Accueil DestinationsAfrique & Moyen OrientJordanie Désert du Wadi Rum en Jordanie
Jordanie Wadi Rum

Désert du Wadi Rum en Jordanie

0 commentaire

Le désert du Wadi Rum est avec Pétra l’un des joyaux de la Jordanie. Ce désert facile d’accès est composé de dunes, collines, gorges (siq) et roches sculptées. Je vous conseille vivement d’y passer au moins une journée et une nuit afin de vivre un moment inoubliable sur les traces de Lawrence d’Arabie.

Je souhaitais absolument vivre une expérience authentique dans le désert du Wadi Rum et notamment dormir à la belle étoile, loin des camps en durs pour touristes qui dénaturent cette zone protégée du désert. Pour organiser cette excursion je suis donc passé par l’association Wadi Rum Beduin Friends en écrivant sur WhatsApp à Atallah Dakhilallah (+962 7 7724 7899), un guide bédouin. Le tarif est de 70 JOD comme je n’ai trouvé personne avec qui partager la jeep.


Départ d’Aqaba pour le désert du Wadi Rum

J’ai tenté de rallier le désert du Wadi Rum directement depuis Pétra mais ce fût impossible pour moi, vous pouvez lire tout l’historique de mon aventure sur l’article regroupant les sites incontournables à voir en Jordanie.

Je prends le taxi que m’a envoyé Atallah pour arriver à 8h30 au village de Rum (1 heure de trajet depuis Aqaba). Le chauffeur est super sympa, c’est un bédouin du village de Rum qui est parti travailler à Aqaba. On passe devant le centre d’accueil des visiteurs juste avant d’arriver au village, c’est ici qu’il faut acheter son billet d’entrée pour la réserve (gratuit si vous avez le Jordan Pass). Le centre est un tout petit bâtiment en bordure de route, c’est impossible de constituer un groupe ici car il n’y a aucun touriste, j’ai bien fait d’écarter cette option hier.

Arrivé au village de Rum où m’attend Attalah, il me présente Salam, un jeune guide de 21 ans qui m’accompagnera ces 2 jours avec son 4×4 qui lui n’est plus tout jeune. En fait Attalah (référencé par le Guide du Routard) ne fait plus de tour guidé sauf sur demande particulière pour être avec lui.

Village de Rum : au porte du désert

Rum abrite une petite communauté de bédouins ayant choisi de se sédentariser, le village n’a aucun charme particulier et sert juste d’escale technique. C’est le dernier lieu pour faire des achats avant de partir dans le désert, Salam y achète des provisions et fait le plein d’essence (mais ici pas de station service).


VISITE DU DÉSERT DU WADI RUM


Source du père d’Aineh (Ain Abu Aineh)

La route goudronnée s’arrête au village de Rum, ensuite c’est uniquement le sable du désert. Notre premier arrêt est à la « source du père d’Aineh » (Ain Abu Aineh), juste après la sortie du village. Il s’agit d’un source qui descend des montagnes grâce à des canalisations pour alimenter un grand réservoir destiné aux animaux des bédouins. Le site n’a rien d’extraordinaire en soi mais la vue sur le Jebel Khazali est jolie. Il faut crapahuter dans les rochers pour monter jusqu’à la source.

Visite Wadi Rum
Vue sur le Jebel Khazali


Siq Khazali

On s’arrête ensuite au Siq Khazali, un étroit défilé à travers le Jebel Khazali qui comporte des inscriptions anciennes (paire de pieds, animaux, personnages, …). Cette petite marche dans le Siq Khazali est également l’occasion de profiter d’un peu de fraicheur car dans le désert du Wadi Rum les coins d’ombres sont peu nombreux.

Visite Wadi Rum


Dunes Al-Hasany : le meilleur point de vue du désert du Wadi Rum

Nous continuons en 4×4 jusqu’aux dunes Al-Hasany, Salam me dépose au pied de la dune de sable rouge afin que je monte jusqu’à la crête pour admirer la magnifique vue. Cela n’a pas été de tout repos d’ailleurs car on s’enfonce facilement dans le sable. La progression est assez lente (bon ok c’est moi qui ne suis pas très endurant) mais la vue récompense tous mes efforts.

