Accueil DestinationsAfrique & Moyen OrientJordanie Jordanie : visiter les sites incontournables en 10 jours
Jordanie Jerash

Jordanie : visiter les sites incontournables en 10 jours

3 commentaires

Cela faisait un moment que je rêvais d’aller voir Pétra lors d’un voyage en Jordanie, mais je n’avais jamais trouvé l’occasion de m’y rendre. C’est après avoir vu un reportage sur la désertion des touristes à cause de la situation géo-politique du secteur (le royaume est entourée par la Syrie, l’Irak, Israël et les territoires Palestiniens ainsi que l’Arabie Saoudite, pas les voisins les plus calmes), que je me suis dis que c’était le bon moment pour visiter la Jordanie loin de la foule.

Je suis parti seul avec mon sac à dos au début de l’automne (fin septembre début octobre) afin d’éviter les grosses chaleurs mais également le froid qu’il peut y avoir la nuit dans le désert.


Sommaire :

  1. Préparer son voyage en Jordanie (climat, transport, visa, sécurité, itinéraire, matériel)
  2. Jerash : les vestiges antiques romains
  3. Forteresse Ajloun
  4. Mont Nebo
  5. Madaba
  6. Wadi Mujib : canyoning
  7. Baignade dans la Mer Morte
  8. Château de Kerak
  9. Village de Dana
  10. Randonnée dans la réserve de Dana
  11. Château de Shobak
  12. Little Pétra
  13. Wadi Musa : où dormir pour visiter Pétra
  14. Pétra, la cité antique
  15. Aqaba : plongée et plage
  16. Désert du Wadi Rum
  17. Bilan et budget pour la Jordanie


PRÉPARER SON VOYAGE EN JORDANIE

Quelques données sur la Jordanie

– Capitale : Amman
– Superficie : 92 300 km²
– Population : 6,5 millions d’habitants
– Langues : arabe (langue officielle)
– Monnaie : dinar jordanien (JOD)
– 1 euro = 0,79 JOD (septembre 2016)

Climat

Climat désertique avec peu de pluies, chaud en été et froid en hiver. La plupart des sites sont en altitude ce qui permet de ne pas trop souffrir de la chaleur. Il n’y a qu’à Aqaba, au bord de la Mer Rouge, que la chaleur peut être difficile à supporter (il faisait 42°C quand j’y étais début octobre). Évitez juste de prévoir un voyage en Jordanie en plein été.

Je n’ai pas vu l’ombre d’un nuage pendant tout mon séjour, la chaleur ne m’a pas du tout dérangé pour la randonnée (Pétra, Dana ou Wadi Rum) ni même à la Mer Morte. Le début de l’automne avec le printemps est la meilleure saison pour visiter la Jordanie.

Transports

Les transports en commun ne sont pas très développés en Jordanie, notamment pour aller sur les sites touristiques. Il n’y a par exemple aucun bus qui dessert la Mer Morte et seulement certaines destinations sur la route du Roi. Le Wadi Rum est également peu accessible en transport en commun. Pour cette raison j’ai loué une voiture jusqu’à Pétra (agence Monte Carlo) afin d’être autonome et de pouvoir accéder à tous les sites que je souhaitais voir. L’autre solution est d’utiliser des taxis au coup par coup mais cela peut vite revenir cher surtout quand on voyage seul. A partir de Pétra j’ai fini le voyage en bus.

Location de voiture

Je suis passé par l’agence MonteCarlo, un loueur local et spécialiste de la Jordanie. J’ai récupéré la voiture à l’aéroport d’Amman et l’ai rendu à Petra avec un petit supplément. Vous pouvez également passer par l’un des loueurs internationaux (Avis, Hertz, Budget ou Europcar), vous trouverez les meilleurs prix en utilisant ce comparateur de location de voiture , je l’utilise régulièrement lors de mes road trip pour louer une voiture pas cher.

Billets d’avion

Pour ne pas avoir à faire l’aller retour jusqu’à Amman j’ai choisi de prendre un billet d’avion avec arrivée à Amman et départ d’Aqaba au sud du pays au bord de la Mer Rouge. Le billet d’avion n’est pas forcément plus cher et cela fait gagner du temps et de l’argent. Vous pouvez utilisez ce comparateur de vols afin de trouver le meilleur prix pour votre billet d’avion vers la Jordanie.

Déplacement et GPS

Pour me déplacer j’ai utilisé l’application GPS sur smartphone maps.me, il suffit de télécharger la carte de la Jordanie avant de partir et après cela fonctionne en mode hors ligne uniquement avec la fonction GPS (vous pouvez donc rester en mode avion, cela ne coûte rien). Les smartphones étant gourmand en énergie, assurez-vous d’avoir pour les longues distances un chargeur usb allume cigare ou une batterie externe pour téléphone portable.

