Accueil DestinationsAsieIndonésie Volcans Bromo et Kawah Ijen sur l’île de Java en Indonésie
Volcan Kawah Ijen Indonésie

Volcans Bromo et Kawah Ijen sur l’île de Java en Indonésie

0 commentaire

Après avoir visité les temples autour de Yogyakarta lors de notre arrivée en Indonésie, nous partons pour un périple de 3 jours qui nous mènera aux volcans Bromo et Kawah Ijen puis sur l’île de Bali. Beaucoup de route en perspective car nous traversons la moitié de l’île de Java.


Étape jour 1 : Yogyakarta – Cemoro Lawang

Nous avons réservé à l’office du tourisme de Yogyakarta ce circuit de 3 jours organisé par l’agence Bima Tour. Vous pouvez voir la brochure avec les différentes formules en cliquant ici (fichier PDF).

Organisation du circuit de 3 jours

Jour 1 : Jogjakarta – Cemoro Lawang (village à la base du volcan Bromo) en minibus, 11 heures annoncés (on verra que nous avons fait beaucoup plus).
3 formules différentes pour l’hôtel à Cemoro Lawang : standard room, standard room A et standard room B.

Jour 2 : Départ en jeep jusqu’à Pananjakan pour aller au point de vue sur le volcan Bromo (30 minutes). Retour en jeep à la base du volcan, puis marche jusqu’en haut du cratère. Minibus jusqu’à Sempol (village proche du Kawah Ijen), 7 heures. Un seul hôtel (Kartimore), pas de choix possible.

Jour 3 : Minibus jusqu’au poste de Paltuding (1 heure) puis marche de 3 kilomètres jusqu’au cratère de l’Ijen. Minibus jusqu’au port de Ketapang (3 heures) pour prendre le ferry pour Bali.

Le tarif de cette excursion de 3 jours est de :

  • 650 000 rp (52 €) avec l’option standard room à Cemoro Lawang .
  • 710 000 rp (57 €) avec l’option standard room A à Cemoro Lawang.
  • 820 000 rp (66 €) avec l’option standard room B à Cemoro Lawang (Lava View Lodge).

A ce prix il faut rajouter 80 000 rp (6,50 €) pour le transfert en ferry et minibus entre Ketapang (Java) et Denpasar (Bali).

Départ de Yogyakarta

Le minibus vient nous chercher à l’hôtel à 8h45, nous sommes déjà 6 personnes. Nous récupérons 2 autres touristes dans la ville de Solo. La conduite des indonésiens est complétement freestyle, nous nous sommes retrouvés par exemple à 4 voitures côte à côte sur une route avec seulement 2 voies, les 2 voitures qui doublaient étaient chacunes sur le bas côté.

Nous nous arrêtons vers 14h pour manger dans un petit restaurant local. C’est ici que nous payerons le moins cher de notre voyage pour manger : 38 000 rp (3 €) pour 2 plats et 2 boissons.

Nous arrivons en fin de soirée à Probolingo où nous changeons de minibus et de chauffeur. Nous récupérons également deux hollandaises ce qui porte à 10 le nombre de personnes pour cette excursion (capacité maximale du minibus). Nous échangeons nos bons pour des nouveaux ainsi qu’un voucher pour l’hôtel de ce soir car il y a un passage de main entre 2 agences (ça a d’ailleurs été un peu le cafouillage). Si je peux vous donner un conseil gardez bien tous les petits papiers que les agences vous donnent car vu le nombre d’intermédiaire sur ce tour, ça devient vite compliqué si vous perdez quelque chose. Nous partons à présent sur Cemoro Lawang.

Cemoro Lawang

Juste avant d’arriver à l’hôtel, le chauffeur nous dit que les restaurants des hôtels sont fermés à cette heure-ci (il est 22h) et que si nous souhaitons manger il faut aller au restaurant de ses amis. Toutes les personnes du bus acceptent car nous n’avons pas trop le choix.

On se retrouve dans un grand réfectoire spécial touristes avec un menu qui ne contient que des plats européens. Incroyable, perdu au milieu de nul part ils ne proposent même pas un nasi goreng ! On se rabat sur deux plats de pâtes à la bolognaise, sauce qui s’avère ne pas être du tout de la bolognaise.