Visite Wadi Rum


Inscriptions d’Anfaishiyya

Nous continuons notre route à travers les pistes du désert pour faire un bref arrêt devant les inscriptions d’Anfaishiyya. Ce sont des pétroglyphes gravés dans la surface tendre d’une gigantesque paroi rocheuse verticale. Parmi les différentes inscriptions on peut voir ce qui ressemble à des dromadaires (ou à des diplodocus c’est selon ! lol).

Visite Wadi Rum


Maison de Lawrence (Al-Qsair)

Nous passons ensuite devant la maison de Lawrence (Al-Qsair), les ruines d’un édifice où Lawrence d’Arabie aurait séjourné durant la révolution arabe (bien que rien ne l’atteste mais ça doit aider au tourisme du lieu). La maison a été construite sur les ruines d’une citerne d’eau nabatéenne.

Pour le déjeuner Salam installe une grande natte sur le sable à l’ombre d’un rocher. Le repas froid est principalement préparé à partir d’aliments en boite achetés ce matin au village de Rum. Il faudra attendre ce soir pour avoir un bon plat bédouin préparé sur le feu. Nous finissons de manger à 14h mais on ne repartira pas avant 16h car d’après Salam il fait trop chaud, il m’invite donc à dormir en attendant. Lui en profite bien mais moi je ne fais jamais de sieste, c’est l’occasion pour moi d’écrire sur mon carnet de voyage tout ce que l’on a fait ce matin.


Canyon et scrambling

Une fois la sieste de mon guide terminée nous repartons sur un autre canyon que Salam fait avec moi car cela s’apparente plutôt à du « scrambling », un mélange de randonnée et d’escalade. Il tient d’ailleurs absolument à porter mon sac à dos, il est au petit soin pour son hôte. Le décor du canyon est grandiose.


Umm Fruth

De retour au 4×4 nous roulons jusqu’à l’arche Umm Fruth que l’on peut gravir facilement pour profiter d’une superbe vue (à condition de ne pas avoir le vertige). Après une pause thé au milieu du désert nous finissons la journée par le coucher de soleil.


Bivouac dans le désert du Wadi Rum

A la suite du coucher de soleil nous reprenons le 4×4 pour aller s’installer près d’un rocher, c’est ici que l’on passera la nuit à la belle étoile sans aucune infrastructure (c’est justement ce que je recherchais), pas de tente ni salle de bain ou toilette. Un autre 4×4 nous rejoint avec un guide de l’association et 3 touristes américains. Atallah et Anne, la française de l’association, s’installent avec nous également. Les guides font un feu pour préparer le diner, au menu du poulet et du riz cuit à la marmite (très bon) avec bien sûr du thé.

On passe la nuit sur des matelas en mousse avec une grosse couverture (prévoir un sac à viande). Il ne fait pas vraiment froid la nuit en cette saison, j’ai juste été dérangé par le vent qui soufflait assez fort.

Il est environ 8h le lendemain lorsque je suis réveillé par le soleil qui vient me réchauffer. Les guides sont déjà debout et ont commencé à préparer le petit déjeuner avec le thé.


Little Rock Bridge (Rakhabat al-Wadak)

Après avoir plié le camp, nous rentrons avec nos 4×4 respectifs au village. En chemin, on s’arrête à Little Rock Bridge (Rakhabat al-Wadak) une autre arche rocheuse (cette fois je ne suis pas monté dessus).

Salam me dépose à la resthouse de Rum, le QG du village, je lui donne les 70 JOD (tarif pour une personne pour 1 jour et 1 nuit dans le désert, dégressif à partir de deux).

Les américains avec qui j’ai passé la soirée me proposent de me ramener à Aqaba car ils ont une voiture de location. C’est super sympa de leur part et me fait économiser les 20 JOD de taxi. Le seul hic c’est que le chauffeur qui m’a amené était là, il pensait à juste titre qu’il me ramènerai. J’étais un peu gêné pour lui car il est super gentil.

Retour à Aqaba vers 13h. Les américains me déposent devant mon hébergement, le Cedar Hotel que j’avais réservé 2 jours plus tôt.

0 commentaire
0

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. Accepter En savoir plus