Visa et Jordan Pass

Le visa pour la Jordanie coûte 40 JOD (en octore 2016), mais il est gratuit si vous achetez le Jordan Pass, ce que je vous conseille vivement de faire car il est amorti dès la visite de Pétra. Le Jordan Pass donne accès à 40 sites et est valable 2 semaines à partir du 1er site visité. Il ne peut être acheté que sur internet avant de venir en Jordanie sur le site officiel : http://www.jordanpass.jo

Il y a 3 pass à des prix différents en fonction du temps que vous souhaitez rester à Petra (1, 2 ou 3 jours). Par exemple le pass Jordan Explorer (2 jours à Pétra) revient à 70 JOD. Si on fait le calcul sans le Jordan Pass l’entrée pour 2 jours à Pétra coûte 55 JOD, à cela on y ajoute le prix du visa et on est déjà à 95 JOD ! Il n’y a donc aucun intérêt à ne pas prendre le Jordan Pass et payer le visa. Si jamais vous voulez quand même payer le visa, il y a un ATM et un change juste avant l’immigration car il faut payer les 40 JOD en espèce.

Prises électriques

Le format des prises électriques en Jordanie est identique à la France avec 2 fiches rondes et éventuellement la terre (type C et E). Le courant est de 220 V et 50 Hz. On peut également trouver des prises de type G (comme en Angleterre), auquel cas cela nécessite un adaptateur. Lors de mon voyage en Jordanie je n’ai jamais eu besoin d’adaptateur dans les hôtels.

Santé et sécurité

Aucun vaccin n’est obligatoire, mais mieux vaut être à jour de ses vaccinations universelles (diphtérie, tétanos, coqueluche, poliomyélite, hépatite B) ainsi que pour les vaccins protégeant contre les maladies liées au manque d’hygiène alimentaire (hépatite A).

Avant de partir mon entourage m’a demandé ce que j’allais faire dans ce pays dangereux et ma famille a stressé pendant tout le voyage. La plupart ne connaissent pas vraiment la Jordanie et font l’amalgame avec ce qu’il se passe en Syrie ou en Irak. Sur place je ne me suis jamais senti en insécurité, bien au contraire, il y a une grosse présence de l’armée (avec des check-point), de la police et même d’une police touristique. Il ne faut pas hésiter à y aller d’autant que les jordaniens souffrent de cette absence de tourisme.

Carte de la Jordanie et itinéraire

Matériel emporté (liste de voyage)

– Sac à dos Lowe Alpine Wilderness 65L + 15
– Pantalons trek (2)
– Tshirts techniques
– Sous-vêtements (pour une semaine puis laverie)
– Polaire technique fine
– Lunettes de soleil
– Couteau suisse
Lampe frontale Petzl
– Chaussure type trail
– Maillot de bain
– Tong
– Chaussons néoprène (pour le snorkeling et le canyoning)
Tshirt anti-uv manches longues surf (pour le snorkeling et le canyoning)
Pochette étanche
– Masque et tuba
– Serviette de toilette séchage rapide
Sac à viande (en soie car plus léger)
– Trousse à pharmacie
– Trousse de toilette
– Appareil photo reflex
Lonely Planet Jordanie


RÉCIT DE 10 JOURS DE VOYAGE EN JORDANIE

 

Arrivée à l’aéroport d’Amman

Arrivée à l’aéroport d’Amman à 5h du matin (je suis parti la veille à 18h30), je passe rapidement l’immigration car il n’y a pas beaucoup de touristes. J’ai réservé une voiture de location avant de venir et une personne de l’agence Monte Carlo m’attend à l’arrivée. Il me conduit avec la voiture jusqu’à l’agence à 10 min de là pour remplir le contrat (j’ai payé 130 JOD pour 4 jours avec abandon à Pétra). Une fois les formalités remplies, je prend le volant et direction Jerash par l’autoroute. Pour trouver mon chemin j’utilise le GPS de mon téléphone.

Je vais vite découvrir la conduite locale, d’autant qu’il y a pas mal de trafic dans le nord du pays. Les jordaniens conduisent n’importe comment et les piétons traversent n’importe où même sur l’autoroute. Je mets à peine plus d’une heure pour rejoindre Jerash, le problème c’est que le site n’ouvre qu’à 8h.