Le chauffeur du minibus nous demande à ce moment de payer 25 000 rp par personne (2 €) pour le droit d’entrée au volcan Bromo.

Nous arrivons finalement à notre hôtel, le Lava View Lodge, à 23h30 pour un réveil à 3h30. Nous sommes bien loin des 11 heures annoncés au départ puis que le voyage nous a pris 15 heures.

 

Étape jour 2 : volcan Bromo

Lever de soleil sur le volcan Bromo depuis Gunung Penanjakan

Après une nuit très courte, nous partons de l’hôtel à 4h du matin en jeep avec les 2 hollandaises qui étaient dans la même hôtel que nous (les jeep ne possèdent que 4 places). Nous montons en direction du Gunung Penanjakan à 2 770 m, qui offre les meilleures vues (et photos).

A partir du point où le 4×4 nous laisse il faut encore monter à pied jusqu’au sommet et avec la courte nuit, l’altitude et sans petit déjeuner c’est un peu dur. Il y a aussi la possibilité de monter à cheval sur la majeur partie du sentier.

Paysage lunaire aux proportions gigantesques, le Gunung Bromo est l’un des sites les plus fabuleux d’Indonésie. S’élevant des profondeurs de l’ancienne caldeira du Tengger, le Bromo est l’un des trois volcans qui ont émergé d’un vaste cratère de 10 km de diamètre. Flanqué du Kursi (2 581 m) et du Batok (2 440 m), le cône fumant du Bromo se dresse dans une mer de cendres et de sable volcaniques, entouré de hautes falaises du rebord du cratère.

Nous assistons au magnifique lever de soleil sur le volcan Bromo, malheureusement avec le regain d’activité du volcan depuis l’année dernière, le paysage est entaché de nuages de cendres ce qui nous empêche de voir le Gunung Semeru au loin. Je suis un peu déçu de ne pas avoir la vue que j’avais vu tant de fois en photo, mais ça reste grandiose tout de même.

Il y a beaucoup de monde à Penanjakan pour le lever du soleil, on ne devait pas être loin d’une centaine de touristes.

Au bord du cratère du volcan Bromo

Après le lever du soleil, nous redescendons en jeep le rebord escarpé du cratère et traversons la Laotian Pasir (mer de sable) jusqu’au pied du Bromo. Là encore il est possible de prendre un cheval pour parcourir la distance qui sépare le parking des jeep de l’escalier montant au cratère.

Cet escalier de 253 marches est à présent complétement enseveli sous les cendres, ce qui rend la montée bien plus difficile. Arrivé sur le rebord du cratère, une vue panoramique s’étend sur la mer de sable et le temple hindou.
Il faut faire attention au sommet car il y a très peu d’espace et surtout aucune barrière de sécurité, on peut facilement tomber à l’intérieur du volcan si on ne fait pas attention.

Escalier volcan Bromo Indonésie
L’escalier du volcan Bromo recouvert de cendres

Nous retournons à l’hôtel (Lava View Lodge) pour prendre le petit déjeuner et pouvons enfin profiter de la jolie vue car jusqu’à présent nous étions passés que de nuit.

Départ pour le volcan Kawah Ijen

Nous quittons l’hôtel à 9h30 en minibus pour retourner à Probolingo où nous arrivons vers 10h40. Là nous rejoignons une nouvelle agence et attendons le minibus pour Kawah Ijen. C’est ici que je paye le transfert jusqu’à Denpasar (80 000 rp / personne) non compris dans le tour.

Nous prenons le déjeuner dans un restaurant au bord de mer sur la côte nord de Java (74 000 rp / 6 €).

Nous arrivons à 17h30 à l’hôtel Kartimore, situé à 7 km de Sempol. Nous sommes dans une chambre du lodge néerlandais défraîchi qui date de 1894. La chambre est pleine de poussière, le ménage n’a jamais du être fait. Dans le wc qui fait office de salle de bains, la douche est carrément coincée entre la cuvette des toilettes et la porte moisie par l’humidité. Pour couronner le tout ça sent l’urine ce qui empeste dans toute la chambre (nous avons du vaporiser du parfum un peu partout). Les murs sont en papiers ce qui fait qu’on entend tout ce qui se dit dans la chambre à côté, y compris quand la personne va aux toilettes.

