Accueil DestinationsAsieBirmanie Hsipaw et trek jusqu’au village Pankam
Trek village Pankam Hsipaw

Hsipaw et trek jusqu’au village Pankam

0 commentaire

La région de Hsipaw en Birmanie est connue pour ses nombreuses possibilités de treks et randonnées dans les villages des communautés Shan. Nous sommes venus dans ces montagnes pour réaliser une randonnée de 2 jours avec nuit au village Pankam, à la recherche d’un itinéraire moins fréquenté que le fameux trek Kalaw lac Inle.


Départ de Mandalay

Le minibus pour Hsipaw que nous avons réservé hier passe nous prendre à notre hôtel à 7h. Le temps de récupérer d’autres passagers et de charger des colis à droite à gauche nous sortons à peine de Mandalay à 8h. La circulation sur la route Mandalay Hsipaw est assez dense, il y a beaucoup de camions (cette route mène vers la Chine), après 6h de trajet nous arrivons à Hsipaw à 14h.


HSIPAW

Hsipaw est une petite ville de 50 000 habitants dont le principal intérêt est d’être le point de départ de trek chez les communautés Shan dans les collines environnantes. L’avantage de venir randonner à Hsipaw est que le coin est beaucoup moins fréquenté que le célèbre trek Kalaw Inle (que l’on fera plus tard car les paysages sont différents).

Lors de notre voyage en novembre 2017, le secteur était en proie à un conflit armé, seuls certains treks étaient faisables et exclusivement avec un guide.

On s’installe au Northern Land Hotel (27 000 K ou 20 US$), demandez la chambre au dernier étage avec terrasse qui est assez sympa. Déjeuner chez Law Chun (6 900 K), un restaurant chinois situé juste à côté et le seul qui sert encore à 15h.

Où dormir à Hsipaw

Le centre de la ville n’étant pas très grand, la plupart des hébergements sont concentrés plus ou moins au même endroit. Si vous venez en haute saison (novembre à mars), il est plus prudent de réserver votre logement. Voici quelques bonnes adresses :


Organiser un trek dans les communautés Shan

Les agences sont nombreuses en ville, chaque hébergement peut vous proposer d’organiser un trek dans les alentours de Hsipaw. Pour notre part nous sommes allés à l’agence Ko Pu Travel Service (située à la Mr. Charles Guest House) où nous avons réservé un trek de 2 jours / 1 nuit pour 25 000 K par personne transfert inclus, seule l’eau restant à notre charge.

Comme le bureau juste à côté vend des billets de bus (Mr Charles a tout compris il propose tout ce dont les touristes ont besoin, d’ailleurs il exerce un quasi monopole à Hsipaw), nous en profitons pour réserver la suite de notre voyage, à savoir un bus de nuit direct pour Bagan (18 300 K / pers).

Il n’y a pas grand chose à voir dans la ville, nous faisons un tour jusqu’au banyan tree puis nous longeons un peu la rivière. On trouve à Hsipaw des boutiques pour se ravitailler avant de partir en trek, pour ma part sachant que j’aurais droit à un petit déjeuner salé je fais provisions de gâteaux secs (on ne se refait pas) et on achète de l’eau.


TREK HSIPAW – VILLAGE PANKAM : JOUR 1

Une petite camionnette passe nous chercher pour nous emmener à la Mr. Charles Guest House, point de départ du trek entre Hsipaw et le village Pankam. Nous déposons nos gros sacs à dos dans la pièce destinée aux bagages et nous mettons uniquement le nécessaire pour ces 2 jours dans nos petits sacs. Étant donné que le mien est un sac à dos photo (le Lowepro Photo Hatchback 22L AW) dont la moitié de l’espace est occupé par l’appareil et les 2 objectifs, je pars avec le strict minimum.

Le groupe se compose de cinq personnes en plus de notre guide, un couple de suisse allemand, une américaine et nous deux. En novembre nous sommes au début de la saison sèche, le temps est magnifique avec un ciel bleu et il fait chaud, il n’est pas nécessaire d’avoir de vêtements particuliers pour la randonnée, il faut juste prévoir un pull car les soirées sont fraiches.

Nous quittons Hsipaw à 8h30, après un court passage en ville nous nous retrouvons rapidement à marcher à travers rizières et champs. Les paysages sont assez secs, le maïs destiné au marché chinois (les birmans n’en consomment pas) a déjà été récolté. Après environ une heure de marche, nous faisons une première halte dans l’échoppe d’un petit village où nous buvons du thé et grignotons quelques graines. C’est aussi l’occasion de se ravitailler en eau, d’ailleurs ce n’est pas la peine d’en transporter de grandes quantités car on a la possibilité d’en acheter tout le long du trajet. Le guide nous a appris quelques mots en langue shan pour saluer les villageois et enfants que nous rencontrions mais j’avoue ne rien avoir retenu.

Le trek Hsipaw – Pankam emprunte pratiquement tout le long la route en terre menant au village, il n’est donc pas rare d’y croiser camions et motos, ce qui n’est pas forcément agréable quand on marche. Le village étant en altitude la première journée n’est qu’une ascension, nous faisons régulièrement des arrêts pour grignoter et boire du thé. Ces arrêts sont l’occasion de se reposer mais aussi d’apporter un revenu aux paysans de la région qui ont construit de petites échoppes restaurants le long de la route.

Je n’ai pas trouvé la montée jusqu’au village difficile, si vous êtes habitué à randonner en montagne sur des dénivelés moyen (environ 700 m), vous n’aurez aucun soucis. L’américaine qui était avec nous a eu un peu plus de mal, mais elle est montée à son rythme.