JERASH (Jour 1)

Les vestiges antiques de Jerash constituent l’un des plus beaux exemples de municipe romain du Proche-Orient. La cité est forte d’un ensemble d’arcs de triomphe, de deux amphithéâtres, d’un hippodrome, de temple et d’un impressionnant forum à colonnes, remarquablement bien conservés par la sécheresse du désert. L’entrée des ruines est comprise dans le Jordan Pass (sinon c’est 8 JOD). Avant d’attaquer la visite j’achète une bouteille d’eau de 1,5 L pour 1 JOD.

La visite m’a bien plu, pas besoin d’être un fan d’archéologie pour apprécier, il y a des panneaux explicatifs en français pour chaque monument. C’était d’autant plus plaisant que j’étais seul sur le site (les quelques groupes arrivent à 9h30). Il vaut mieux venir tôt car après il fait vraiment chaud. J’ai mis moins de 2h pour tout voir. Seul point négatif, il y a beaucoup de détritus.


FORTERESSE D’AJLOUN

Je vais ensuite à la forteresse d’Ajloun (entrée également comprise dans le Jordan Pass) à 30 km au nord de Jerash. Cette forteresse édifiée en 1188 constituait autrefois un maillon stratégique de la ligne de défense contre les croisés. La visite est intéressante si on est de passage dans le coin mais ne justifie pas le détour.

Pour éviter l’autoroute je redescends par la vallée du Jourdain. Cette vallée constitue la réserve alimentaire de la Jordanie, elle offre un climat idéal pour l’agriculture.


MONT NEBO

Il y a un check-point sur la route depuis le Jourdain vers le Mont Nebo, le militaire qui contrôle mon passeport est aimable comme une porte de prison. Le long de la Mer Morte il y a beaucoup de militaires, on est tout proche d’Israël.

L’entrée pour le Mt Nebo (non compris dans le Jordan Pass) est de 1 JOD. L’église étant fermée pour travaux, on a juste accès à un mini musée et à un point de vue d’où l’on voit Israël et les Territoires Palestiniens, mais vu l’aridité du secteur, on ne différencie pas grand chose malgré la carte. Le Mont Nébo est le lieu d’où Moïse aurait aperçu la Terre promise, moi en tout cas je n’ai rien aperçu avec cette brume de chaleur.

Mont Nebo Jordanie


MADABA

Cette première étape se termine à Madaba, je rejoins le Moab Land Hotel où j’ai réservé 2 nuits avec petits déjeuners (26,5 JOD / nuit) . Il est presque impossible de se garer dans le centre-ville mais il y a un parking à 100 m de l’hôtel (2 JOD par jour). La chambre est bien avec une jolie vue sur l’église St Georges. Il y a un ventilateur, la climatisation et une petite terrasse, par contre la salle de bain est assez petite.

Où dormir à Madaba

Voici quelques bonnes adresses pour se loger à Madaba, toutes situées dans le centre ville.

  • 6 € : Madaba Hotel propose des lits en dortoirs à petits prix
  • 32 € : Moab Land Hotel, testé et approuvé ! Hôtel central avec un toit terrasse pour prendre le petit déjeuner au soleil
  • 38 € : Tell Madaba Hotel est une maison d’hôte presque comme chez l’habitant
  • 44 € : Black Iris Hotel, cet hôtel bénéficie de très bons retours c’est même le coup de cœur du Lonely Planet

Église St Georges

Madaba est avant tout réputée pour ses mosaïques byzantines, et notamment pour la plus célèbre d’entre elles : la carte représentée sur le sol de l’église St Georges (1 JOD). Lors de la construction de cette église orthodoxe grecque en 1884, on découvrit sur le site les restes d’une ancienne église byzantine et, au milieu des décombres, ayant survécu à la destruction et aux incendies, une mosaïque représentant la plus ancienne carte de Palestine existant à ce jour (réalisée en 560). Ce n’est pas la plus jolie des mosaïques mais elle a une valeur historique.

Mosaïque église saint Georges Madaba
Mosaïque de la carte de la Palestine

Sanctuaire de la Décollation de St Jean Baptiste

Le sanctuaire de la Décollation de St Jean Baptiste (1 JOD) est une jolie petite église catholique du début du XXe siècle érigée sur des vestiges de sites antérieurs. Dans les entrailles de l’église se trouve un puits de l’époque moabite, vieux de 3 000 ans, et toujours en eau. Depuis le clocher il y a une belle vue sur la ville (même si la ville n’a rien de bien beau à offrir).


Jour 2

Les cloches de l’église St Georges sonnent toutes les heures à partir de 7h30, cela fait un bon réveil vu qu’elles sont juste en face de ma chambre. Ce qui est marrant c’est que j’ai vu un gars monter sur le toit et tirer les cordes des cloches pour enchainer sa petite musique.