Il existe une partie plus récente qui a l’air un peu mieux, mais les personnes de notre groupe nous ont indiqué qu’il y avait des problèmes avec l’eau chaude (douche à l’eau froide à 4h du mat en altitude c’est pas marrant).

Pour le repas du soir il n’y a pas de choix, un mini buffet imposé partageable à 2 pour 50 000 rp (4 €). Nous l’avons partagé à 3 avec Winston un touriste chinois qui étaient seul et avec qui nous avons sympathisé.


Étape jour 3 : volcan Kawah Ijen – Bali

Ascension du volcan Kawah Ijen

Lever à 4h, nous prenons le petit déjeuner imposé (sandwich beurre confiture avec un œuf dur et du thé ou café) puis nous partons avec le minibus à 5h. Le poste PHKA de Pos Paltuding qui est accessible de Sempol ou Banyuwangi ne se trouve pas très loin, nous arrivons un peu avant 6h.

Avant de partir sur le sentier qui monte au volcan Kawah Ijen, il faut s’acquitter du droit d’entrée : 15 000 rp (1,20 €) par personne plus 30 000 rp (2,40 €) pour l’appareil photo.

Le somptueux lac de soufre turquoise du Kawah Ijen est à 2 148 m d’altitude, entouré des parois abruptes du cratère. La dernière éruption majeure de l’Ijen remonte à 1936 ; une explosion mineure a rejeté des cendres en 1952.
Au bord du lac, des émanations sulfureuses s’échappent de la cheminée du volcan et l’eau bouillonne quand l’activité s’intensifie.

L’Ijen est un centre important de collecte de soufre (utilisé pour des cosmétiques, des médicaments, des engrais et des insecticides) et vous croiserez des ramasseurs en chemin. Beaucoup demande désormais quelques pièces ou une cigarette pour la photo. Il y a environ 300 ramasseurs qui travaillent sur le volcan, chacun transportant une charge de 60 à 80 kg sur le dos. Le travail est très mal payé, environ 600 rp (0,05 €) le kilo.

La grimpée abrupte de 3 km jusqu’au poste d’observation se fait en un peu plus d’une heure. Du poste, une marche de 30 minutes conduit au bord du cratère balayé par le vent, qui offre une vue magnifique. Ensuite un chemin pentu et caillouteux descend jusqu’aux dépôts de soufre et au lac fumant (30 minutes environ) ; le sentier est glissant par endroit et les émanations de soufre peuvent être suffocantes aux abords du lac (prévoir un foulard ou au mieux un masque). Il faut être très prudent, un touriste français a fait une chute mortelle il y a quelques années.

Surtout n’entravez pas le chemin des porteurs de souffre, leur travail est déjà assez difficile comme ça pour ne pas qu’il y ait des touristes qui se mettent au milieu du sentier quand ils passent.

Le chauffeur du minibus nous donne rendez-vous à 10h, ce qui nous laisse environ 4h sur le Kawah Ijen. On peut acheter de l’eau et à manger au poste PHKA là où débute la randonnée.

Nous repartons avec le minibus en descendant de l’autre côté du volcan (direction Banyuwangi) lorsque nous sommes stoppés net sur la piste en terre par une camionnette qui a cassé un essieu et bloque tout le passage. A priori le chauffeur qui a commencé les réparations n’est pas prêt de dégager le chemin, et s’il faut attendre une dépanneuse ça risque de prendre du temps. Des jeep qui montent dans l’autre sens roulent sur le bas côté de la forêt en écrasant les arbustes et finissent par créer un espace suffisant qui permettra à notre chauffeur de faire passer le minibus.

Port de Ketapang

Nous sommes déposés dans un restaurant du port de Ketapang où un nouvel intermédiaire prend le relais (c’est au moins le 5ème depuis le départ de Yogyakarta). Évidemment nous mangeons dans ce restaurant, nous ne sommes jamais déposés n’importe où !

