lorsqu’à 18h, une musique retentit et tout le monde se fige et arrête de parler, je fais pareil en ne comprenant pas trop ce qui se passe. J’apprendrais plus tard auprès de Gilles, le gérant de la guesthouse, qu’il s’agissait de l’hymne national et que c’est comme ça tous les jours.
Je finis par un petit tour sur le net, c’est ici qu’on trouve les meilleurs prix (15 BHT de l’heure en moyenne).


Trek de 2 jours dans les montagnes au nord de Chiang Mai (J7-J8)

La jeep avec le guide passe me prendre à la guesthouse vers les 9h45 et nous récupèrons les 4 autres personnes (un couple de Suisse Allemand, un Australien et un Allemand) à la Julie Guesthouse qui est affiliée à la même agence de trekking. Nous partons en direction du parc national situé au nord de Chiang Mai, en chemin on s’arrête à un marché local pour acheter de l’eau et quelques fruits.

Étant donné que nous arrivons sur place pour les midi on mange directement dans un petit resto local puis nous partons pour la ballade à dos d’éléphant. C’est assez sympa pour ceux qui en ont jamais fait, par contre l’éléphant carbure à la banane et à la canne à sucre, que l’on trouve évidemment en vente 20 bht au départ et un peu partout sur le parcours. Si vous lui donnez rien à manger il s’arrête de marcher.
Ce qui était sympa c’est que j’étais sur une maman éléphant, du coup il y avait un petit éléphanteau qui nous suivait tout le long.

Lors de ce voyage en 2007, les conditions de vie de ces éléphants n’étaient pas encore connus, il faut savoir qu’ils sont capturés quand ils sont tout petits, arrachés à leur mère et torturés pour être docile une fois adulte afin que les touristes puissent monter dessus. Aujourd’hui il est hors de question pour moi de refaire des balades à dos d’éléphants.
Mise à jour 2019

Après cette petite balade nous attaquons le trek en lui même. Le début grimpait pas mal et entre mon sac à dos un peu trop lourd et la chaleur, ce n’était pas de tout repos. Heureusement après environ 2h de marche on s’arrête se baigner dans une rivière avec une chute d’eau située à côté d’un petit village.

Après s’être rafraichi, nous repartons pour environ 1h de marche vers le village où l’on passera la nuit. Village composé d’une seule grande maison pour les 6 personnes qui y habitent (c’est la famille du guide) et d’une grande baraque pour les touristes.

L’intérieur de la maison où l’on dort est assez bien agencée, on y trouve une moustiquaire pour chaque paillasse avec un petit duvet et plusieurs couvertures. Le toit de la maison est fait en feuille de bananier séchées, je ne sais pas ce que ça peut donner en cas de grosse pluie mais si vous y allait entre novembre et mars il faudrait ne pas avoir de chance pour qu’il pleuve.

Le soir la maitresse de maison nous concocte un bon diner. On trouve sur place des boissons en vente (eau et bières notamment). Nous passons la soirée à discuter, ce qui me permet de travailler mon anglais.

Le lendemain matin nous avons droit à un super petit déjeuner avec pancakes et fruit (ananas et pastèque). Le thé est un peu bizarre car il est infusé à partir de feuilles de bananiers.

Nous reprenons notre trek en redescendant la montagne cette fois. Nous passons par un plus gros village qui comprend beaucoup plus d’habitations ainsi qu’une école.

En chemin nous retrouvons une cascade qui est la bienvenue avec cette chaleur. Le pire c’est que le guide nous dit que c’est rien du tout par rapport au moins d’avril, faut dire que lui ne transpire pas du tout et je ne l’ai même pas vu boire.
C’est ici que notre ami australien nous quitte car il a pris un trek de 3 jours et doit retrouver un autre groupe pour partir vers un autre village.

Après avoir marché 2 heures on se retrouve pratiquement au point de départ, on s’arrête manger dans un petit resto en bordure de la route.
L’après midi est destinée à la descente de la rivière en radeau de bambou. C’est fun mais pas très impressionnant, il n’y a pas vraiment de rapide et le seul qui était intéressant on a du descendre pour le contourner à pied pendant que le « chauffeur » du radeau le passait tout seul.  A l’arrivée, tous les radeaux sont démontés, transportés en 4×4 au point de départ et remontés.

On rentre maintenant sur Chiang Mai. Notre guide « Dino » était vraiment super sympa, il nous a montré beaucoup de chose dans la jungle. Le soir je retrouve Lætitia, une amie qui vient d’arriver de France.

 
Chiang Mai (J9)

Cette journée sera principalement dédiée à la visite des temples de Chiang Mai. Nous commençons avec Lætitia par ceux situés dans le vieux quartier délimité par les quatre anciennes douves, on peut le faire facilement à pied ou à vélo si on est un peu plus pressé. Les principaux sont : Wat Chedi Luang (avec son chedî de 85m), Wat Phra Singh, Wat Chiang Man.

A la sortie d’un temple un songthaew nous propose d’aller visiter le Wat Phra That Doi Suthep qui se trouve à 15 km au nord de la ville. Il nous dépose devant le temple et propose de venir nous chercher dans une heure. Les chauffeurs ont confiance car à chaque fois on ne paye qu’au retour.

L’accès à la pagode se fait par un long escalier de 309 marches entourés de 2 nagas (pour les personnes à mobilité réduite il y a un funiculaire). L’histoire de la fondation de ce temple n’est pas très bien connu mais il aurait été construit en 1383.

Cet ensemble est vraiment très beau et on ne regrette pas d’avoir suivi l’avis du chauffeur de songthaew. On a même eu droit à une bénédiction par un moine qui nous a également attaché un bracelet au poignet (enfin pour moi car les moines n’ont pas le droit de toucher les femmes et c’est une autre personne qui le fait à sa place pour Lætitia).

Notre chauffeur nous attend à l’heure et nous ramène dans le centre ville de Chiang Mai.

Après un petit resto, nous reprenons un songthaew pour le zoo et ses fameux pandas. Le chauffeur voulait nous balader également à l’intérieur du zoo avec son véhicule mais on a préféré marcher. L’entrée du zoo est de 100 BHT et il faut rajouter 100 BHT si vous voulez voir les pandas. Le zoo est assez grand et plutôt bien conçu.
On a profité de la visite chez les pingouins et manchots pour rester un peu au frais avec cette chaleur !

Aujourd’hui je ne retournerai pas dans ce zoo car pour des raisons éthiques et de bien être animal je ne visite plus de zoo depuis quelques années.
Mise à jour 2019

Au moment de repartir du zoo nous n’avons pas trouvé notre chauffeur de songthaew, on a donc été obligé d’en trouver un autre. Nous ne l’avons pas recroisé non plus pour lui payer sa course, ami chauffeur si tu me lis, désolé de t’avoir gratté une course, c’était pas volontaire !

Le soir nous partons visiter le night bazar, un marché pour les touristes avec ses stands de nourriture et de souvenirs. Vu qu’il y a beaucoup de touristes, on trouve également pas mal de salon de massage « louches » et de bar à filles. Il y a également un ring avec des combats de boxe thaï mais ceux-ci ne valent pas ceux de Bangkok.

0 commentaire
0

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. Accepter En savoir plus