Le petit déjeuner se prend au soleil sur le toit terrasse de l’hôtel (le gros plus du Moab Land Hotel), en sucré il y a du pain arabe et 3 sortes de confitures. La gérante sympa m’a dit que je pouvais me faire des sandwichs pour ce midi avec le salé.

Je récupère ma voiture sur le parking où je l’ai laissée hier soir et pars en direction de la Mer Morte par la route du complexe panoramique (celle qui passe par la ville de Ma’in). La route offre un joli panorama sur la Mer Morte mais le complexe étant fermé quand je suis passé, je ne me suis pas arrêté (il y a un musée et un belvédère).


WADI MUJIB

Une fois arrivé au bord de la Mer Morte (on est ici à 408 m en dessous du niveau de la mer), je prends la Dead Sea Highway en direction du sud vers la réserve de Mujib. Il y a un check point de l’armée juste avant la réserve, les militaires posent toujours les mêmes questions, à savoir de quel pays on vient et où on va. En tout cas ici ils étaient plus sympas car j’ai eu droit au « Welcome in Jordan ».

La réserve de Mujib a été créée à l’origine pour favoriser la reproduction des bouquetins de Nubie, elle abrite une faune et une flore d’une étonnante richesse. Le chemin de randonnée le plus facile et le plus connu est le Siq Trail, une balade de 2 km dans la gorge avec des passages dans l’eau type canyoning et un peu d’escalade. Le prix pour le parcours du Siq Trail est de 20,3 JOD avec les taxes.

Après avoir payé l’entrée je retourne à la voiture pour me changer, il est impératif de mettre une tenue complète qui ne craint pas l’eau. Pour les papiers, mon téléphone et les clés de la voiture j’ai une pochette étanche bien pratique. Bien qu’il ne soit pas conseillé de le faire, je pars seul sur le Siq Trail mais croiserai 2-3 petits groupes sur mon chemin. L’eau est plutôt froide dans le Wadi Mujib, j’ai utilisé mon tshirt anti-uv manches longues qui protège aussi du froid.

Le sentier est magnifique, pas trop technique à part 2-3 passages où il faut s’aider de cordes pour grimper. C’est faisable facilement seul pour quelqu’un d’un peu sportif. Le sentier débouche sur une cascade qui marque la fin de cette randonnée aquatique. Au retour on peut se laisser glisser dans l’eau sur plusieurs passages, il y a même un toboggan où l’on finit entièrement sous l’eau.

Le site du Wadi Mujib est vraiment magique, j’ai adoré, un vrai coup de cœur ! Il faut absolument venir ici si vous voyagez en Jordanie. J’ai mis à peine 2h pour faire l’aller retour en prenant plein de photos et en profitant du site. Pour les photos j’avais mon appareil étanche mais vous pouvez également louer un sac étanche au bureau des rangers. Le gilet de sauvetage est compris dans le prix d’entrée.

La route de la Mer Morte est infestée de mouches relou (et de nombreux détritus), on ne peut même pas se changer tranquillement sans avoir 15 mouches qui se posent sur soi.


MER MORTE : OÙ SE BAIGNER

Je remonte la Dead Sea Highway jusqu’à l’Amman Beach Resort (entrée à 20 JOD), c’est l’endroit le moins cher pour profiter de la Mer Morte et pouvoir se doucher en sortant. Ce complexe hôtelier propose également des piscines et un restaurant buffet (restaurant clairement à destination des groupes de touristes).

Amman Beach Resort

Il fait chaud mais pas autant que je le pensais, fin septembre c’est largement supportable. C’est une expérience assez particulière que de se baigner dans la Mer Morte, elle est tellement salée que l’on flotte. J’ai essayé de nager sur le ventre mais impossible les pieds remontent à la surface. En sortant il faut absolument se doucher pour enlever les dépôts de sel, d’ailleurs les douches ne sont pas toute proches, on voit bien que le niveau de la mer diminue d’année en année à cause de l’irrigation.

On ne reste pas longtemps dans la Mer Morte car au bout d’un quart d’heure le sel commence à piquer, mais avec les piscines il a de quoi passer quelques heures et justifier le prix d’entrée.

Où dormir au bord de le Mer Morte

Vous serez peut être tenté de dormir au bord de la Mer Morte lors de votre voyage, sachez que les prix sont assez élevés et qu’il n’y a aucun hébergement pour routard. En réservant à l’avance on bénéficie souvent de promotions.