Nous prenons le ferry de 13h30 pour rejoindre Gilimanuk sur l’île de Bali. Il y a des ferries toutes les 30 minutes et cela 24h/24. La montée sur le ferry a été grandiose, nous suivons d’abord notre nouvel intermédiaire qui nous amène du restaurant jusqu’au bateau à pied. Nous arrivons au ferry au dernier moment, la passerelle des voitures est en train de se lever et comme les piétons passent par là (du moins nous, pour les autres passagers je ne sais pas trop par où ils sont passés), nous nous dépêchons de monter. Je lance mon sac sur la passerelle et monte dessus mais la québécoise derrière moi a essayé de monter avec son sac sur le dos, sauf qu’elle n’a pas réussi (en plus elle n’est pas très grande) et elle est tombé par terre. Mais la passerelle continuant de se lever, nous avons du la hisser par les bras pour qu’elle monte ! Nous avons bien rigolé après sur le bateau en en reparlant mais c’était quand même un peu dangereux.

Nous nous installons à bord du ferry, le prix du billet (6 000 rp / pers soit 0,50 €) est compris dans le tour organisé. La traversée un peu mouvementée dure 1 heure, arrivé à Bali il faut avancer sa montre d’une heure, il y a une heure de décalage horaire entre Bali et Java.

Arrivée sur Bali

Arrivée à Gilimanuk sur l’île de Bali, notre intermédiaire qui a pris le ferry avec nous, nous accompagne à une gare de minibus pour Denpasar (transfert payé 80 000 rp hier). Le minibus public est rempli d’indonésiens et pour faire des économies sur sa commission, il ne veut pas que l’on prenne un minibus rien que pour nous comme c’était prévu. Nous lui expliquons qu’il n’y a pas assez de place et que nous rentrerons pas tous à l’intérieur. Du coup le chauffeur ne se démonte pas, il fait descendre tous les indonésiens du bus et nous fait asseoir à l’intérieur. Il faut ensuite remonter les indonésiens qui se retrouvent assis dans l’allée ou entassés à plusieurs sur un siège quand ce n’est pas debout.

Il y a pas mal de circulation sur cette route qui longe la côte ouest de Bali (nous avons mis environ 3h pour aller à Denpasar) et le chauffeur roule un peu n’importe comment en doublant n’importe où à grand coup de klaxon, parfois les rabattements sont pas loin de l’accrochage avec le véhicule d’en face.

Nous arrivons à Denpasar à la nuit tombée et nous négocions un minibus pour Ubud avec les 3 québecoises. Le chauffeur nous demande 150 000 rp (12 €) après négociation ce qui revient à 30 000 rp (2,40 €) chacun.

Arrivé à Ubud nous remarquons que c’est bien plus touristique que sur l’île de Java, ici nous croisons des touristes partout et il n’y a presque que des boutiques qui leur sont destinés. Les prix sont également bien plus cher que ce que nous avons eu jusqu’à présent. Ici un resto avec un plat et une boisson chacun (pour 2 personnes) tourne autour de 200 000 rp (16 €) là où sur Java nous payions moins de la moitié.

Pour lire la suite de notre voyage sur l’île de Bali c’est par ici.

Où dormir à Ubud


Bilan du tour Bromo – Kawah Ijen

Ce tour organisé de 3 jours était vraiment bien, les volcans Bromo et Kawah Ijen sont magnifiques et font partis des sites majeurs sur Java. Ces volcans sont un de mes meilleurs souvenirs en Indonésie.

Par contre il faut savoir avant de partir qu’il y a énormément de route sur ces 3 jours, on traverse la moitié de l’île de Java et la moitié de celle de Bali la dernier jour.

Les ascensions des volcans ne sont pas particulièrement difficiles et nécessite une condition physique normale.

J’avais hésité à faire ce circuit de 3 jours seul avec les transports en commun mais au final je ne regrette pas du tout d’avoir choisi cette option, car en solo avec le peu de transport en commun qu’il y a c’est un peu plus galère. Je conseillerai cette dernière solution à des personnes qui veulent faire ce circuit en plus de 3 jours car il n’existe pas de version en 4 ou 5 jours (ce que j’avais cherché) et qui permet de prendre plus son temps.

Il est maintenant plus facile de s’organiser par soi même avec les transports en commun pour visiter les volcans Bromo et Kawah Ijen que lors de notre voyage en 2011.
Mise à jour 2019

0 commentaire
0

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. Accepter En savoir plus