Village Pankam

Nous arrivons en fin d’après midi au village Pankam après 5h de marche. Le village est tout ce qu’il y a de plus authentique, les enfants jouent, les femmes rentrent des champs, nous n’avons croisé qu’un seul autre groupe de touristes.

Nous logeons dans une jolie et grande maison en teck construite sur deux niveaux. A l’étage se trouve la pièce principale où sont pris les repas, il y a un petit feu à même le sol qui permet de faire bouillir l’eau pour le thé (l’eau est ensuite gardée au chaud dans des thermos). Le thé est omniprésent en Birmanie, nous en buvons partout où nous faisons un arrêt, cela tombe bien j’adore ça. La pièce où nous passerons la nuit se situe à l’arrière, elle est agencée avec de fins matelas disposés sur le sol en bois, de grosses couvertures et des moustiquaires.

Il n’y a pas vraiment de douche, au rez de chaussée se trouve un gros réservoir d’eau façon lavoir avec une écuelle à disposition. Nous avons fait l’impasse sur la douche d’autant qu’il fait assez frais le soir et se laver à l’eau froide ne nous motivait pas trop. Les toilettes sèches situées un peu à l’écart de la maison sont constituées d’un toilette à la turc fixé à l’intérieur d’une petite cabane en bois version « cabane au fond du jardin ».

A peine arrivé nous prenons notre déjeuner (il est déjà 16h), celui-ci est constitué d’une assiette de riz avec plusieurs petits plats de légumes où chacun se sert. Les végétariens seront contents car lors des deux treks nous n’avons pratiquement pas eu de viande. Le thé accompagne le repas, on peut également acheter des bouteilles d’eau à la famille qui nous héberge.

Une fois rassasié, notre guide nous propose un petit tour rapide du village. J’aime cette ambiance de village rural paisible, ça nous change des grosses villes birmanes que nous avons vu jusqu’à présent.

A la nuit tombée les températures chutent dans les montagnes et le pull devient plus que nécessaire. Le guide nous fait un petit feu de camp devant la maison où l’on s’installe tout autour sur des transats. En l’absence de lumière dans le village on peut facilement observer les étoiles.

A 19h30 le diner est servi, on est un peu étonné étant donné que l’on a déjeuné il n’y a pas longtemps. Nous passons la soirée à jouer à la belote avec le couple de Suisse allemand, on a d’abord du s’accorder sur les règles car chacun connaissait un style différent, moi je joue toujours à la contrée, Karine à la belote normale et les Suisses encore une autre version. Au final on jouera à la belote normale, et comme c’est un jeu qui se joue qu’à 4, l’américaine nous regarde (de toute façon elle ne connait pas du tout la belote 🙂 ).

La chambre dortoir


TREK HSIPAW VILLAGE PANKAM – JOUR 2

La nuit n’a pas été des plus confortables, les matelas sont assez fins et les coqs ont commencé à chanter à 4h30 du matin alors qu’il ne faisait même pas jour (et moi qui croyait qu’ils chantaient au lever du soleil). Pour accompagner le thé au petit déjeuner c’est nouilles et omelette, mais j’avais prévu le coup en achetant des biscuits à Hsipaw.

Nous quittons le village à 8h, le chemin en terre par lequel nous redescendons est plus étroit ce qui rend la randonnée plus agréable puisqu’il n’y a pas de véhicule qui l’emprunte comme à l’aller. Le paysage est sensiblement identique avec la traversée d’une petite rivière sur un rondin de bois en bonus.

Cascade proche de Hsipaw

Aux alentours de midi nous arrivons à une cascade entourée de petits restaurants. Cette cascade est facilement accessible depuis Hsipaw, on y croise des familles birmanes et des touristes venus profiter des lieux.

Après avoir englouti plusieurs soupes de nouilles (dont celle de Karine qui n’est pas très fan), nous allons nous rafraichir à la cascade. Enfin surtout moi car je suis le seul à avoir emporter mon maillot, l’eau est assez fraiche mais ça fait un bien fou. Entre les trous d’eau façon jacuzzi et la cascade on se croirait presque dans un spa (oui il ne m’en faut pas beaucoup !). Par contre mieux vaut venir le matin car le site passe à l’ombre dans l’après-midi.

Cascade Hsipaw Birmanie
Cascade Hsipaw

Un pick-up nous récupère un peu plus loin que la cascade pour nous ramener à Hsipaw vers 14h30. Avant d’enchainer avec le bus de nuit pour Bagan, nous profitons de l’accès aux parties communes de la Mr. Charles Guest House pour prendre une douche et mettre des habits propres, le voyage n’en sera que plus confortable. Le restaurant de l’hôtel juste attenant (géré aussi par Mr Charles le boss de la ville) propose des sandwichs à emporter qui feront très bien l’affaire pour notre voyage.

Une navette de la guesthouse nous emmène jusqu’à l’arrêt de bus (il n’y a pas de gare routière à Hsipaw). Celui pour Bagan passe à 18h30, c’est un bus normal (pas de VIP sur ce trajet) avec des sièges étroits et peu inclinables. Les sièges sont adaptés au gabarit des birmans, mais deux personnes assez costaud auront du mal à s’asseoir côte à côte. Ça me rappelle les chicken bus du Nicaragua.

Le trajet a été assez long, difficile de dormir entre la route sinueuse et la musique à fond. La seule pause que nous avons faite était à 20h pour manger dans un resto (nous avions nos sandwichs), ensuite il n’y a en a pas eu d’autre jusqu’à l’arrivée à 5h30 à Bagan.

Suivez la suite de mes aventures avec le guide pour visiter les temples de Bagan en Birmanie.

0 commentaire
0

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. Accepter En savoir plus