  • 165 € : Hilton Dead Sea Resort & Spa offre tout ce que l’on peut attendre d’un 5 étoiles (piscines et plages au bord de la Mer Morte)
  • 172 € : Ma’in Hot Springs, ce complexe est situé sur le site d’une source thermale d’eau chaude à l’écart de la Mer Morte

Je rentre à Madaba par la même route que ce matin, en fait le complexe panoramique devait être ouvert parce que la grille est toujours fermée, il faut s’approcher, payer et après on vous ouvre, j’avais pas fait gaffe ce matin. Vu qu’à cette heure-ci le soleil est juste en face, je laisse tomber. Mieux vaut venir le matin pour faire de belles photos quand le soleil est encore à l’Est. Je fais le plein d’essence à Madaba (12 JOD, 1L de sans plomb = 0,55 JOD).


ROUTE DU ROI (Jour 3)

Je prends la route du Roi (King’s Highway) vers le sud en direction de Kérak. Tout comme sur la route de la Mer Morte, il n’y a aucun transport en commun entre Madaba et Kérak, si vous n’avez pas de voiture il faudra prendre un taxi. La route passe par le Wadi Mujib.


KERAK

C’est un peu la galère pour rejoindre le centre-ville de Kérak où se trouve le château, il y a uniquement de toutes petites rues à sens unique bien encombrées. C’est plein de voitures et d’habitants qui marchent sur la route, si vous aimez vous faire klaxonner je vous le conseille vivement, vous passerez un bon moment. Pour pimenter le tout il n’y a aucune indication dans la vieille ville, heureusement j’avais mon GPS.

En cherchant une place pour me garer je suis tombé sur un vieux monsieur qui m’a fait le coup du « gare toi là j’ai une place rien que pour toi et je te surveille la voiture ». Je savais très bien qu’il faisait ça pour l’argent mais comme il ne parlait pas anglais on arrivait pas à se comprendre. Je n’aime pas trop ce procédé mais vu le peu de touriste qu’il y a ici ça lui fera 3 sous, je lui ai donné 1 JOD en revenant.

Le prix d’entrée du château de Kérak est compris dans le Jordan Pass. La forteresse, ancienne place forte des Croisés, vaut le coup d’œil mais je ne me suis pas trop attardé. Prévoyez une lampe frontale pour explorer les sous-terrains.

Chateau Kerak Jordanie


DANA

Je continue ma route jusqu’au joli village de Dana, j’ai réservé la veille sur booking au Dana Tower Hotel. Accueil sympa avec un thé (très sucré comme toujours). La chambre et la salle de bain privative sont corrects. J’ai payé 17 JOD la nuit avec le diner et le petit déjeuner.

Le diner sous forme de buffet est composé d’une dizaine de plats et pris sur une grande table avec les autres touristes. C’est l’un des rares hébergement où j’ai croisé d’autres personnes, il n’y a pas beaucoup de backpacker en Jordanie.

Où dormir à Dana

Ce n’est pas à Dana que vous trouverez les meilleures adresses rapport qualité / prix, le choix est assez restreint.

Après avoir posé mes affaires, je fais le tour du village datant du XVe siècle, la moitié des maisons ont été restaurées, le reste est toujours en ruine. Je passe au visitor centre, le ranger n’a aucune carte de randonnée mais me propose de photographier celle au mur.

Je partirai en randonnée demain matin, pour le moment je me contente de marcher aux alentours du village puis finis avec le coucher de soleil sur la terrasse de l’hôtel. Il faut d’ailleurs faire attention sur cette pseudo terrasse car j’ai failli passer à travers le plafond d’une maison en ruine.


RANDONNÉE DANS LA RÉSERVE DE DANA (Jour 4)

Je prends ma voiture pour rejoindre le Rummana Campground, point de départ de nombreuses randonnées dans la réserve de Dana. Le camping est situé à 30 min du village de Dana, après la bifurcation sur la route principale j’ai du utiliser mon GPS car il y a plusieurs petites routes et aucun panneau d’indication.

On ne peut pas accéder en voiture au camping, il faut se garer au poste des rangers situé au dessus puis continuer les 2 derniers kilomètres à pied ou avec la navette. Le droit d’entrée pour la réserve est de 8,12 JOD. Comme la navette est partie faire le plein d’essence, je préfère descendre à pied jusqu’au camp. Sur place il n’y a personne à part quelques rangers.

Rummana Campgound Trail

La réserve de Dana ne propose pas beaucoup de randonnées à faire seul, la plupart se font avec un guide. Le Rummana Campgound Trail est l’un des rares itinéraires que l’on peut faire en solo, le sentier longe les canyons du Wadi Dana et passe parmi les arbres et les formations rocheuses qui entourent le camp.

C’est très mal balisé, il y a juste des cairns pour indiquer le chemin, je me suis trompé de sentier à plusieurs reprises. Fin septembre il fait encore chaud mais c’est largement supportable (on est à 1 250 m d’altitude en plus). La balade était sympa mais le paysage n’avait rien à couper le souffle non plus. Je n’ai croisé aucun autre randonneur dans la réserve.

Comme il n’y a toujours pas de navette je remonte les 2 km à pied, mais cette fois c’est moins facile car ça grimpe mine de rien.


CHÂTEAU DE SHOBAK

De retour à la voiture, je prends la direction du château de Shobak plus au sud sur la route du Roi. Pour visiter le château bâti en 1115, il faut se garer sur un parking et monter une route à pied. J’ai déjà eu ma dose de grimpe sur une route en plein soleil dans la réserve de Dana, du coup j’ai eu la flemme d’aller jusqu’à l’intérieur (le château est moins bien conservé que celui de Kérak en plus). Shobak est sur la route vers Pétra, cela ne nécessite pas de faire un détour pour s’y arrêter.

J’achète des chips, des crackers et de l’eau (oui je sais c’est un repas très équilibré) au petit village à côté et continue ma route vers Little Petra.


LITTLE PETRA

Le site de Siq al-Barid (Little Petra) est tout petit et se visite en 30 min (entrée gratuite). La plupart des touristes font l’impasse mais cela vaut le coup d’y passer avant d’aller à Pétra, notamment pour admirer les fresques de vignes, de fleurs et d’oiseaux dans la maison peinte (vous n’en verrez pas à Pétra).

Fresques little petra jordanie


WADI MUSA

J’arrive finalement à Wadi Musa où je rends la voiture de location (je fais un dernier plein d’essence pour 8 JOD). Comme je vais rester 2 jours à Pétra sans utiliser la voiture je préfère m’en séparer et continuer mon voyage en bus par la suite.

Wadi Musa, point de base pour visiter la magnifique cité antique de Pétra, est la ville la plus touristique du pays, on y trouve surtout des hôtels, restaurants et commerces.

Je vais au Cléopetra, un petit hôtel situé dans le centre ville. J’avais réservé une chambre simple mais le gérant m’en donne une avec un lit king size (faut dire que l’hôtel est quasiment vide).

Où dormir à Wadi Musa pour visiter Pétra

Wadi Musa compte un grand nombre d’hébergements, mais en haute saison (avril-mai et octobre-novembre) il est plus prudent de réserver. Voici quelques bonnes adresses :

  • 9 € : Rafiki Hostel, cette auberge de jeunesse propose des lits en dortoirs
  • 35 € : Cléopetra, testé et approuvé, cet hôtel avec un personnel super aimable est situé dans le centre de Wadi Musa
  • 45 € : Esperanza Petra propose des chambres assez bien pour ce prix
  • 81 € : La Maison Hotel est située à 2 min à pied de l’entrée de Pétra
  • 123 € : Petra Sella Hotel, chambre moderne pour cet hôtel situé en face de Pétra

Je passe à la Sanabel Bakery prendre quelques délicieuses pâtisseries arabes et descend à pied au visitor center pour jeter un œil au « Cave bar », un bar installé dans une sépulture troglodytique nabatéenne vieille de 2000 ans. Ça joue la carte du chic comme tout ce qu’il y a proche de l’entrée de Pétra, mais 11 € pour un cocktail faut pas déconner !

Diner au Red Cave restaurant qui met l’accent sur des recettes bédouines. J’ai pris le maqlouba à base d’agneau, c’est copieux et bon (13,5 JOD avec une grande bouteille d’eau).


VISITE DE PETRA (Jour 5 et 6)

Pétra Trésor Jordanie Pour toutes les infos sur la visite de l’ancienne cité nabatéenne je vous renvoie sur l’article consacré à Pétra.


AQABA (Jour 7)

Pour la suite de mon voyage je souhaite aller dans le Wadi Rum, mais en solo cela revient un peu cher. Le gérant de l’hôtel a tout fait pour trouver d’autres voyageurs en appelant à droite à gauche mais personne. J’envisageais d’aller directement sur place pour voir si j’avais plus de chance de constituer un groupe mais le bus de 6h au départ de Pétra ne part que s’il est plein. Comme c’est un trajet seulement emprunté par les touristes, je risque fort de rester coincé là vu le peu de monde présent (la plupart sont en voyage organisé en Jordanie).

Du coup je vais prendre le bus pour Aqaba et je verrais de là bas si j’ai plus de chance. Le réceptionniste de l’hôtel Cléopetra toujours aussi aimable m’emmène à la gare routière en voiture afin que je prenne le minibus pour Aqaba (5 JD). Le bus est parti à 9h de Wadi Musa une fois qu’il était plein.

Arrivée à Aqaba à 11h (2h de trajet). Le Golden Rose Hotel que j’ai réservé hier via booking (30 JOD / nuit) est juste à côté de la gare routière ce qui est assez pratique quand on est chargé.

Où dormir à Aqaba

Centre ville

Proche sites plongée

  • 63 € : Arab Divers, adresse coup de coeur du Lonely Planet et la seule à tarif raisonnable. Comprend un club pour organiser des plongées en Mer Rouge

Je pose mon sac à dos à la réception (ce n’est pas encore l’heure du check-in) et vais à l’agence Wadi Rum Desert mentionnée dans le Lonely Planet. Sauf qu’elle n’existe plus à cette adresse, je me rends donc à l’office du tourisme pour avoir plus d’infos. La fille m’explique qu’il y a 3 solutions pour aller jusqu’au Wadi Rum (bus, taxi ou tour) et que le seul bus pour le Wadi Rum depuis Aqaba est à 14h ce qui ne m’arrange pas du tout (il faut arriver le matin pour débuter le tour en jeep). Elle me donne également l’adresse d’une agence qui organise des tours au Wadi Rum, c’est justement l’agence Wadi Rum Desert Services que je cherchais tout à l’heure, elle a déménagé et n’est pas très loin.

Sur place le mec ne gère pas trop son dossier, il me propose une après midi aujourd’hui alors que je lui parle de demain, ne sais pas dans quel camp est la nuit (je ne voulais pas d’une usine à touriste) et surtout il a personne pour partager le tour avec moi ce qui me permettrait de partager le prix du 4×4.

Il fait bien plus chaud à A,qaba que dans le reste de la Jordanie, la température aujourd’hui est de 42 °C, à cette heure-ci au soleil il fait vraiment très chaud, on a l’impression d’être dans un four.

Comme je sentais bien que je ne trouverai personne pour partager mon tour, j’écris sur WhatsApp à Atallah Dakhilallah (+962 7 7724 7899), un guide bédouin de l’association Wadi Rum Beduin Friends, pour organiser un trip de 2 jours dans le Wadi Rum. Du coup je payerai 70 JOD au lieu des 55 JOD si on avait été au moins 2. Il s’occupe du transport, un chauffeur viendra me chercher à la réception de l’hôtel demain à 8h (20 JOD). Je ne pouvais pas passer à côté du Wadi Rum, tant pis ça me coutera plus cher. Le problème c’est que les transports en commun ne sont pas assez développé, ça limite pas mal les déplacements en individuel.

Je passe au Cedar Hotel car je l’avais repéré sur booking pour ses bons commentaires, le prix de la chambre est à 35 JOD, du coup je réserve pour les nuits de mardi et mercredi lorsque je rentrerai du Wadi Rum.

Je fais un tour dans la ville jusqu’au fort en passant par les souks puis je me pose sur le plage pour regarder le coucher de soleil.

Je profite d’être dans une ville en bord de mer pour manger du poisson, le restaurant Floka en propose plusieurs de la pêche du jour (le prix du poisson est au poids suivant l’espèce), avec une petite bouteille d’eau je paye 19,95 JOD. Le soir il fait encore plus de 30°C.


WADI RUM (Jour 8 et 9)

Vous pouvez lire mon aventure dans le désert avec l’association Beduin Friends lors de mon voyage en Jordanie sur l’article consacré au désert du Wadi Rum.


RETOUR A AQABA (Jour 10)

Je ne serai pas revenu à Aqaba si je n’avais pas mon vol retour depuis l’aéroport de cette ville. En effet si vous ne venez pas pour la plongée ou le snorkelling en Mer Rouge il n’y a rien à y faire, je ne conseille d’ailleurs pas de venir jusqu’à Aqaba pour visiter la ville.

Berenice Beach Club

Aujourd’hui je compte profiter de la plage, je vais au Berenice Beach Club, le seul complexe balnéaire sur la côte sud. Il possède plusieurs piscines, une jetée donnant accès aux récifs coralliens et des restaurants.

C’est une meilleure option que la plage publique d’Aqaba sur laquelle vous serez vite assaillit de paparazzi vous prenant discrètement en photo surtout si vous êtes une fille (j’ai croisé 4 filles belges qui ont du partir de la plage à cause de ça, pourtant elle n’était même pas en maillot de bain). Moi j’ai eu droit à plein de selfie avec les jeunes locaux. L’eau n’est également pas très propre à Aqaba, donc si vous voulez être tranquille pour vous et vos affaires, privilégiez une plage privée.

Les hôtels vendent des billets avec 50% de réduction, j’ai payé 10 JOD au lieu des 20 JOD si on achète le billet directement sur place. La navette gratuite jusqu’au Berenice passe à 10h30 devant la Double Tree Hotel.

A l’entrée du complexe on récupère une serviette de bain et une carte de paiement interne au club que l’on recharge à l’entrée (l’argent qui reste dessus est restitué à la fin de la journée). Le club est sympa, il y a une bonne ambiance et pas grand monde (c’est différent les jours où les jordaniens ne travaillent pas). Pour se baigner il y a 3 piscines ou la Mer Rouge, il y a pas mal de transat qui sont en bon état. Ici ce n’est pas des plages de sable mais plutôt des gravillons puis de gros cailloux quand on arrive dans l’eau. D’ailleurs pour accéder aux récifs coralliens il faut passer par la jetée.

Il y a un restaurant sur place qui sert plutôt des snacks que de vrais repas, ils font de bons jus de fruit (ils servent également de l’alcool). Les prix sont identiques aux restos touristiques d’Aqaba, la bouteille d’eau de 1,5 L est vendu 1,76 JOD.

Pour le snorkeling j’avais emporté mon masque et mon tuba, il y a un récif à 30m de la plage. Le récif est en bon état et j’ai vu quelques jolis poissons, mais rien à voir avec les Maldives (et oui on devient difficile à force de voyager !).

Retour sur Aqaba avec la navette de 18h (il y en a une à 16h30 aussi) puis vol retour le lendemain qui marque la fin de ce superbe voyage en Jordanie.


BILAN VOYAGE JORDANIE

J’étais venu en Jordanie principalement pour voir Pétra, mais j’ai découvert un autre site spectaculaire qu’est la réserve de biosphère de Mujib. Je vous conseille vivement de faire cette randonnée aquatique, cela reste un de mes meilleurs souvenirs. Juste à côté la Mer Morte propose une expérience déroutante de flottaison à défaut d’une réelle baignade.

Et que dire de Pétra, un joyau archéologique qui mérite à lui seul le voyage, il faut au moins y passer 2 jours pour profiter pleinement des lieux. Pour les fans de vieilles pierres, la Jordanie recèle d’autres sites comme Jerash, Kérak et Shobak.


BUDGET

La Jordanie n’est pas un pays bon marché (spécialement en solo), les visites et excursions sont assez chers et il est difficile de trouver des hôtels petits budgets. Cependant on peut s’en tirer avec un budget raisonnable en voyageant simplement.

Budget Hébergement : 240 JOD soit 304 € (environ 33 € par jour)

Vous trouverez ci-dessous la liste des établissements où je suis allé. Le prix correspond à une nuit en chambre double avec salle de bain privée et petit déjeuner;

Budget transport : 155 JOD soit 196 €
  • Location de voiture 4 jours : 130 JOD
  • Essence : 20 JOD (1L de sans plomb = 0,55 JOD)
  • Minibus Pétra – Aqaba : 5 JOD
  • Taxi Aqaba – Wadi Rum : 20 JOD
Budget excursions et visites : 201,42 JOD soit 255 €
  • Jordan Pass : 70 JOD
  • Mt Nebo : 1 JOD
  • Eglise St Georges (Madaba) : 1 JOD
  • Sanctuaire de la Décollation de St Jean Baptiste (Madaba) : 1 JOD
  • Wadi Mujib (canyoning) : 20,3 JOD
  • Amman Beach Resort (plage Mer Morte) : 20 JOD
  • Réserve Dana : 8,12 JOD
  • Tour jeep Wadi Rum (2j/1n) : 70 JOD
  • Berenice Beach Club (Mer Rouge) : 10 JOD
Budget repas : environ 120 JOD soit 152 €


Budget total Jordanie pour 11 jours : 907 €

Billet d’avion Nice – Amman / Aqaba – Nice : 335 € (Turkish Airlines). Pour les billets d’avion j’utilise ce site afin de trouver les vols les moins chers.

3 commentaires
2

Vous aimerez aussi

3 commentaires

ahmed serghini 6 juin 2019 - 12 h 48 min

Un blog très riche en renseignements pour quiconque comme moi prévoit de visiter ce pays.
Merci pour m avoir largement et suffisamment éclairé.Les détails ont été dévoilés avec dévouement …….

Répondre
Mushu 6 juin 2019 - 13 h 04 min

Merci Ahmed, je vous souhaite un bon voyage dans ce magnifique pays !

Répondre
PepetteEnVadrouille 20 juin 2019 - 8 h 58 min

Je reviens de jordanie et nous avons adoré ce voyage. Côté rando, je vous conseille les wadis Numeira et Al-Hasa à proximité de la mer morte.

Répondre

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. Accepter En savoir plus